Cyberbougnat

Atman Toubani et le VBC Chamalières très ambitieux pour la saison prochaine et les suivantes

Publié par Bertrand le vendredi 24 juin 2016 à 16h36min, mis a jour le vendredi 24 juin 2016 à 16h30min - 2008 lectures - 2 partages

Volley — L'entraîneur du VBC Chamalières a fait un point cette semaine sur la prochaine saison. Relégué la saison dernière en deuxième division du volley féminin français, le club se montre très ambitieux pour remonter plus fort et viser l’Europe dans quelques saisons.

Atman Toubani ne souhaite pas trop s’attarder sur la saison passée, constatant surtout que « le maintien n’était pas inaténiable tant sur le plan sportif que sur le plan de la structuration du club. » Il nourrit quand même quelques regrets en constatant que Chamalières a battu deux fois Saint-Raphaël, sacré champion de France en fin de saison : « On les a joué dans des périodes où on avait pu se préparer idéalement. Si on avait pu préparer tous les matches ainsi on se maintenait sûrement. »

Ce qui l’intéresse désormais c’est de construire une remontée rapide et solide en Ligue A féminine. Le club se structure ainsi pour retrouver la Ligue A avec un budget de milieu de tableau et l’ambition d’ « accrocher les playoffs et une coupe d’Europe. » Mais avant il faut remonter et cela passe par glâner un des deux tickets mis en jeu dans ce championnat Elite. Une lutte à que le club avait même anticipé pendant la saison si bien qu’Atman Toubani se demande si un éventuel repêchage en Ligue A serait souhaitable :

« Les dirigeants hésitent à faire appel. On a constitué notre groupe, on a un projet sportif cohérent. Est-ce qu’on se relance en Ligue A en cherchant le maintien jusqu’à la dernière journée ou on recule d’un pas pour mieux construire et mieux se maintenir ensuite et se stabiliser en Ligue A dans deux ans ? »

Pour le principe Chamalières fera donc appel du non maintien par la DNCG, mais en espérant être vite fixé. L’autre objectif de la saison sera de briller dans les deux coupes de France : la finale de la coupe amateur et aller le plus loin possible dans la coupe professionnelle.

 Une équipe plus forte que l’an dernier

Si le discours est ambitieux, c’est que l’entraîneur estime avoir « une équipe plus forte que l’an dernier et un club très bien structuré. » Malgré les sollicitations, il a d’ailleurs conservé toutes les joueuses qu’il souhaitait preuve « que les filles s’y retrouvent et que nous sommes contents d’elles aussi. » Il y aura du changement toutefois puisqu’il a décidé de se séparer des joueuses kenyanes :

« C’est un choix très dur humainement car nous étions montés avec ces joueuses là. Mais ce fut une année tumultueuse entre les camerounaises et kenyanes avec la qualification aux Jeux Olympiques. Elles ont joué le jeu mais avoir deux groupes ainsi c’est trop. On a misé sur le Cameroun d’autant que notre capitaine a re-signé ce qui est un signe fort. Travailler avec des joueuses francophones plutôt qu’anglophones facilite aussi les échanges entre joueuses, avec le staff et avec les partenaires »

Ainsi la capitaine Christelle Tchoudjang Nana et Stéphanie Fotso sont reconduites pour un an supplémentaire, Fawziya Abdoulkarim restera dans le club deux ans.

Le club s’est aussi renforcé avec la signature de cinq joueuses :

  • Leslie Figère-Turiaf : internationale française de 30 ans, totalisant 33 sélections en équipe de France. Elle a joué en LAF dans des clubs prestigieux tels que Cannes, Venelles, Le Cannet ou encore Istres. La saison dernière, elle a évolué à Mougins (ELITE).
  • Marija Sandic : âgée de 33ans elle est internationale monténégrine évoluant au sein d’équipes en Serbie et en Roumanie. La saison dernière, elle a évolué à Amiens (ELITE).
  • Kathleen Gates : une passeuse américaine de 25 ans native de Wilmington en Caroline du Nord. Elle a été capitaine de son équipe universitaire des Georgia Bulldogs durant 4 années, puis elle a joué en Italie à Gio’Volley Aprilia (B1). Elle a également évolué 2 ans à Sens (division Elite, PRO B) avant de prendre la direction de la Bretagne la saison dernière pour participer à la montée de l’équipe de Quimper en Ligue A féminine.
  • Anne Laure Margirier : Elle est la seconde joueuse issue du pôle espoir d’Issoire avec Mathilde Buvat. Venue de la Drôme, elle a intégré le Volley-Ball Issoire et joué en nationale 2 et en nationale 3. Elle a également un beau parcours en tant que joueuse de Beach-Volley.
  • Taesha Sharla da Silva : c’est normalement la dernière recrue. Cette jeune brésilienne évoluait en poste 4 en deuxième division dans son pays, ce qui correspond normalement à un niveau équivalent à la Pro A française. Mais Atman Toubani ne cache pas que c’est un peu l’inconnu, notamment sur sa dimension physique face aux grands gabarits qu’elle croisera en championnat.

Reste à régler le cas de Marie-France Garraud-Dje. La joueuse a hésité avec une proposition de Saint-Raphaël, le Champion de France, avant de se dire que rester en Auvergne était peut être mieux. L’effectif chamaliérois étant théoriquement bouclé, elle est donc en négociation avec le club pour s’intégrer dans le budget.

Le budget (640.000 euros en 2015) est d’ailleurs un grand point de satisfaction. Il sera légèrement en baisse mais la masse salariale sera identique à celle de l’an dernier malgré la descente. De petit poucet en Ligue A, le VBCC devient ainsi un gros budget dans le championnat Elite.

Si le club a logiquement perdu 20 à 30% des subventions publiques, il a profité de l’engouement autour du club pour démultiplier les partenaires privés. De l’avœu de l’entraîneur chamaliérois « les partenaires tapent à la porte et s’engagent pour une durée de 3 ans. »

 Quatre à six matches à la Maison des Sports

L’an dernier, Chamalières avait joué deux fois à la Maison des Sports de Clermont-Ferrand en battant au passage le record de spectateurs pour le championnat, 4109 spectateurs contre Le Cannet.

Cette saison, les dirigeants tablent sur un minimum de quatre matches de championnat dans la salle clermontoise. Ils comptent aussi sur des bons parcours en Coupe de France pour y jouer deux fois de plus.

 Reprise le 20 août

Le championnat Elite reprendra le 1er octobre. Pour le préparer, Atman Toubani retrouvera l’intégralité de son groupe de joueuses le 20 août. Elles sortiront quasiment toutes d’un été chargé en volley et n’auront pas vraiment arrêté l’entraînement et la compétition.

Les camerounaises seront à Rio pour les JO, les internationales avec leurs pays ou avec un programe pour rester en forme au cas où pour celles qui sont en réserve. Pour rappel, la libéro Lucie Dekeukelaire figurait dans le groupe de l’Equipe de France pour préparer la Ligue Européenne.

Les rares non-internationales auront elles un programme de préparation individuel à partir de mi-juillet.

 Le championnat Elite 2016-2017

L’entraîneur de Chamalières se prépare à un championnat difficile mais en deux parties ce qu’il juge avantageux pour son équipe : « On aura la première partie pour se préparer. »

En effet le championat Elite est divisisé en deux poules de 8 équipes. Les 4 premières de chaque poule jouent ensuite les playoffs pour décrocher les deux place en Ligue A. Pour lui, cela se jouera entre 4 ou 5 équipes après une phase de poule normalement déséquilibrée.

Il s’attend ainsi à une forte concurrence de Sens qui a fait un gros recrutement et changé de staff, Istres l’autre relégué s’il n’est pas repêché, Mougins qui fait généralement les playoffs, Marcq en Barœul qui a récupéré des joueuses de Nantes en Ligue A. Il faudra selon lui y ajouter une équipe surprise.

Les équipes du championnat Elite 2016-2017 : VBC Chamalières (Relégué), Istres (Relégué), Amiens, Marcq, Toulon, Mougins, Poitiers, Stella Calais, Harnes, Sens, Bordeaux, Lyon Saint-Fons, I.F.V.B, Nîmes (Promu), Levallois (Promu), Clamart (Promu).


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics