Cyberbougnat

ASM Clermont : les clés de la demi-finale chez les Saracens

Publié par Bertrand le vendredi 25 avril 2014 à 10h54min, mis a jour le mercredi 30 avril 2014 à 08h28min - 4638 lectures

Rugby - Coupe d’Europe — L'ASM Clermont Auvergne croit en son destin européen qui passe par un grand match ce samedi à Londres dans le mythique Twickenham. Un défi physique mais aussi probablement mental.

Le destin européen de l’ASM Clermont Auvergne passe ce samedi par la demi-finale à Londres et dans le mythique stade de Twickenham (16h40 - France 2). Jouer dans ce temple du rugby anglais de 82.000 places est en soit pour beaucoup un événement même s’il pourrait sonner un peu creux. La saison dernière, les Saracens n’avaient attiré que 25.000 spectateurs en demi-finale contre Toulon.

Benjamin Kayser aime particulièrment l’ambiance de ce stade : « J’aime beaucoup le côté religieux de ce lieu. C ’est un stade qui dégage beaucoup de puissance et de noblesse. » Mais ce déplacement en Angleterre ne sera pas une visite dans un monument historique du rugby.

 Les anglais favoris

Les anglais sont largement leaders de leur championnat et disposent d’une équipe très complète : un pack plus que massif, beau d’intensité, un jeu efficace avec des finisseurs redoutables. Les Saracens alignent six internationaux anglais tels Owen Farrell à l’ouverture, le finisseur Chris Ashton (9 essais en HCup cette saison), Alex Goode à l’arrière ou Mako Vunipola devant.

Eliminés à domicile en quart il y a deux ans par l’ASM, et par Toulon en demi-finale l’an dernier, les anglais progressent et veulent voir plus haut. Mais ils savent aussi que leur présence à ce niveau s’avère un peu miraculeuse cette saison. Huitièmes et derniers qualifiés de la phase régulière, les Saracens ont arraché leur place en demi-finale sur la pelouse d’une équipe de l’Ulster réduite très rapidement à 14 après le carton rouge reçu par Payne (17-15). Un scénario qui évite aux clermontois d’aller défier à Belfast des irlandais numéro 1 de la phase de poule et favoris de la compétition. L’ambiance irlandaise aurait été probablement bien plus chaude.

Les anglais sont toutefois en pleine confiance d’autant qu’ils n’ont plus perdu depuis 8 matches. Ils n’ont d’ailleurs perdu que 4 matches cette saison dont 2 contre Toulouse. Guy Novès qui connait bien les deux équipes voit lui Clermont favori en jugeant le banc anglais très faible : « Ce sera serré mais Clermont doit gagner parce que les Anglais me paraissent avoir une bonne équipe mais avec un banc très faible. Je pense que sur la durée du match, en s’accrochant, Clermont finira par faire la différence. »

Tant les statistiques actuelles que le lieu, placent bien cependant les anglais en position de favoris ce qui fait bien les affaires des clermontois comme l’a confirmé Vern Cotter cette semaine : « C’est un formidable défi, le genre de matches que mes joueurs affectionnent particulièrement. Nous serons outsiders, et nous savons que nous devons travailler consciencieusement et sereinement pour être performants. Pour gagner nous devrons produire un match exceptionnel ! »

 Des clermontois « énervés »

De fait, la baisse de régime dans la seconde phase de Top 14 n’inquiète pas vraiment Vern Cotter et les clermontois qui ont fait de cette HCup le véritable objectif et un terrain de prédilection depuis plusieurs saisons. Ces dernières semaines les clermontois n’ont pas forcément mis tous les ingrédients à commencer par la concentration et l’engagement. Cette fois il ne faut plus gérer mais l’entraîneur de l’ASM est confiant : « je connais bien ce groupe et mes joueurs, et quand ils s’énervent, c’est plus facile de mettre les choses en place. Et là, je crois qu’ils sont énervés. »

Ce samedi, il leur faudra prendre exemple sur Toulouse qui avait réussi à contrer les anglais sur leurs points forts : répondre présent dans le défi physique d’une équipe massive, être agressif mais aussi très discipliné. Vern Cotter prône d’ailleurs un jeu plus direct et pragmatique que ces dernières semaines : « Nous allons essayer de nous concentrer sur un rugby plus simple basé sur la conservation et l’efficacité. Un rugby de pourcentage… »

Les clermontois doivent aussi profiter de leur expérience supérieure pour faire la différence et mettre le doute dans les têtes anglaises qui nourrissent peut être un complexe après avoir été battus à domicile par Clermont et Toulon les saisons passées en quart et en demi-finale. Le trois-quarts argentin Marcelo Bosch, arrivée cette saison chez les Sarries, estime d’ailleurs qu’« au niveau mental, il faut franchir un cap et être positifs pour cette demi-finale. »

Un point faible renforcé par le fait que les anglais n’ont jamais remporté une demi-finale de H Cup dans leur histoire et qui se caractérise aussi souvent par les difficultés d’Owen Farell dans les grands rendez-vous. De quoi les faire cogiter si les clermontois arrivent à prendre le score rapidement ce samedi...


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois