Cyberbougnat

La portugaise Helena Costa entrainera le Clermont Foot 63 la prochaine saison

Publié par Bertrand le mercredi 7 mai 2014 à 10h50min, mis a jour le dimanche 29 juin 2014 à 14h27min - 16167 lectures

Football — Cas inédit en France, c'est une femme qui prendra les commandes du Clermont Foot la saison prochaine en remplacement de Régis Brouard.

Grosse surprise du côté du Clermont Foot pour la désignation du nouvel entraîneur. Après avoir donné sa première chance dans le monde professionnel à Régis Brouard, Claude Michy a confirmé une fois de plus qu’il ne faisait pas les choses comme tout le monde. Il mise ainsi sur une femme, la portugaise Helena Costa (36 ans - page Facebook) pour prendre les commandes de l’équipe.

 Un parcours universitaire et sportif brillant

Première de sa promo d’entraîneurs (sur 120 candidats), Helena Costa est passée par la formation de Benfica, remporté le Championnat régional amateur de Lisbonne avec l’équipe masculine du Cheleirense avant de diriger des équipes féminines du 1° de Dezembro et du Odivelas. Elle remporte avec elles deux championnats de D1, un autre de D2 et deux Coupes du Portugal en seulement trois ans.

Elle s’est ensuite occupée des sélections féminines du Qatar et de l’Iran, en plus de sa collaboration avec le club écossais du Celtic Football Club en tant que recruteur. Elle a effectué plusieurs stages dans des clubs européens de premier plan.

Bref un CV sportif béton pour celle qui est arrivée à la carrière d’entraîneur en passant par les bancs de l’université. Avant elle, Carlos Queiroz, José Mourinho ou encore Vítor Pereira (ancien entraîneur de Porto) ont effectué le même trajet surprenant. Helena Costa a d’ailleurs été une étudiante brillante, major de promotion de l’université des sciences et des sports de Lisbonne à la fin des années 90. Comme en témoigne [sa production universitaire](http://pt.wikipedia.org/wiki/Helena_Santos_e_Costa), elle a beaucoup écrit sur la méthodologie de l’entraînement.

Ce qui comme le rappelle SoFoot, cette approche du football est typiquement portugaise. Manuel Sergio, mentor de Mourinho et professeur de philosophie avait d’ailleurs théorisé ce point : « Le football, ce n’est pas une activité physique, c’est une activité humaine. Pour être un entraîneur de football, il faut être un spécialiste en sciences humaines et entraîner tout en même temps : le physique, le mental, la tactique.  »

Et pour faciliter son travail, cette polyglotte parle aussi français !

JPEG - 40.6 ko

Selon le communiqué du club, « cette nomination doit permettre au Clermont Foot 63 de rentrer dans une nouvelle ère, en s’appuyant sur un groupe de 17 joueurs actuellement sous contrat, auxquels s’ajouteront de jeunes joueurs issus du Club. »

Toujours selon le communiqué, Olivier Chavanon, bénéficiant d’une grande expérience et d’une profonde connaissance du Club, sera amené à être plus présent dans le domaine sportif.

 Claude Michy choisit ses entraîneurs à l’instinct

Avec ce choix, Claude Michy innove totalement puisque ce sera la première femme à diriger une équipe professionnelle masculine en France et probablement un cas très rare en Europe. Claude Michy apprécie le football féminin et avait lancé il y a un an la mise en place d’une section féminine en partenariat avec les clubs locaux.

C’est le sixième entraîneur du Clermont Foot depuis sa reprise par Claude Michy. Ce dernier met peu son nez dans le domaine sportif mais le choix de l’entraîneur est une prérogative particulière. Dans ce domaine, il a coutume de dire qu’il fonctionne à l’instinct et qu’il parle peu football quand il rencontre les candidats au poste.

Claude Michy Claude Michy assistait le week-end dernier au GP Moto d’Espagne à Jerez dans le sud de la péninsule ibérique, peut être en a-t-il profité à ce moment là pour rencontrer celle à qui il vient de confier son équipe.

Le dossier a en en tout été mené par le président Michy en personne, Olivier Chavanon, n’a été mis au parfum qu’une fois les négociations entérinées. Et les dessous de cette arrivée sont encore une fois féminin, puisque le lien s’est fait à travers Sonia Souïd, ancienne volleyeuse au VBC Riom et Miss Auvergne en 2003 devenue depuis agent FIFA chez la société Essentially Foot. Patrick Esteves, collaborateur de la société, a confirmé que « tout s’est fait en peu de temps. » Le club a rendu l’information publique ce matin car elle avait commencé à fuite du côté du Portugal.

JPEG - 39.4 ko

 Une première ?

Helena Costa est la première femme nominée à la tête d’un club professionnel de football en France et reste un cas rare dans le monde. En 2000, l’italienne Carolina Morace avait été la première femme à prendre la tête d’un club professionnel masculin en Italie en acceptant la proposition de l’ASC Viterbo (Serie C1, l’équivalent de la troisième division. Mais l’aventure avait tourné court, elle avait démissionné après seulement deux matches à cause de la trop forte pression médiatique.

En 2012, la Bolivienne Nelfi Ibáñez Guerra avait pris les commandes de l’équipe de deuxième division bolivienne des Hijos de Acosvinchos. Il y a trois mois, la roumaine Elena Groposila a elle été nommée entraîneur de l’équipe de handball masculine de Dijon.

Invitée de la Nouvelle Edition sur Canal+, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des Femmes, a aussi été interrogée sur cette nomination :

« Je serai heureuse le jour où ça ne surprendra plus personne. Mais bravo à elle. On a moins parlé de la nomination de l’entraîneuse de Dijon, qui porte d’ailleurs le même prénom. Il y a plein d’hommes qui encadrent des équipes féminines, donc c’est normal que des femmes encadrent des équipes masculines. »

Déclaration complétée par deux tweets de félicitations :

L’ancien sélectionneur français, Raymond Domenech a lui aussi salué l’initiative :

« Les femmes savent jouer au football et entraîner. Elles ont les compétences pour. Pourquoi ne pourraient-elles pas entraîner des hommes ? L’inverse n’est-il pas réel ? Et ça ne pose de problème à personne… C’est un choix naturel, à l’image de notre société dans laquelle les femmes sont l’égales des hommes. Je dis bravo au président Michy. Je m’étais dit que si je reprenais un club, je prendrais une femme comme adjoint. Il m’a devancé ! »

 Mourinho en jupon

Un site tchèque annonçant la nouvelle rappelle son surnom de « José Mourinho dans une jupe. » Un surnom en fait reçu quand elle a effectué l’un de ses stages lors du premier passage de Mourinho à Chelsea.

Outre le parcours, elle partage d’ailleurs avec son homologue portugais la même passion pour analyser et décortiquer le jeu que l’entraîneur de Chelsea mais aussi la soif de victoire « Je veux toujours gagner. Comme Mourinho. Donc sur cet aspect-là, oui, je veux bien qu’on me compare avec lui. »

Celle qui « vit football du matin au soir  » avait expliqué ses ambitions dans un reportage de la télévision portugaise : « Je veux dédier ma vie au football, en faire mon métier. Cela peut être une équipe féminine ou masculine, je ne me ferme aucune porte. » De fait, la presse portugaise constate qu’« Helena Costa est confrontée à des opportunités qui sont inégalées dans le monde du football. »

 Fort engouement

Cette nomination vient aussi de mettre un coup de projecteur spectaculaire sur le Clermont Foot. En quelques minutes après l’officialisation, Helena Costa et le Clermont Foot sont rentrés dans les trending topics, sujets les plus populaires sur Twitter :

JPEG - 27.5 ko

Cette nomination novatrice dans un univers très macho a aussi été saluée par les internautes sur Twitter :

Cette nomination a toutefois aussi entraîné son lot de messages graveleux, sexistes et misogyne qui ont révolté certains internautes :

 Les joueurs surpris eux aussi

Et pour tous ceux qui se posent des questions sur la gestion du vestiaire, Manu Imorou tranche rapidement : « Ce n’est pas un problème. Le bureau du coach est isolé et, une fois le match terminé, il ne vient pas nous parler sous les douches. En plus à Clermont, ce n’est pas vraiment une nouveauté, on a déjà une femme kiné. »

Ce qui a plutôt surpris les joueurs, c’est en fait la rapidité de la nomination comme le confie Manuel Imorou qui a lui joué à Braga au Portugal : « Mercredi matin ma femme m’a montré un article en portugais annonçant Helena Costa à Clermont. J’ai d’abord cru que c’était une rumeur mais quand je suis arrivé à l’entraînement, les dirigeants nous ont dit que c’était vrai. L’info avait fuité et ils ont décidé de le déclarer publiquement. »

Jacques Salze, a lui raconte la scène de la révélation :

« Chavanon nous a parlé dans un silence absolu, personne n’a moufté, il n’y a pas eu de questions, il nous a expliqué qu’Helena Costa était le choix de Claude Michy, le propriétaire et président du club, que c’était bien pour Clermont, que les joueurs allaient avoir la chance de se montrer et d’être vus, si l’on en juge par l’attraction médiatique de cette nomination. »

Certains joueurs auraient aussi dit : « Oh non, pas une femme ! »

Passé la surprise, les joueurs ont ensuite constaté son parcours comme le précise Imorou : « On a regardé son parcours dans le vestiaire. Si à son âge elle en est déjà là, c’est qu’elle possède de réelles capacités. » Peut être ont-ils été aussi surpris pas la déflagration provoquée par l’annonce :

Surpris par la nomination, Olivier Chavanon a ensuite presque été surpris par la réaction des joeurs : « J’ai trouvé les gars vachement ouverts à l’annonce de l’arrivée de Costa. Je m’attendais à une réaction plus dure. »

Jacques Salze résume l’état d’esprit du vestiaire qui ne sait pas vraiment comment cela va se passer l’an prochain : « Moi, perso, ça m’a fait plutôt sourire, mais il y en a dans le club qui avaient idéalisé leur futur coach. Il y avait des rumeurs sur le remplaçant de Régis Brouard depuis qu’il avait annoncé son départ, mais en vérité on pensait plutôt au coach d’une grande équipe, notamment Elie Baup de Marseille. On s’attendait à tout mais forcément pas à ça. »

 Séduire la communauté portugaise

Outre le buzz national voir international provoqué, Claude Michy a peut être aussi trouvé là une occasion de séduire l’importante communauté d’origine portugaise clermontoise (plus de 16.000 en Auvergne, soit la nationalité étrangère la plus représentée) qui n’avait par le passé guère attirée par les rares recrues lusitaniennes.

Pour son agent Patrick Esteves « Helena va permettre de rapprocher le Portugal à la France grâce au football »

Et un en commentaire en portugais sur la page Facebook de Cyberbougnat semble aller dans ce sens : « É um orgulho ver uma Treinadora Portuguesa à frente do mais importante Clube de Futebol, da cidade onde eu nasci e vivi durante12 anos. » (Qu’on pourrait traduire par « Je suis fier de voir un entraîneur portugais dans le plus important club de football de la ville où je suis né et ai vécu 12 ans. »)

Son agent rappelle toutefois que ce n’est pas qu’un coup de buzz : « Elle a les compétences pour ce poste. Quelle autre femme aurait pu le faire ? »Une vision partagée par Imorou, « il y a certainement une intention de faire du buzz mais elle ne serait pas là si elle n’avait pas de réelles qualités », mais aussi par Claude Michy lui même dans La Montagne :

« Je sais que je prends des risques en recrutant Helena Costa, mais j’avais envie d’être un précurseur et de faire bouger les lignes. Mais les risques auraient été les mêmes en engageant un entraîneur masculin. J’ai bien la sensation de lâcher une bombe et de mettre de la lumière sur le Clermont Foot. Encore faut-il qu’elle reste. »

Et quoi de mieux pour ça qu’Helena Costa parvienne à faire ce que tous les hommes qui l’ont précédé n’ont pas réussi à faire : offrir pour la première fois de son histoire la Ligue 1 à Clermont.

 Au Canal Football Club

Helena Costa était sur le plateau du Canal Football Club présenté par Hervé Mathoux, ce dimanche 11 mai pour évoquer sa nomination à la tête de l’équipe professionnelle clermontoise.

Sur l’impact médiatique de sa nomination :

« Je ne m’attendais pas à une telle publicité. Cela me réjouit. Le président de Clermont a fait un pari sur moi. On parle de Clermont comme un club avec un projet. Je veux qu’on regarde Clermont comme un club avec des objectifs et non comme un club avec une femme à sa tête. »

« L’impact médiatique pour moi est une bonne chose. Ce sera bien pour Clermont, pour les joueurs de Clermont car ils auront une plus grande visibilité désormais, le football français aussi et la Ligue 2 aussi. »

« Je dors très bien sous pression, aucun problème. La curiosité va attirer le public vers les stades. La pression sera plus sur les joueurs que sur moi. Les gens me regardent, mais ils doivent regarder les joueurs, la performance de l’équipe. L’important est que les joueurs en profitent pour relancer de leur carrière. »

Sur Claude Michy :

« La première chose qu’il m’a dit est ‘je suis un mâle’ puis après il m’a dit ‘allons discuter’. J’ai beaucoup apprécié cette discussion. Nous avons parlé très concrètement, du projet, du club, de la ville. Le plus important pour moi est que le président de Clermont a eu une vision, c’est un visionnaire. »

Elle se montre aussi très ambitieuse et souhaite être jugée uniquement sur son travail :

« La victoire appartient au gagnant, que ce soit un homme ou une femme. C’est ce que je veux. Je veux être vu comme une femme qui entraîne une équipe. Je veux être jugé sur la qualité de mon travail. De toute façon je suis là pour gagner, sinon je ne serai pas là. »

Sur ses objectifs de carrière, Helena Costa se focalise sur Clermont :

« Mon objectif est de gagner avec Clermont et si après nous allons en Ligue 1 pourquoi pas. Il y a des choses à faire avant mais pourquoi pas et mon objectif c’est Clermont. »

Le clermontois Hervé Mathoux a conclu avec le sourire : « Si vous amenez Clermont en Ligue des Champions je ne vous en voudrai pas. »

 Pas commode ?

Helena Costa était aussi l’invité du Grand Journal de Canal+ le mardi 13 mai en présence de son agent Sonia Souid qui a rappelé qu’elle avait les mêmes diplômes que les autres entraîneurs masculins. Et quand on lui a posé la question des douches Helena Costa a répondu très clairement : « je vous proposer d’inviter l’entraîneur d’une équipe féminine dans votre émission et lui poser la même question. »

Une émission qui illustre le trait de caractère qu’on lui prête souvent, la détermination. On dit aussi qu’elle n’est pas commode mais cela n’inquiète pas Olivier Chavanon : « On dit qu’elle n’est pas commode, mais si ’pas commode’ ça veut dire exigeante et rigoureuse, ce sera parfait. »

Et finalement on n’avait pas vraiment entendu celui à qui elle succède, Régis Brouard :
« C’est forcément compliqué et difficile d’entraîner des mecs avec des entourages et des agents. Mais paradoxalement, le fait que l’entraîneur soit une femme, cela peut, au moins dans un premier temps, imposer le respect. Les joueurs seront probablement plus distants et moins familiers. »

 Démission à la veille de la reprise

L’histoire entre la portugaise et le Clermont Foot n’a pas duré longtemps. Helena Costa a démissionné la veille de la reprise de l’entraînement. Si les raisons étaient au départ très mystérieuses, elle a finalement diffusé un communiqué expliquant le comportement du directeur sportif, Olivier Chavanon, le comportement amateur du club et l’impossibilité de joindre Claude Michy. Il se pourrait qu’elle soit remplacée par une autre femme, l’ancienne internationale française Corinne Diacre.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics