Cyberbougnat

Toulon - Clermont : L’ASM mal payée de ses efforts (27-19)

Publié par Bertrand le samedi 29 novembre 2014 à 10h12min, mis a jour le samedi 29 novembre 2014 à 21h54min - 1888 lectures

Rugby - Top 14 - 12ème journée — Même sans ses internationaux, l'ASM Clermont Auvergne a tenu la dragée haute à Toulon malgré une mauvaise défense en première période. Les varois assurent leur victoire dans les 10 dernières minutes alors que l'ASM avait repris la tête à l'heure de jeu. Avant-match, résumé et réactions d'après-match...

Toulon - Clermont sera le choc de cette journée de Top 14. Un rendez-vous de niveau européen coincé entre la tournée du XV de France et la reprise de la Coupe d’Europe. Un excellent match de préparation même si Franck Azéma n’alignera pas une bonne partie des joueurs qui iront en Irlande.

 Le point au classement : la place de leader en jeu

Avec 36 points, l’ASM compte actuellement 3 points d’avance sur Toulon. Le vainqueur de cette rencontre devrait donc être leader du championnat à la fin de l’après-midi. Mais les deux équipes pourraient être co-leaders si Toulon l’emporte et que Clermont prend le bonus défensif.

Au plan comptable, l’ASM compte 8 victoires en 11 rencontres, tandis que le RCT s’est imposé 7 fois. Les toulonnais restent sur une défaite à Castres (22-14). A domicile, ils ont réussi quelques gros cartons : 60-19 contre La Rochelle, 40-17 contre Montpellier, ou 61-28 contre Grenoble lors de leur dernier match à domicile. Ils ont aussi cependant eu plus de mal contre Bordeaux (18-13) et s’étaient inclinés contre le Stade Français (24-28).

Les deux équipes n’abordent pas le match de la même manière. Toulon a survendu cette rencontre, pourtant un peu passée aux oubliettes avec la tournée, alors que l’ASM veut y voir un match comme les autres. Chez les deux équipes, les regards sont tournés vers le prochain déplacement européen et on sait que le match de ce samedi ne changera pas la face du championnat. Question suprématie, Toulon ne pourra viser que la victoire, tandis que l’ASM aimerait bien revenir avec quelque chose.

 Les déclarations d’avant-match : une véritable rivalité

Depuis des années, une vraie rivalité s’est mise en place entre les deux équipes avec de nombreux épisodes dont le summum fut la finale de la Coupe d’Europe tant en dehors que sur la pelouse.

Si Delon Armitage ne s’est pas exprimé, son frère Steffon a bien montré sa détermination :

« Clermont est en tête du championnat et on doit les battre pour être premiers. Ils ont de bons joueurs partout, ça va être un gros combat. Nous sommes prêts, j’espère qu’ils le sont aussi pour que ce soit un beau spectacle. Contre l’ASM, ce sont toujours de belles affiches, avec des matchs parmi les plus durs pour nous. Mais on est à 100 % pour gagner, on ne veut pas perdre chez nous surtout contre Clermont... »

Ce qu’il a complété par : « C’est toujours un match avec quinze joueurs en face et ce sera la guerre. Et on va gagner. »

Même son de cloche du côté d’Aurélien Rougerie :

« Il y a une vraie rivalité entre nous, et c’est un choc par l’intensité et le côté spectaculaire de ce genre de rencontres. Ce sont deux clubs évidemment différents, par rapport à leur philosophie notamment. Ce sont même deux clubs qui s’opposent, mais la vérité reste sur le terrain. Et sur ce plan là, ils ont des joueurs de qualité mais nous aussi, et ça donne toujours de grands matches. »

Mais on attendait surtout les déclarations de Mourad Boudjellal qui est finalement resté plutôt réservé ce mardi :

« Avec Clermont, c’est un peu les Rivaux de Painful Gulch avec O’Hara et O’Timmins. On est ennemis depuis des années, on se cherche... mais avec tout le respect que l’on a pour eux. Ce sont toujours des confrontations serrées avec souvent des anecdotes de fin de match. On y va avec beaucoup d’envie même si on est diminués. Je ne sais pas comment Clermont va arriver. En tout cas, je pense que c’est le derby de ces dernières années. Il y a deux ans c’était une finale de Coupe d’Europe, une demi finale, c’est devenu une sorte de Clasico entre les Rouge et Noir et les Jaune et Bleu. »

Une référence à la 32ème histoire de la BD Lucky Luke où deux familles qui se font la guerre depuis des années doivent se réconcilier à travers des concours. Les deux familles terminant à égalité, la fête se termine par un pugilat...

Il a en revanche terminé par une phrase très énigmatique sur le recrutement et la concurrence entre les équipes sans toutefois en dire plus :

« D’ailleurs, cette année il y aura peut-être un Jaune et Bleu qui ressortira du terrain en Rouge et Noir et inversement... Sait-on jamais ? »

Toutefois, dans la journée La Provence indiquait que Nalaga devrait s’engager avec le RCT.

Franck Azéma a lui vu dans ce match la préparation idéale avant d’aller défier le Munster :

« Je vois comme une chance le fait de jouer Toulon cette semaine, d’avoir un match de ce calibre là avant d’aller défier le Munster chez eux. Nous savons ce qui nous attend et nous ne pouvons nous autoriser à jouer en demi-teinte. Il faudra être précis dans les zones de rucks, ce sur quoi nous avons travaillé ces dernières semaines. Ce déplacement est l’occasion idéale de se remettre le pied à l’étrier après cette semaine de congés et de préparation physique pour la majorité du groupe.
Nous serons, comme la semaine prochaine, dans un contexte hostile face à une équipe redoutable, on va vite voir ce que nous avons dans le ventre. Les Toulonnais comme les Munstermen, la semaine suivante, vont nous proposer un engagement physique total, à nous de montrer notre détermination et notre solidarité. »

 Le tweet : les supporters sont prêts

Le tweet de la semaine ne vient pas d’un joueur mais d’un supporter clermontois mélange rugby, Star Wars et Lego

 Les joueurs et compositions : un doublon qui ne porte pas son nom

Comme le disait Laurent Labit cette semaine, « il y a les fameux doublons qu’on peut identifier et il y a les doublons cachés. » Les règlements obligent en effet les équipes à laisser certains joueurs internationaux au repos et la préparation de la Coupe d’Europe demande une gestion fine des effectifs.

Ainsi côté clermontois, tous les internationaux sollicités pendant la tournée restent en Auvergne à l’exception de Benjamin Kayser qui sera titulaire au talonnage. Il sera encadré par Thomas Domingo et Clément Ric. Loïc Jacquet et Julien Pierre formeront la deuxième ligne. Le pack sera complété par Lee en 8 perforateur et Lapandry et Kolelishvili en flankers.

On attendait le retour de Morgan Parra à la mêlée, mais une alerte à la cheville a contrarié son retour. C’est donc Radosavljevic qui conduira le jeu avec Brock James. Stanley et Rougerie formeront la paire de centres. Nalaga, auteur de 5 essais lors des 3 derniers matches tentera de continuer sa série, alors que Malzieu fait son retour à l’autre aile. Buttin aura sa chance dans le fond du terrain.

Ainsi, au total 10 titulaires clermontois ont été formés au club qui n’a pas manqué de le rappeler cette semaine. Paulo, Debaty, Jedrasiak, Bonnaire, Lacrampe, Delany, Nakaitaci et Kotze s’installeront sur le banc.

Composition de Toulon

Côté toulonnais, Botha, Habana et Chiocci ont aussi bénéficié de vacances après leurs tournées. Les autres internationaux seront en revanche sur le pont. On retrouve ainsi Mermoz et Bastareaud alignés au centre, Tillous-Borde à la mêlée et Menini au poste de pilier gauche

On attendait aussi les retours de blessure de Carl Hayman, Matt Giteau et Mamuka Gorgodze mais seul le premier sera sur la feuille de match. C’est l’Argentin Nicolas Sanchez qui évoluera à l’ouverture en l’absence de Michalak et Giteau. Vosloo débutera la rencontre sur le banc.

Le XV de départ : 15.D.Armitage ; 14.Mitchell, 13.Bastareaud, 12.Mermoz, 11.D.Smith ; 10.Sanchez, 9.Tillous-Borde ; 7.S.Armitage, 8.Masoe, 6.J.Smith ; 5.Williams, 4.Taofifenua ; 3.Hayman, 2.Orioli, 1.Menini.

Les remplaçants : 16.Guirado, 17.Fresia, 18.Suta, 19.Vosloo, 20.Wulf, 21.Tuisova, 22.Escande, 23.Castrogiovanni.

 Coup d’envoi par Camille Muffat

Le coup d’envoi de la rencontre sera donné à 14h45 à l’Allianz Riviera de Nice en direct sur Canal+ et devant un peu plus de 30.000 spectateurs. Le match était arbitré par Alexandre Ruiz.

Le coup d’envoi fictif sera donné par la nageuse retraitée Camille Muffat. Depuis quelques semaines le club avait annoncé l’annonce d’une nouvelle recrue lors de ce match. C’est finalement la Championne Olympique 2012 à Londres qui a été présentée avec le maillot du club.

 Résumé de la rencontre

La rencontre est partie très rapidement, avec une récupération du ballon par les clermontois sur leur coup d’envoi et une longue action faite de percussions. Malheureusement elle n’aboutira sur rien. Les premières minutes montrent bien l’envie clermontoise de proposer du jeu avec une maitrise du ballon, mais c’est le RCT qui est réaliste en ouvrant la marque sur sa première incursion avec une pénalité de Sanchez pour une faute en mêlée (3-0, 7e).

Sur le bord de la pelouse Franck Azéma regrette le manque de réalisme, mais dès le renvoi, les clermontois mettent Toulon à la faute face aux poteaux et Brock James remet les deux équipes à égalité (3-3, 9e).

Beaucoup de jeu

Deux mauvaises nouvelles vont ensuite arriver pour les supporters clermontois. La première avec la blessure de Kolelishvili remplacé par Bonnaire après un contact (12e). La deuxième est le premier toulonnais marqué sur un turnover. A partir d’un ballon récupéré par Menini par un grattage dans leur camp, les toulonnais jouent rapidement et terminent 60m plus loin dans l’en-but clermontois avec un essai de Smith (10-3, 15e).

Le score aurait pu grossir plus vite car les toulonnais sont inspirés et les clermontois un peu trop passif en défense. L’argentin Sanchez, auteur de trois drops contre la France, manque sa première tentative dans l’exercice, et Delon Armitage manque une pénalité lointaine pour une faute au sol clermontoise (19e). Il s’en faut aussi d’un rien pour qu’une brèche trouvée par Steffon Armitage n’aboutisse sur un deuxième essai (20e).

Sur l’action Clermont s’en sort bien et met à son tour le feu en relançant rapidement mais sans succès. Le match devient un peu fou avec des actions dans tous les sens pas forcément structurée.

A ce jeu, Clermont a une magnifique occasion d’essai avec une percée de Lee bien suivi par Radosavljevic. Il pense aller à l’essai mais un retour de Menini lui fait perdre le ballon à 5m de la ligne. Mais ce n’est que partie remise car les clermontois sont dans un temps fort. Une prise d’intervalle de James permet ainsi à Lee d’aller marquer le premier essai clermontois de l’après-midi. La transformation est malheureusement renvoyée par le poteau (10-8, 31e).

Sanchez va ensuite enrhumer une bonne partie de la défense clermontoise avec un slalom qui aurait pu conduire à l’essai si l’argentin n’avait pas été gourmand (35e). Hélas, les clermontois vont cependant finir par concéder ce deuxième essai qui chauffait. Après un bon travail de ses avants, Tillous-Borde sert Mermoz qui arrive lancé pour prendre l’intervalle et plonger dans l’en-but (17-8, 38e.

Cette première période spectaculaire va se terminer comme elle a commencé avec une longue offensive clermontoise qui se termine sans rien, avec un en-avant à 2m de la ligne.

Clermont refait son retard et passe devant

Le début de deuxième mi-temps lent va annoncer une seconde période moins spectaculaire mais plus réaliste pour l’ASM. Clermont est d’abord récompensé de ses efforts en mêlée par une pénalité qui permet à James de réduire le score sur pénalité (17-11, 46e). Domingo est aussi remplacé par Debaty avec apparement une blessure à l’épaule.

Le poteau va ensuite sauver les clermontois d’une deuxième tentative de drop de l’argentin Sanchez (50e). Brock James est lui plus en réussite en passant une nouvelle pénalité qui permet à Clermont de revenir dans le bonus (17-14, 55e). Plus présente dans les rucks l’ASM dispose aussi de plus de munitions tout en restant fidèle à sa philosophie de jouer tous les ballons à la main.

Et c’est une bonne idée, car sur une longue action démarrant dans les 35m clermontois par une charge de Debaty plein axe, Stanley trouve une brèche et remonte la moitié du terrain, il ne trouve pas de relai immédiatement mais les clermontois transforment rapidement et Delany trouve Rougerie à l’aile qui élimine le dernier défenseur pour marquer son 90ème essai. James rate la transformation, mais l’ASM est alors en tête (17-19, 61e).

Dix minutes de trop

C’est malheureusement un avantage de courte durée, car Toulon profite d’une faute de Lee pour reprendre l’avantage sur pénalité (20-19, 66e. Les varois vont alors remettre un peu de pression pour assurer la victoire en terminant plus fort le match

Très discrets en attaque dans cette seconde mi-temps, ils vont ainsi déployer une séquence avec de nombreuses charges qui leur permettent de se rapprocher de la ligne. Les clermontois reculent et Smith parvient à plonger pour marquer son deuxième essai du bout du bras (27-19 avec la transformation, 74e).

Menée de nouveau, l’ASM n’est pas loin du bonus mais ils vont se retrouver à 14 dès le renvoi. L’arbitre va ainsi être très sévère pour juger le choc aérien entre Bonnaire et Masoe à la retombée du renvoi de James. S’il a bien vu que les deux joueurs regardaient le ballon, il considère que le clermontois emmène ensuite le toulonnais au sol et lui donne un jaune (75e).

Difficile à 15 contre 15, la mission bonus devient alors impossible d’autant que Toulon va cantonner Clermont dans sa moitié de terrain. Le temps file ainsi jusqu’à la fin de la rencontre et la victoire toulonnaise (27-19).

Toulon reprend ainsi la tête du Top 14. L’ASM repart elle de Nice sans le moindre point mais a fait bonne figure avec une équipe sans internationaux face à une équipe varoise qui avait bien aligné les siens. Dommage et mal payé !

 Réactions

Julien Malzieu : « On fait une première mi-temps très moyenne en défense voir très mauvaise et contre les toulonnais ça ne pardonne pas. Après on court après le score, on tente des choses, on arrive à marquer et on recolle au score. Mais si on n’est pas appliqué et concentré du début à la fin contre le champion d’Europe en titre malheureusement les miracles ça n’arrive pas. On connait tous la force de Toulon quand ils avancent. Ils ont de gros porteurs de ballon, on n’a pas été capables de les stopper et quand ils sont dans l’avancée c’est difficile de défendre en reculant. Après il y a des espaces et ils savent très bien les prendre et les jouer. Il faut les féliciter car c’est une grosse équipe et nous on n’a pas mis tout ce qu’il fallait pour faire un gros résultat ici. »

Benjamin Kayser : « Nous étions venus avec beaucoup de détermination. On a fait un match plein. Après en défense en première mi-temps on peut éviter des erreurs que l’on n’a pas l’habitude de faire. Contre une belle équipe de Toulon c’est trop de retard à rattraper. Ce qui est vraiment rageant c’est qu’on revient dans le match, on n’a pas paniqué on arrive à passer devant. Perdre le match comme ça en dix minutes ça fout un peu les boules vu l’investissement mis pour contrarier une équipe comme Toulon. Toulon a mis une énorme pression dans les rucks. Chaque ruck était une véritable bataille soit pour reconquérir le ballon soit pour arrêter de subir en défense. C’est assez épuisant. Cela se joue sur un mauvais timing à la fin et des points qui s’enchaînent. Mais on s’était dit que le Munster et Toulon étaient assez proches en terme de stratégie d’équipe donc ces petites erreurs il faut absolument qu’on les gomme la semaine prochaine. »

Franck Azéma : « Il y avait bien mieux à faire quand on voit notre première mi-temps très moyenne. On tourne avec huit points de retard à la pause et c’est logique. On a été capable de revenir au score lors des vingt premières minutes de la deuxième période, mais par la suite on a trop subi, on a pris des impacts et on a été trop naïf sur certaines montées défensives avec plusieurs plaquages manqués. On doit rééquilibrer ces erreurs pour ne pas les reproduire dès la semaine prochaine au Munster. »

Jacques Delmas : « Quand ils sont passés devant, on a connu un moment difficile, ils avaient la main sur le ballon. Mais la force de notre équipe est de ne rien lâcher. Nos joueurs ont été capables de reprendre le contrôle. On a été patients et quand on su construire notre rugby on les a mis en danger. On est tombés sur une très belle équipe de Clermont qui voulait bien préparer son match au Munster et ils nous ont donné pas mal de fil à retordre, en particulier dans le jeu au sol où ils ont été dominateurs. A un moment il y a eu tellement de turnovers qu’on s’est un peu brûlé les ailes, aussi bien nous que eux. On croyait cependant avoir fait le trou, mais ils sont parvenus à nous passer devant. Ce sont des matchs de haut niveau. C’était du niveau des phases finales de Coupe d’Europe. »

Nicolas Sanchez : « Nous sommes contents d’avoir gagné. Nous n’avons pas fait un match excellent mais on a gagné. On devait être vigilant sinon on perdait le match »


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois