Cyberbougnat

L’ASM Clermont humiliée par Toulon au Michelin (9-35)

Publié par Bertrand le samedi 28 novembre 2015 à 22h58min, mis a jour le dimanche 29 novembre 2015 à 10h08min - 1164 lectures - 2 partages

Rugby - Top 14 - 9ème journée — On a du mal à croire que l’ASM Clermont Auvergne est leader du Top 14 après la prestation vue ce samedi soir au Michelin. L’écart de niveau béant entre l’ASM et Toulon a débouché sur une rouste historique.

Toulon n’avait jamais gagné dans son histoire au Michelin. C’est chose faite et avec la manière. Remonté à bloc après sa lourde défaite en Coupe d’Europe, le RCT a montré l’écart qu’il existe aujourd’hui entre deux équipes que certains voient un peu trop vite se retrouver en finale de Top 14 et / ou Coupe d’Europe. Le RCT y sera probablement surtout avec un telle défense, l’ASM non si elle se cantonne à ce niveau de jeu indigne de son budget, son effectif et ses ambitions.

Après quelques minutes où elle semblait en mesure de prendre le match à son compte, l’ASM s’est éteinte. Une pénalité de Parra (3-0, 5e) et puis pas grand chose. Ridiculement sifflé par le public du Michelin à chaque ballon touché, Delon Armitage ne chambra pas en marquant le premier essai de la rencontre et pourtant ce n’était que le début de l’humiliation (16e). Il fut encore sifflé sur sa pénalité (3-10, 21e) avant que la bronca ne se retourne contre les joueurs clermontois après le second essai toulonnais signé Escande (6-15, 36e).

Il n’y avait rien à dire tant Toulon avait muselé des clermontois sans volonté ni idée. Et si on pouvait croire à un retournement de situation en seconde mi-temps, Toulon montra rapidement qui était le patron. D’abord au pied par Escande qui répondit deux fois à Parra (9-21, 51e) puis dans le jeu.

Pris sur l’agressivité, l’engagement, la conquête, la mêlée, la vitesse, le physique le plan de jeu,... les clermontois s’enfoncèrent au fil des minutes pour sombrer définitivement à l’heure de jeu. Bardy à peine entré en jeu se retrouva dehors pour 10 minutes pour une faute sur un ruck. Sur la touche qui suivit, le pack rouge et noir fut tellement au dessus sur le ballon porté que l’arbitre lui accorda un essai de pénalité (9-28, 60e).

Le RCT n’avait alors plus qu’à gérer ce bonus offensif et ne fut pas vraiment inquiété par une équipe clermontoise totalement hors sujet. Le forfait de dernière minute de James obligeant à jouer sans 10 de métier priva aussi les clermontois de solutions au pied pour passer le mur rouge et noir.

Les clermontois passèrent leur temps à rebondir sur la défense toulonnaise et un Bastareaud toujours aussi impérial dans les rucks. Costaud et déterminé, ce dernier sera probablement d’ailleurs la prochaine cible des sifflets clermontois l’an prochain alors qu’on devrait envier son apport.

Sans imagination, l’ASM qui avait toujours marqué un essai au Michelin ces 5 dernières années, à l’exception d’un match en Coup d’Europe il y a 3 ans, n’avait aucune chance de passer. Même à 15 contre 14 après un jaune pour Matt Stevens (72e), puis 15 contre 13 dans les dernières minutes, l’ASM fut incapable de mettre en danger le RCT pour le priver du bonus.

Comme un symbole, Drew Mitchell, déjà bourreau des clermontois en finale de Coupe d’Europe, se chargea du quatrième essai non sans avoir ridiculisé les derniers défenseurs clermontois à la conclusion d’un contre initié par une récupération du ballon dans les bras de Strettle esseulé sur la dernière tentative de priver Toulon du bonus (9-35, 80e).

Probablement de quoi faire regretter à Mourad Boudjellal resté sur la rade de ne pas avoir fait le déplacement en Auvergne. C’est la plus lourde défaite à domicile de l’ASM depuis le 19 janvier 1992. L’équipe de Jean-Marc Lhermet et de Philippe Saint-André s’était inclinée 6-37 contre Bègles.

Une sérieuse remise en question

L’ASM est donc toujours en tête du Top 14 mais doit sérieusement se remettre dans le bon sens. Si la mauvaise prestation à Paris et les 4 essais gallois du week-end dernier n’ont pas servi d’avertissements, cette rouste à domicile, la plus grosse depuis un vingtaine d’années, devrait s’en charger et allumer tous les voyants d’alerte.

L’ASM a encaissé 8 essais à domicile en 6 jours et ne peut clairement pas être confiante sur sa défense. Son impuissance en attaque avec des plans stéréotypés montre aussi qu’elle doit sérieusement apporter plus d’intelligence dans son jeu. Souvent la vitesse des enchaînements, la puissance pour conserver le ballon et la capacité de certains joueurs à trouver les brèches ont masqué cette incapacité à faire évoluer le plan de jeu. Mais dans les finales perdues de l’an dernier ou le match de ce samedi soir on a l’impression que l’ASM pourrait jouer des heures sans varier de stratégie malgré son incapacité à casser la défense adverse.

L’autre problème, gênant, c’est qu’on en vient à regretter le retour des internationaux. Flamboyante avant la trêve de la Coupe du Monde, l’ASM est poussive depuis la reprise alors que les retours de ses meilleurs éléments auraient dû la booster. Et même le coaching et l’apport du banc n’ont rien changé hier soir à l’inverse de celui de Toulon. On attend donc maintenant de voir si ce coup de pied au cul sera salutaire...


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics