Cyberbougnat

Clermont pouvait espérer mieux à Paris (23-16)

Publié par Bertrand le dimanche 8 septembre 2013 à 23h06min, mis a jour le vendredi 13 septembre 2013 à 08h03min - 1098 lectures

Rugby - Top 14 - 5ème journée — L'ASM Clermont Auvergne s'est inclinée sur la pelouse du Stade Français et se contente du bonus défensif. Pourtant elle a largement dominé la première période et a laissé filer 12 points au pied.

Malgré les trois matches en huit jours et quelques incertitudes en fin de semaine, l’ASM Clermont Auvergne est montée à Paris avec l’idée de faire un coup chez des parisiens qui avaient fait tourner mercredi pour assurer leur invincibilité à domicile ce dimance. Benjamin Kayser l’avait fort bien dit vendredi, « les équipes iront à Paris avec l’idée d’être la première à faire tomber Paris dans son nouveau Stade Jean-Bouin. »

Et dès le début on sent bien que l’ASM est bien venue avec cette idée. Alors qu’elle a pu se montrer plutôt diesel dans certains de ses matches, elle attaque cette fois avec du rythme et de l’ambition. Elle va ainsi priver le Stade Français de ballons avec une défense agressive et qui avance dans le sillage d’un Bardy mort de faim, de l’envie dans le jeu d’attaque et des chandelles millimétrées de James.

 Clermont domine la première mi-temps

Clermont maitrise le ballon mais c’est pourtant Paris qui ouvre le score sur sa seule incursion en profitant d’une faute sur un regroupement (3-0, 12e). L’ASM a rapidement l’occasion de revenir, mais James impeccable dans le jeu a du mal dans les pénalités et en manque deux, dont une assez facile, avant de parvenir à égaliser (3-3, 23e). C’est pas cher payé, car l’ASM a dominé et sur cette dernière action elle fut tout près de l’essai après un mauvais lancé parisien en touche, mais la défense parisienne a serré les rangs et défendu plus qu’à la limite sur les tentatives clermontoises de passer la ligne.

La tension monte sur la pelouse et une petite bagarre se termine par un jaune à Papé et Julien Pierre (36e). Mais c’est Brock James qui a le dernier mot dans cette mi-temps avec une pénalité qui donne un avantage logique mais trop court aux clermontois (3-6, 40e).

 Le Stade Français inverse la situation

Conscient du danger, le Stade Français va attaquer la seconde période pied au plancher. Les parisiens arrivent à créer du danger et Byrne va aussi écoper d’un carton jaune pour anti-jeu sur une occasion d’essai (44e). A 14 contre 13 les parisiens vont choisir deux fois la touche plutôt que taper la pénalité mais vont se faire piquer le ballon par Bonnaire sur la seconde.

Mais Paris confirme sa domination et va obtenir une pénalité sur une touche, en menaçant au passage Domingo d’un carton jaune. Cette fois Fillol prend les points (6-6, 50e). L’international va toutefois se montrer à son avantage sur la mêlée suivante dans le camp parisien. Mais Brock James décidément pas en réussite manque la pénalité (52e). Il laisse alors taper la suivante à Rado mais sa tentative lointaine est trop courte (53e).

L’ASM a déjà laissé échapper 12 points sur pénalité, dont 9 assez faciles, à ce moment du match et va rapidement le regretter. Car pendant que l’ASM gâche les occasions, les parisiens vont eux ne pas manquer d’aller à l’essai par Bonneval après une très longue séquence. Dupuy transforme et Paris prend le large (13-6, 59e). Et les choses ne s’arrangent pas puisque Dupuy va ensuite passer une pénalité de 50m pour sortir l’ASM du bonus défensif (16-6, 61e). Cet avantage galvanise encore un peu plus les parisiens qui ont le ballon à 75% du temps.

Vern Cotter procède alors à quelques changements pour inverser la tendance. Le résultat ne se fait pas attendre avec une large offensive, un gros travail de Fofana et Stanley pour permettre à Julien Pierre d’aplatir en coin l’essai de l’espoir surtout que Brock James retrouve son pied pour le transformer (16-13, 67e).

Cet essai remet l’ASM dans le bon sens alors qu’elle avait montré trop peu de choses en seconde période. Et malgré l’enchaînement des 3 matches en 8 jours, les clermontois semblent en mesure d’aller chercher la victoire.

 Le bonus défensif et pas plus

Mais Paris va crucifier les clermontois. Les lignes arrières parisiennes manoeuvrent bien et Bonneval envoie Arias à l’essai. La passe est largement en avant, Arias récupère le ballon du bout des doigts loin devant lui, mais l’arbitre vidéo juge que l’essai est valable car il estime que les mains de Bonneval faisaient une passe vers l’arrière. La règle est toujours aussi incompréhensible mais cela n’empêche pas Dupuy de transformer (23-13, 72e).

L’ASM doit alors repartir à la chasse au bonus et se relance à l’offensive. Les clermontois balaient le terrain, s’approchent de la ligne. L’offensive est stoppée par Papé qui contourne le regroupement. Il reçoit un second jaune qui se transforme en rouge. A défaut d’un essai, James passe la pénalité et l’ASM revient dans le bonus défensif (23-16, 75e).

En supériorité numérique, les clermontois ont alors quelques minutes en supériorité numérique pour revenir mais ils n’en auront pas l’occasion et doivent se contenter du bonus défensif. Dommage car il avait la place de repartir avec la victoire ce soir avec un peu plus de réussite.

L’ASM termine toutefois sa série de 3 matches en 8 jours avec 11 points marqués sur 15 possibles. Elle est 3ème du Top 14 ce soir.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics