Cyberbougnat

Clermont - Bordeaux : l’ASM s’en sort bien dans un match mal embarqué (26-26)

Publié par Bertrand le samedi 12 septembre 2015 à 19h21min, mis a jour le lundi 14 septembre 2015 à 13h34min - 1267 lectures - 2 partages

Rugby - Top 14 - 4ème journée — A force d’imaginer l’ASM Clermont Auvergne faire un 20 sur 20 on a oublié que Bordeaux-Bègles ne viendrait pas venir faire de la figuration. Les bordelais très réalistes ont en plus profité d’une équipe clermontoise apathique pour mener 3 essais à 0.

L’ambiance était humide au Michelin avec les fortes pluies de la journée et les bordelais se sont en plus chargés de la refroidir totalement. Ils ont ainsi réalisé un départ canon en profitant d’une équipe clermontoise apathique. Et la note va être très salée car les bordelais sont d’un réalisme à toute épreuve.

 Bordeaux plante 3 essais !

Ils trouvent ainsi le chemin de l’essai dès la deuxième minute de jeu par Tauleigne en coin après une percée de Saili dans la défense clermontoise totalement amorphe (0-5, 2e). Une action un essai et bientôt deux ! Serin allume une chandelle dans les 22m clermontois et Buttin se rappelle aux bons souvenirs d’Azéma et du Michelin en venant prendre le ballon sous le nez d’Abendanon. Le ballon part ensuite vers l’aile dégarnie où Serin attend le ballon pour aplatir. Cette fois l’ouvreur bordelais passe la transformation et Bordeaux mène très largement (0-12, 9e).

L’ASM n’a alors rien montré. Quelques percussions et du jeu debout entre les deux essais mais aussi des ballons rendus au pied bien trop facilement. On a ainsi vu Abendanon taper au pied plusieurs fois au lieu de relancer, appliquant les consignes de Franck Azéma qui souhaitait que les clermontois jouent dans le camp bordelais. Mais à rendre les ballons c’est Bordeaux qui en profita.

Pour ne rien arranger, Lopez manqua la première pénalité (12e) et en plus d’être amorphes dans les regroupements, les clermontois se mirent plusieurs fois à la faute. Ils peuvent d’ailleurs remercier le bordelais Saili qui fit perdre à son équipe une pénalité bien placée en venant charger à retardement après une erreur clermontoise dans l’alignement en touche (18e).

Les clermontois profitèrent de ce cadeau pour se dégager et revenir dans le camp bordelais pour obtenir une nouvelle pénalité qui permit cette fois à Lopez d’ouvrir son compteur (3-12, 20e). Les clermontois semblèrent alors se réveiller et enclenchèrent une belle action qui aurait du se finir à l’essai mais se retourna contre eux. Hosea Gear est stoppé à un mètre de la ligne d’essai bordelaise et sur la tentative de faire vivre le ballon, Auzqui tape dans le ballon dans les mains de Sanga. Le Bourhis récupère et lance Ducoing qui s’échappe pour une chevauchée de plus de 80m en échappant à la cuillère désespérée de Gérondeau. Le banc clermontois conteste mais pour l’arbitre Auzqui est passé par l’axe et il ne demande même pas la vidéo. Heureusement pour les clermontois, la transformation est repoussée par le poteau (3-17, 26e) si bien qu’ils ne sont finalement qu’à deux essais transformés des bordelais qui ont à ce moment là le bonus offensif à la surprise générale.

Un écart rapidement réduit par une pénalité réussie par Lopez (6-17, 30e). Un vol de ballon de Gérondeau permet aux clermontois de remonter le terrain mais Bordeaux profite d’une perte de ballon pour revenir et bénéficier d’une pénalité un peu généreuse pour un hors-jeu pas vraiment flagrant de Fritz Lee. Serin face aux perches ne se pose pas la question et ne prive pas de reconstituer le matelas de points (6-20, 32e). Bordeaux très réaliste profite de chaque imprécision clermontoise... et elles sont nombreuses.

Et pour ne rien arranger dans cette mauvaise mi-temps, Camille Lopez sort sur blessure, à priori touché au dos (37e). Patricio Fernandez le remplace et a immédiatement l’occasion de marquer par une pénalité à la sirène (9-20, mi-temps).

 L’ASM renverse la situation en moins de 10 minutes

L’ASM a alors une mi-temps pour remonter 11 points mais doit mettre plus de rythme pour déstabiliser une défense bordelaise en place mais pas assez souvent secouée. Mais pour ça faut-il encore tenir le ballon ce qui n’est pas le cas avec beaucoup de fautes de main sans parler des fautes bêtes. Ainsi un plongeon de Jedrasiak par dessus le regroupement offre un pénalité face aux poteaux pour Serin. L’ouvreur la passe mais se blesse et sort immédiatement (9-23, 47e).

Le temps tourne et l’ASM gaspille ses rares occasions. Madaule pique ainsi un lancé en touche clermontois à 10m de la ligne. Mais Bordeaux se dégage mal et l’ASM peut maintenir la pression et enfin en profiter en étant un peu plus agressive dans les regroupements et renverser alors la situation. Une bonne inspiration de Fernandez va ainsi permettre à Rougerie d’aller marquer son 92ème essai en championnat en résistant aux défenseurs bordelais pour aplatir sur la ligne. Fernandez passe la transformation et l’ASM est relancée (16-23, 54e).

Les clermontois remettent rapidement la main sur le ballon et la pression sur les bordelais. Après une touche trouvée par Bruzullier, les clermontois profitent d’une mauvaise chandelle d’Adams pour récupérer le ballon et Fernandez encore bien inspiré trouve Abendanon qui va aplatir sous les perches après une belle toupie pour effacer son défenseur. Avec la transformation l’ASM est revenue à égalité avec deux essais en 6 minutes (23-23, 60e).

Le match aurait alors pu basculer car c’est au tour de l’ASM de bénéficier des ballons perdus. Les bordelais venus dans les 22m après la remise en jeu insistent avec leurs avants mais perdent le ballon. Abendanon relance à la main puis tape au pied. Les clermontois viennent à quatre pour mettre la pression sur le dernier défenseur bordelais qui se garde le ballon au sol. L’arbitre donne une pénalité qui permet à Fernandez de donner l’avantage aux clermontois pour la première fois de la rencontre (26-23, 63e).

Mais l’ASM va à ce moment là rater le coche en ralentissant de nouveau. Les bordelais qui semblaient sur le point de sombrer quelques secondes plus tôt retrouvent un peu de vigueur. Une bonne pression de leurs avants leur permet d’obtenir une pénalité et égaliser (26-26, 67e).

Les clermontois auront derrière l’occasion de tuer le match après une bonne exploitation d’une perte de balle avec un coup de pied de Bruzulier et un rebond qui trompe Butin. Les clermontois récupèrent et Fritz Lee va marquer l’essai. Mais l’arbitre vidéo le refuse pour une poussette de Jedrasiak sur un défenseur sans ballon (72e).

Les dernières minutes sont indécises et l’arbitre va finir de perdre le fil du match. Les bordelais sont au bord de la rupture mais s’en sortent même si les joueurs clermontois regretteront que l’arbitre ne sanctionne pas un plaquage à retardement sur Lee alors qu’il avait tapé à suivre au pied (76e). Les fautes, les poussettes, l’arbitre ne sait plus trop quoi faire et va même réprimander les capitaines alors qu’il ne voit plus les sorties de balle.

Ce fut aussi la dernière occasion clermontoise. Les dernières minutes seront en effet bordelaises à cause de pertes en balle en touche des clermontois. Les avants de l’UBB vont en profiter pour remettre la pression et tenter de mettre Pierre Bernard en position drop ou chercher la pénalité. Faute d’y parvenir et manquant de perdre le ballon, ils finissent par taper en touche après la sirène pour conserver le match nul (26-26).

L’ASM Clermont Auvergne boucle donc cette première phase du championnat avec 17 points sur 20 possibles. Après un début parfait, cette rencontre indigente est un bon rappel à tous. Place maintenant à la Coupe du Monde que l’ASM regardera depuis le fauteuil de leader. Le championnat ne reprendra que le 17 octobre avec la venue de Pau.

 Réactions : Azéma allume l’arbitre

Enervé par la prestation de son équipe, Franck Azéma l’était aussi contre l’arbitrage :

« Je ne cherche pas d’excuses sur la première mi-temps où sommes apathiques et où nous commettons 2 grosses erreurs, mais la copie rendu par l’arbitrage n’est pas au niveau sur toute la rencontre ! »

L’entraîneur clermontoise pointe les erreurs, les incohérences, l’appel à la vidéo par moment et pas sur d’autre ou encore la gestion de la fin de match.

L’attaque contre le monde arbitral est cinglante :

« En tant que coach, on me demande d’être performant durant cette période, de continuer de faire du spectacle, de gagner des matches. J’attends que les arbitres qui nous dirigent soient au même niveau d’exigence que la compétition que nous disputons. La Coupe du Monde ne doit être une excuse pour personne !

J’en ai marre de faire des rapports sur l’arbitrage après les rencontres, de perdre mon temps à ça ! Je prends mes responsabilités. Quand mes joueurs jeunes, anciens, ou nouveaux, ne sont pas bons : ils ne jouent pas la semaine suivante. Qu’en est-il au niveau de l’arbitrage ? Ils sont sur le terrain, la semaine suivante… il y a probablement des problèmes au niveau des effectifs, peut-être que la professionnalisation des arbitres devrait être accélérée… je ne sais pas, mais nous avons l’impression qu’il n’y a jamais de sanction. »


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics