Cyberbougnat

Stade Français Paris - ASM Clermont : les clermontois punis pour leur fainéantise (40-26)

Publié par Bertrand le samedi 28 mars 2015 à 08h48min, mis a jour le vendredi 3 avril 2015 à 15h36min - 1918 lectures - 1 partage

Rugby - Top 14 - 21ème journée — L'ASM était à Paris ce samedi après-midi dans un duel de haut de classement déterminant pour la suite du championnat. Après une première mi-temps ratée, l'ASM est revenue en seconde période avant de lâcher à nouveau. Avant-match, résumé et réactions.

Coincée entre la fin du Tournoi des 6 Nations et le quart de finale de Coupe d’Europe, cette journée de Top 14 s’avère pour autant cruciale dans la course à la qualification. Le Stade Français a besoin de points alors que l’ASM pourrait faire un grand pas vers les demi-finales.

 Le point au classement avant le match

A égalité avec Toulon à la première place du Top 14, l’ASM Clermont Auvergne est très bien positionnée pour la fin du championnat. La place dans le Top 6 est quasiment assurée et la qualification directe pour les demi-finales peut être sereinement envisagée.

Ainsi, avec 61 points, l’ASM compte 6 points d’avance sur le Stade Français (55). Les parisiens qui ont du mal à enchaîner se sont d’ailleurs fait rejoindre ce vendredi soir par le Racing vainqueur à Bayonne. En fait ce sont les parisiens qui sont sous pression.

Après leurs deux défaites consécutives à domicile contre Oyonnax (13-15) et Grenoble (21-30), les parisiens ne peuvent se permettre de perdre plus de points en route à domicile s’ils veulent se dégager de la pression pour les phases finales qu’ils ont manqué les six dernières saisons. Une victoire leur permettrait à l’inverse de revenir dans la course pour une qualification directe en demi-finale.

De son côté l’ASM sait que ce match est un tournant mais n’aura elle aucune autre pression que celle d’assurer pratiquement sa place en demi-finale en reléguant son plus sérieux concurrent à 10 points en cas de victoire. De quoi simplifier sérieusement les calculs de fin de saison et s’alléger le calendrier pour continuer à jouer Coupe d’Europe et championnat.

S’il est difficile d’enlever le contexte européen autour de cette rencontre située une semaine avant le quart de finale, Franck Azéma y voit la préparation idéale. Il s’attend en effet à ce que son équipe soit sérieusement bousculée ce samedi par des parisiens « animés d’un fort sentiment de rébellion. »

 Déclarations d’avant-match

Julien Pierre : « Les calculs sont simples. On a six points d’avance sur le Stade français, et si on gagne là-bas, on peut dire qu’on a un pied et demi en demi-finale »

Benjamin Kayser : « On rentre dans la période où les matches comptent encore plus, mais je sens plus d’excitation que de peur de mal faire dans le groupe. »

Franck Azéma : « Après un très bon début de parcours nuancé par les deux dernières défaites à domicile (face à Oyonnax et Grenoble, lors de la dernière journée), le Stade Français a besoin de se relancer. Ils doivent être à la recherche d’une bonne performance pour repartir gonflés à bloc vers une fin de saison où ils auront des ambitions. »

Gonzalo Quesada : « Avec deux défaites à la maison, il ne faut pas commencer à douter. Je peux vous assurer qu’on n’est ni trop sûr de nous, ni trop serein avant d’aborder ce match. On va essayer d’écrire notre destin. Je n’ai pas envie de rentrer dans une espèce de parano. On doit rester serein et trouver les bonnes solutions. Mais psychologiquement, on doit absolument s’imposer contre Clermont pour enclencher une nouvelle dynamique. »

 Composition des équipes

Après le Tournoi des 6 Nations, l’ASM a récupéré ses internationaux qui sont tous dans le groupe à l’exception de Jonathan Davies ménagé après avoir joué tous les matches.

Benjamin Kayser sera titulaire, encadré par Thomas Domingo et Clément Ric. Damien Chouly qui n’a pas été titulaire avec l’ASM depuis le match contre les Saracens il y a deux mois sera lui aussi titulaire flanké de Yato et Lapandry. Julien Pierre et Paul Jedrasiak formeront l’attelage.

Surprise à la mêlée, Thierry Lacrampe sera titularisé pour la seconde fois seulement de la saison. Il composera la charnière avec Brock James. A l’arrière, Franck Azéma a reconduit les mêmes que contre Bordeaux : Stanley et Rougerie au centre, Nalaga et Guildford aux ailes et Abendanon à l’arrière.

Titulaires la semaine dernière en sélection, Debaty, Nakaitaci et Zirakashvil seront sur le banc. Delany, Radosavljevic, Lee, Vahaamahina et Ti’i Paulo complètent le banc. Ce dernier signe sa 100ème feuille de match en Top 14.

Composition du Stade Français

Le Stade Français sera largement remanié par rapport à la défaite contre Grenoble. Quesada a décidé de titulariser Plisson et Flanquart de retour de sélection. Concernant son ouvreur, Quesada a indiqué qu’il garde des traces du gros plaquage de Courtney Lawes. S’il n’a aucune blessure, il est marqué musculairement et « un peu raide » selon son entraîneur qui aurait aimé pouvoir le laisser au repos.

Paris doit en revanche se passer de Sergio Parisse touché au pied contre la France. Elle s’ajoute à la blessure de Rabah Slimani et à la suspension de 10 semaines de Pascal Papé.

Le XV de départ : Camara ; Waisea, Doumayrou, Danty, Arias ; (o) Plisson, (m) Dupuy ; Lakafia, Ross, Burban ; Flanquart, Pyle ; Taulafo, Bonfils, Van der Merwe.

Les remplaçants : Sempéré, Zhvania, Mostert, LaValla, Tomas, Steyn, Sinzelle, Kubriashvili.

La rencontre est arbitrée par Cédric Marchat. Il est assisté de messieurs Chalon et Soulan et Irazoqui à l’arbitrage vidéo. Coup d’envoi au Stade Jean-Bouin à 14h35 - Match à suivre en direct sur Canal+.

 Film du match

Les deux équipes débutent avec de l’envie d’envoyer du jeu. Et c’est le Stade Français qui prend immédiatement les devants en prenant de vitesse la défense clermontoise pour le premier essai du match par Nayacalvu Waisea. Le parisien conclut une belle action initiée par une relance de Camara puis un belle passe au pied de Doumayrou. Avec la transformation de Plisson, Paris prend les devants (7-0, 5e).

Privée de ballons dans les toutes premières minutes, l’ASM se met en action pour le confisquer et envoie beaucoup de jeu. La défense parisienne très efficace empêche cependant les clermontois de rentrer dans ses 22m malgré les attaques de Yato, Rougerie, Stanley et Nalaga. L’ASM a toutefois une occasion de scorer sur pénalité mais la tentative de Brock James passe à côté (11e). A l’inverse, les parisiens sont eux bien plus efficaces et précis. Une nouvelle relance de Camara intenable et qui échappe à 4 plaquages pousse Yato à la faute quasiment en fasse des poteaux. A 15 mètres, Plisson ne manque pas la cible (10-0, 14e).

Toutefois l’ASM revient quasiment immédiatement au score. C’est d’abord Lacrampe qui perce mais oublie Yato avant de glisser dans les 22m. Les clermontois conservent tout de même le ballon et déploient leur jeu sur un côté, puis renversent avec deux sautées de James et Rougerie pour décaler Yato qui va marquer son 6ème essai de la saison (10-7 avec la transformation, 17e).

Les clermontois pris par la pression parisienne

Mais ce match a des allures du France-Angleterre de la semaine dernière avec une défense clermontoise trop absente. Les plaquages ratés permettent à Waisea d’avancer puis le jeu Danty est éjecté vers Danty qui marque le deuxième essai parisien (17-7 avec la transformation, 20e).

Les clermontois vont ensuite subir l’intensité parisienne et se trouve acculés dans leur 22m. Le Stade Français déroule mieux son jeu et étouffe les clermontois. Les parisiens pilonnent la ligne d’essai et les clermontois ne doivent leur salut qu’à un ballon échappé sur la ligne du Taulafo sur la ligne (24e). Mais les clermontois restent sous pression car quelques secondes plus tard Paris revient devant la ligne et Guildford se fait contrer en dégageant depuis l’en-but. Les clermontois s’en sortent toutefois très bien en tenant mieux en mêlée (26e). Mais la pression revient vite, car Waisea profite d’une mauvaise passe clermontoise pour s’infiltrer de nouveau dans les 22m (31e). Sur la mêlée qui suit Arias est tout proche d’aller à l’essai. Clermont s’en sort encore mais va finir par faire une faute permettant à Plisson d’augmenter logiquement l’écart (20-7,35e).

Les clermontois ont ensuite une belle occasion avec une grosse percée de Jedrasiak, mais sur le déroulement de l’action Rougerie manque un surnombre et se fait bloquer par la défense parisienne irréprochable depuis le début de la rencontre. Paris récupère le ballon et trouve la touche. Sur le lancé, Pierre est sanctionné pour une faute dans la lutte aérienne ce qui permet à Plisson de trouver un belle touche à 15m de la ligne clermontoise. Les parisiens négocient parfaitement la touche et déroulent avec les avants puis Taulafo s’échappe petit côté pour le troisième essai parisien à la sirène. Et comme Plisson poursuit son 100% avec cette transformation en coin, l’ASM est à 20 points à la mi-temps (27-7, 40e).

Grosse réaction clermontois en début de seconde mi-temps

Le score est logique tant les clermontois ont manqué de plaquages et ont été dépassés par l’envie parisienne. A la mi-temps au micro de Canal+, Franck Azéma espère que ses joueurs se « bougent le cul » car « ils marchent sur le terrain » et « sont dépassés dans les rucks. » On imagine alors que le discours fut musclé à la mi-temps et cela se traduit sur la pelouse.

Le scénario change ainsi rapidement en début de seconde mi-temps. Les clermontois essaient de mettre plus d’intensité et de rythme. Très en retard au score ils ne tapent pas la première pénalité et choisissent la touche pour mettre la pression sur Paris. Les avants clermontois s’approchent très près de la ligne sans passer alors que les parisiens se mettent à la faute. Mais l’arbitre laisse l’avantage et le jeu repart de l’autre côté jusqu’à Nalaga qui aplatit en coin à l’angle du poteau en résistant à un retour très haut de Camara. L’arbitre vidéo valide le 80ème essai en Top 14 du fidjien et les clermontois sont relancés après la transformation de James (27-14, 45e).

Mais Paris réagit immédiatement en revenant dans le camp clermontois. Après une mêlée sanctionnée, les parisiens jouent vite un coup franc à la main mais heureusement Plisson est retourné sur la ligne (49e).

Le match devient alors bien plus indécis et tendu. L’arbitre demande aux joueurs de se calmer alors que le défi physique devient plus intense. Les mêlées sont toujours aussi peu stables et les clermontois se font sanctionner mais Plisson rate la cible alors que la pénalité était facile 35m face aux poteaux (55e).

Les parisiens semblent aussi un peu cramés physiquement avec des crampes et beaucoup moins de facilité dans les regroupements et une organisation moins précise. Franck Azéma lance aussi des renforts avec les entrées de Paulo, Debaty et Vahaamahina. L’effet est immédiat puisque c’est le deuxième ligne qui arrive à passer les bras et passer acrobatiquement à Nalaga qui va aplatir son deuxième essai exactement au même endroit que le premier. Cette fois James manque la transformation mais semble au moins pouvoir attraper le bonus défensif (27-19, 61e).

L’ASM encaisse 10 points en 3 minutes

Hélas, les clermontois vont se faire crucifier par deux fois. Sur le renvoi, ils sont inattentifs et laisse un parisien capter le ballon et Ti’i Paulo se met à la faute. Plisson ne manque pas la cible (30-19, 62e). Puis les clermontois encaissent un essai de 80m. Sur un ballon récupéré, Danty remonte tout le terrain, puis Plisson adresse une passe au pied à l’aile ou Arias n’est gêné par aucun défenseur pour récupérer le ballon et aplatir en coin. Plisson rate largement la transformation mais l’ASM est de nouveau très loin du bonus défensif (35-19, 64e).

L’ASM est coupée dans son élan et abandonne même le match avec beaucoup de n’importe quoi et d’imprécisions. Les parisiens en profitent pour revenir dans le camp clermontois et vont enfoncer le clou. Sur une touche à 5m, les parisiens créent un maul qui enfonce le pack clermontois pour un essai attribué à Sempéré. Plisson rate la transformation mais le score est lourd (40-19, 74e).

Paris n’est qu’à un essai du bonus offensif mais Clermont va tout de même remettre les gaz devant dans les dernières minutes. Les clermontois passent ainsi les dernières minutes dans les 22m parisiens d’autant que Lavalla récolte un jaune (77e). Ces derniers efforts sont récompensés par un dernier essai signé Vahaamahina à la sirène (40-26 avec la transformation, 80e).

L’ASM s’incline ainsi lourdement à Paris. Le manque d’implication défensive en première période ne pardonne pas à ce niveau. Toutefois Clermont ne perd pas sa deuxième place même si sa marge d’avance s’est réduite à deux points. La fébrilité peut inquiéter mais il semble bien que malgré les discours de la semaine, les têtes de certains joueurs étaient déjà au quart de finale de Coupe d’Europe.

 Réactions d’après-match

Franck Azema : « Aujourd’hui on n’existe pas et c’est normal. On a pris une fessée. On va voir comment on va se remettre en selle parce qu’il faut qu’on bascule tout de suite sur la Coupe d’Europe. C’est une belle gifle. L’attitude ne me plaît pas. Ce n’est pas digne de notre standing. »

Alexandre Lapandry : « C’est difficile. On est tombé sur une bonne équipe du Stade Français qui a mis beaucoup de jeu. Je pense qu’on était assez feignants dans les rucks. Le score est dur mais il faut bosser pour la semaine prochaine sinon ça va piquer. On fait une très mauvaise première mi-temps, il faut bosser et rester humble jusqu’à la fin de saison car ça va être dur. »

Jonathan Danty : « On recommence à redevenir une équipe de haut niveau. On savait qu’on avait déjà perdu deux matches à domicile donc on n’avait plus le droit à l’erreur. Il nous reste encore Montpellier et Toulouse en réception donc il va falloir qu’on continue sur cette dynamique et qu’on préparer bien ces matches là. Franchement c’est génial, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas joué aussi bien. La saison va être longue mais je pense qu’on a les armes pour finir dans le Top 6. »

Raphaël Lakafia : « On avait un peu la trouille car ce match était très important mais ça ne nous a pas bridés : on a su développer notre jeu. Quand on sort d’un match comme ça, quand tout s’enchaine avec de beaux essais, la seule chose qu’on veut c’est rejouer. »


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics