Cyberbougnat

Clermont - Racing : L’ASM rate la finale à Barcelone (33-34)

Publié par Bertrand le vendredi 17 juin 2016 à 23h25min, mis a jour le vendredi 17 juin 2016 à 23h53min - 5819 lectures - 1 partage

Rugby - Top 14 - Demi-finale — La Yellow Army n'ira pas à Barcelone. Les deux équipes se sont rendues coup pour coup. Largement menée en première mi-temps après deux coups du sort, l’ASM a su revenir en deuxième période. Elle menait de 6 points en prolongations avant d'encaisser un contre assassin.

Cette demi-finale avait plutôt bien commencé sur la pelouse du Roazhon Park de Rennes. Sur la première mêlée de la rencontre dans les 22m du Racing, l’ASM prend le score par un drop de Camille Lopez (3-0). C’est seulement son deuxième de la saison et plutôt bon signe sur l’état d’esprit réaliste des clermontois.

On pouvait s’attendre à un match cadenacé mais les deux équipes ont envie de jouer et le temps s’y prête. Dulin a des fourmis dans les jambes et relance sur les ballons d’occupation de l’ASM. Clermont n’hésite pas non plus à user du jeu au pied mais sur l’un deux Abendanon vient s’assomer sur Rokocoko et doit sortir (9e). Il est remplacé par Nakaitaci.

Clermont va aussi s’exposer aux fautes. Sur une première faute au sol de Lee, Carter touche le poteau sur la première (12e) mais ne rate pas sa chance sur une obstruction de Chouly sur Goosen (3-3, 16e).

 La vidéo fausse le match

Comme pour Carter, le poteau va repousser la première tentative de pénalité de Parra (18e). Le match va ensuite basculer.Puis à 40m de la ligne du Racing, Fofana est servi par Lapandry et casse trois plaquages pour aller aplatir d’un beau plongeon (19e). Hélas, l’arbitre demande la vidéo et refuse l’essai pour un en-avant vraiment qui fera parler.

Le Racing souffle et revient vite dans le camp clermontois et obtient deux nouvelles pénalités que Carter ne manque pas (3-9, 22e et 25e).

Vient alors le deuxième coup du sort. Sur une action du Racing, qui débute par un hors-jeu francilien non sifflé, Carter tape une chandelle qui va jusque dans l’en-but. Imhoff et Nakaitaci sont à la lutte sans contrôler le ballon et Goosen vient applatir. La situation est plus que floue, mais après de longues minutes de vidéo l’arbitre accorde l’essai alors que Goosen était probablement hors-jeu ! Le Racing s’envole (3-16, 28e).

 L’ASM montre du caractère

Ce scénario pourrait assomer n’importe quelle équipe et probablement l’ASM il y a quelques mois. Pourtant, les clermontois vont se remettre petit à petit notamment en dominant largement les mêlées. L’un d’elle permet à Parra de réduire le score (6-16, 33e). Spedding va ensuite manquer une pénalité lointaine (37e) mais Clermont va revenir avant la sirène.

Sur une nouvelle faut du Racing, Spedding trouve une touche à 5m de la ligne. La touche est parfaitement négociée et le ballon porté clermontois emporte tout jusque dans l’en-but. L’essai n’est pas transformé mais l’ASM est de nouveau dans la course (11-16, 40e).

Et le début de la deuxième mi-temps va confirmer ce caractère. Un éclair de Spedding qui fait 50m dans la défense francilienne qui se met à la faute et Lopez réduit le score (14-16, 42e). L’ASM va même reprendre l’avantage avec une nouvelle faute au sol francilienne et une nouvelle pénalité de Lopez (17-16, 46e).

 Les deux équipes se rendent coup pour coup

Hélas, le Racing réagit à son tour. Sur un ballon qui semble anodin au départ, Rokocoko se joue de la défense clermontoise et va plonger dans l’en-but 40m plus loin. Carter ne transforme pas (17-21, 46e). Et le Racing enfonce le clou avec un grattage de Ben Arrous qui permet à Goosen de passer une pénalité lointaine (17-24, 49e).

Mais Clermont réduit rapidement le score après une nouvelle faute de Szarzewski à 30m. Lopez ne tremble pas (20-24, 53e). Mais, les clermontois sont de nouveau distancés d’une pénalité de Carter après une faute en mêlée devant les poteaux (20-27, 58e).

Clermont sait qu’il faut vite revenir dans le camp du Racing et vient contrer Carter dès le renvoi. L’ASM met alors la pression sur la défense francilienne qui se met à la faute (60e). Clermont choisit alors la touche mais n’avance pas sur sa première tentative et obtient une seconde chance grace à une nouvelle faute du Racing venu sur le côté. Clermont redemande la touche. Là encore l’ASM n’arrive pas à mettre en place un ballon porté mais Rougerie trouve une faille et sert Fofana qui élimine encore ses défenseurs et va applatir sous les perches. Lopez transforme et les deux équipes sont à égalité (27-27, 62).

Le Racing aurait pu reprendre immédiatement l’avantage après une faute clermontoise dans un regroupement en milieu de terrain, mais pour la troisième fois du match le poteau repousse la tentative de Goosen (67e). Clermont a ensuite l’occasion de prendre le score sur une nouvelle pénalité mais la tentative de James tout juste entré passe à côté (68e).

 Dernières minutes irrespirables

On rentre alors dans 10 dernières minutes irrespirables. Les deux équipes évitent de se découvrir. Le Racing va mettre un grand coup de pression sur la défense clermontoise qui va défendre sans se mettre à la faute. Le Racing ne met pas Carter en position de drop et finalement Lapandry fait tomber le ballon à Claassen (77e). Mais l’ASM reste sous pression avec une mêlée dans son camp même si Parra a l’introduction.

La mêlée ne se stabilise pas et l’arbitre donne une pénalité à Clermont qui peut trouver la pénaltouche pour une dernière attaque. Mais Clermont ne controle pas le ballon sur la touche et le Racing revient et recherche de nouveau la pénalité. Le Racing se rapproche mais Ducalcon échappe le ballon dans les 22m clermontois. Clermont hésite à relancer, se dégage finalement mais le ballon reste sur le terrain. Finalement l’arbitre siffle la fin du temps réglementaire et donc les prolongations.

 Des prolongations tendues...

Au début des prolongations le contrat est clair. Si le score ne bouge pas, le Racing serait qualifié au nombre de pénalités réussies. L’ASM doit donc marquer absolument. C’est aussi là qu’on se demande si l’ASM va pouvoir profiter de sa fraicheur physique lors de ses 20 dernières minutes.

La tension est élevée et se sent sur la pelouse de Rennes. Clermont vole deux ballons en touche pour venir s’installer dans le camp du Racing. Les clermontois ont du mal à avancer alors James tente un drop qui passe juste à côté. Le jeu se concentre au milieu et une faute en mêlée de Ducalcon offre une pénalité lointaine à Spedding. L’arrière international la passe juste et redonne l’avantage à l’ASM (30-27, 86e).

Le Racing vient remettre la pression mais Clermont se démène en défense sans faire de faute et finit par mettre le Racing à la faute (88e).

 Un coup de génie de James et une cagade en fin de match

Les deux équipes osent peu mais un homme va sortir un geste de classe mondiale : Brock James. Sur un dégagement du Racing, l’australien expédie un drop de 55m pour donner 6 points d’avance à l’ASM (33-27, 91e). Un geste qui rappelle celui en demi-finale à Saint-Etienne contre Toulon.

L’ASM est bien partie mais va finir la rencontre à 14 pour un plaquage haut de Kolelishvili sur Ducalcon (95e). Le Racing doit marquer un essai et ne tente pas la pénalité mais prend la touche. Camille Chat manque son lancé et l’arbitre donne une mêlée pour Clermont dans ses 5m. Le Racing est sanctionné et Clermont peut se dégager. Mais James ne trouve pas la touche et les franciliens remettent la pression. Clermont finit par se dégager mais le match va encore s’affoler.

Les clermontois trouvent une touche, les franciliens jouent vite mais Fofana récupère. Au lieu de conserver le ballon, Clermont va faire une belle cagade. Au lieu de conserver l’ASM essaie d’accélérer, mais la passe de Radosavljevic est interceptée par Kruger qui lance la contre-attaque. Il passe à Imhoff qui va aplatir. Après un long arbitrage vidéo sur le ruck et la passe limite, autant que celle en première mi-temps entre Lapandry et Fofana, l’arbitre accorde l’essai. Carter prend son temps et transforme et le Racing reprend un point d’avance (33-34, 98e). Clermont ne récupère pas le ballon sur le renvoi et le Racing maitrise ses dernières secondes pour valider son billet pour Barcelone.

L’ASM termine la saison sur une défaite rageante comme elle seule sait le faire. Comment a-t-elle pu perdre ce match en menant de 6 points dans les prolongations et en ayant piqué le ballon sur la touche... on se posera encore longtemps la question. On reparlera aussi longtemps de l’essai refusé à Fofana en début de match et celui accordé à Imhoff pour des passes identiques. Mais c’est sans aucun doute la gestion de la dernière action qui laissera le plus de regrets.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics