Cyberbougnat

Le journal L’Equipe flingue Camille Lopez

Publié par Bertrand le dimanche 1er mars 2015 à 11h34min, mis a jour le samedi 7 mars 2015 à 11h09min - 2700 lectures - 1 partage

Rugby - XV de France — Camille Lopez et les joueurs de l'ASM Clermont Auvergne du XV de France semblent être les coupables de la défaite de ce samedi contre le Pays de Galles. Le journal L'Equipe charge clairement l'ouvreur clermontois en laissant penser qu'il était content de son match ce qui est loin d'être le cas.

En rugby, le numéro 10 est souvent la cible. Joueur créatif mais réputé plus faible physiquement, on lui affecte souvent un costaud et ou un sbire mort de faim qui viendra le chasser et lui rappeler de ne pas faire le malin pendant la suite de la rencontre. En Irlande, ce rôle avait été dévolu Bastareaud qui avait la charge de Sexton dès les premières minutes. Cela n’avait pas franchement été très efficace.

Au journal l’Equipe, ce semble être le rôle de Richard Escot. Le journaliste ne semble pas avoir le profil physique du toulonnais pour casser les défenses et raffuter mais démontre une belle aptitude pour casser le moral et désigner les coupables avec son clavier. L’article totalement à charge contre Camille Lopez paru ce samedi soir après France - Pays de Galles en est une belle preuve.

L’Equipe publie la réaction de Camille Lopez après la rencontre, vidéo à l’appui. Mais en publiant un article intitulé « Lopez content de lui » quelques minutes après une défaite qui a souligné les lacunes du XV de France, le journaliste désigne à la vindicte populaire l’ouvreur clermontois. Dire que Camille Lopez a fait un très bon match serait nier l’évidence, mais pourquoi le charger ainsi plus qu’un autre dans ce match au contenu et la qualité technique souvent indigeste ?

Le premier paragraphe donne le ton :

« On comprend mieux pourquoi Camille Lopez (25 ans, 7 sélections) manque de lucidité sur le terrain pour gérer les temps faibles de son équipe. Quand on lui demande s’il est satisfait de son match, il lâche, avec un sourire un peu forcé. « Je n’ai pas le sentiment d’être passé à côté de mon match. Si vous avez le sentiment contraire, que voulez-vous que je vous dise… » Effectivement, on est d’accord, il n’y a pas grand chose à ajouter.

Sauf que dans son smoking, Camille Lopez n’a pas vraiment l’air content de lui, essayant plutôt de positiver le peu qui a fonctionné, et ne prononce pas les propos qu’on lui prête dans le texte de l’article. Retranscription des paroles de Camille Lopez dans la vidéo publiée par L’Equipe :

« Moi j’ai pris du plaisir, peut être que ça ne se ressent pas. On a osé des choses, on nous avait demandé des choses, on a essayé de les appliquer. Il y a des choses qui ont plus ou moins bien marché, il y en a d’autres qui n’ont pas marché. Voilà, il faut qu’on continue à travailler, ça va passer. Il n’y a que le travail qui paie. Continuons à travailler. On est ce soir dans le dur, il faut le reconnaître, c’est dur de perdre un match à domicile. Mais il ne faut pas tout remettre en question. Il faut se servir de ce match parce qu’honnêtement quand on commence à faire 2-3 passes on voit qu’on arrive à être dangereux. Il faut retenir ça. Dans le jeu on voit qu’on arrive à produire certaines choses et on arrive à mettre à mal ces défenses quand on arrive à tenir le ballon. Je crois qu’en première mi-temps il nous a manqué de tenir un peu plus le ballon où on arrive à brêcher certaines fois. On est un peu trop gourmand sur cette dernière passe où on tente des choses un peu trop impossibles au lieu de multiplier les plans de jeu. Après on ne peut pas reprocher certaines passes. On nous demande d’oser de se faire plaisir et on a envie de se faire plaisir et d’oser. Donc maintenant il faut y mettre un maximum de technique individuelle pour que ça réussisse et que ça gagne. J’ai deux échecs. La première elle est loin, si on peut scorer c’est pas plus mal. La deuxième celle-là je m’en veux car c’est une pénalité que je ne dois pas rater. Après je reste concentrer dans mon match, on a essayé de mettre du volume de jeu, d’attaquer la ligne, de proposer des choses. C’est ce que l’on a réussi à faire en seconde mi-temps. Continuons dans ce sens là et il n’y pas de raison que ça ne passe pas »

La première phrase peut être malheureuse mais avec 7 sélections Lopez continue d’apprendre. Le journaliste s’applique ensuite à le démolir lui reprochant les occasions manquées, ses lobs, sa pénalité ratée à 45m, sa passe en avant à Huget, mais oublie sa passe sur l’essai de Dulin, et de ne pas avoir été plus à l’aise alors que le staff lui avait « facilité la vie » en l’entourant de Chouly, Parra et Fofana. Le coup de massues est le « Juste lire le jeu et soigner les bases aurait été suffisant. »

Richard Escot veut la peau de Camille Lopez a déjà fait son choix de sélectionneur dans son article : « Le Clermontois, visiblement satisfait de lui à l’issue de cette défaite, 13-20, sera-t-il du voyage à Rome dans quinze jours ? On peut légitimement en douter. »

Camille Lopez pourra se rassurer, Richard Escot ne lui en veut pas seulement à lui mais aux clermontois en général. Dans un autre article, sa charge évite Lopez mais tombe sur Debaty, Fofana et Chouly qu’il juge « terne depuis quatre matches » et, suprême analyse rugbystique, « bronzé comme un vacancier ». Là encore le sélectionneur a tranché, le capitaine clermontois et d’autres « s’attendent à ne pas être repris. » Si le sélectionneur Escot le dit...

Camille Lopez réagit sur Twitter

L’ouvreur clermontois a réagi sur son compte Twitter et répond très clairement au journaliste de L’Equipe même sans le citer : « Abattu par la défaite et insatisfait de ma prestation contrairement à ce que l’on a bien voulu me faire dire. » :

Par ailleurs, Philippe Saint-André, le véritable sélectionneur du XV de France, n’a pas écouté Richard Escot. Camille Lopez et Damien Chouly ont été convoqués dans le groupe pour aller en Italie.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics