Cyberbougnat

La Coupe du Monde des joueurs de l’ASM Clermont Auvergne

Publié par Bertrand le vendredi 18 septembre 2015 à 16h36min, mis a jour le mardi 29 décembre 2015 à 16h08min - 1538 lectures - 1 partage

Rugby — La Coupe du Monde de rugby a débuté le vendredi 18 septembre pour 7 semaines de compétition. Onze joueurs de l’ASM Clermont Auvergne étaient engagés avec leurs sélections ainsi que des joueurs d'Aurillac et Montluçon. Tous les matches des clermontois.

Ce sont finalement 11 clermontois qui participeront à la Coupe du Monde de rugby 2015. Le chiffre aurait pu grossir un peu si Flip Van Der Merwe (Afrique du Sud) et Sébastien Vahaamahina avaient été retenus.

 Les sélectionnés

France : 7 sélectionnés
C’est logiquement la France qui embarquera le plus de clermontois, avec 7 joueurs sélectionnés :

  • Benjamin Kayser,
  • Vincent Debaty,
  • Damien Chouly,
  • Morgan Parra,
  • Wesley Fofana
  • Noa Nakaitaci,
  • Scott Spedding.

Ce sera pour la majorité leur première Coupe du Monde à l’exception bien entendu de Morgan Parra qui fut de la dernière aventure conclue par une défaite en finale contre la Nouvelle Zélande.

Canada : Jamie Cudmore
Il a eu peur de devoir mettre un terme à sa carrière sans en choisir la date, mais Jamie Cudmore jouera bien sa quatrième Coupe du Monde. Il rejoint ainsi Richie Mc Caw ou le pilier anglais Jason Leonard. Le record est détenu par le samoan Brian Lima qui a participé à 5 Coupes du monde entre 1991 et 2007. Il profitera même de la blessure du centre Tyler Ardron pour débuter la compétition comme capitaine.

Géorgie : Davit Zirakashvili et Viktor Kolelishvil
La Géorgie comptera deux clermontois : Davit Zirakashvili et Viktor Kolelishvili. Le premier jouera sa troisième Coupe du Monde alors que son jeune coéquipier fait son retour à la compétition 8 mois après sa rupture des croisés avec l’ASM. Ils auront fort à faire en phase de poule contre l’Argentine et les All Blacks.

La géorgie aura une belle connotation auvergnate puisque Merab Kvirikashvili (31 ans - Montluçon) jouera sa quatrième Coupe du Monde, l’aurillacois Levan Datunashvili (32 ans) sa troisième et l’autre aurillacois Merab Sharikadze (22 ans) sa première.

Fidji : Peceli Yato
Les choses vont vite pour le jeune troisième ligne Peceli Yato. Après des premières apparitions très convaincantes sous le maillot clermontois, il participera à sa première Coupe du Monde. A noter que les fidjiens n’ont pas sélectionné Nalaga apparement blessé.

Enfin, cette liste ne serait pas complète sans mentionner l’aurillacois Manu Leiataua qui participera à sa première Coupe du Monde avec les Samoa. Il croisera l’Afrique du Sud et l’Ecosse de Vern Cotter.

 Les matches du premier week-end

Dix des onze clermontois débuteront la compétition ce week-end. Seul Wesley Fofana ne sera pas sur la feuille de match contre l’Italie en raison d’une blessure.

Angleterre - Fidji : 35-11 - vendredi 18 septembre - 21h

Les fidjiens ont eu l’honneur d’ouvrir la compétition contre le pays organisateur. Peceli Yato a débuté sur le banc. Les fidjiens surprenants devant ont été longtemps en mesure de contester la victoire aux anglais avant de céder en fin de match. Le clermontois est entré à l’heure de jeu et s’est illustré autant par une charge que par une faute bête face aux perches qui a offert 3 points aux anglais.

Tonga - Géorgie : 10-17 - samedi 19 septembre - 13h

Les deux clermontois Davit Zirakashvili et Viktor Kolelishvili étaient titulaires dans un match important pour la troisième place. Et les géorgiens ont créé la première sensation en battant une équipe des Tonga mieux classée qu’elle à l’IRB (17-10). La Géorgie a joué sur ses points forts avec des avants redoutables qui ont mis le match sous leur emprise.

Irlande - Canada : 57-10 - samedi 19 septembre - 15h30

Jamie Cudmore était titulaire contre le favori de la poule dirigé par l’ancien adjoint de Vern Cotter, Joe Schmidt. Les canadiens avaient beaucoup d’énergie en début de rencontre et ont pu faire illusion pendant 10 minutes. La machine irlandaise s’est ensuite mise en marche et avait déjà le bonus offensif à la mi-temps. Jamie Cudmore a rapidement écopé d’un carton jaune à la 18e minute pour une faute volontaire pour arrêter une action irlandaise. Les canadiens ont tout de même marqué un essai mais l’addition est lourde (57-10).

France - Italie : 32-10 - samedi 19 septembre - 21h

Cinq clermontois étaient sur la feuille de match. Damien Chouly, Noa Nakaitaci et Scott Spedding étaient titulaires. Benjamin Kayser, Vincent Debaty et Morgan Parra ont débuté sur le banc.

Touché aux ischio-jambiers le 5 septembre lors de la difficile victoire tricolore face à l’Ecosse, Wesley Fofana était insuffisamment remis comme l’avait confirmé Philippe Saint-André : « Pour ce premier match, on a besoin de joueurs à 100%, et Wesley ne l’est pas actuellement. Ses sensations sont très bonnes, mais il n’a pas pu s’entraîner avec l’équipe en début de semaine. Il n’était pas à 100%. »

Les Français l’ont emporté en se montrant largement supérieurs sans toutefois être brillants dans le jeu. Le bonus offensif était largement prenable mais les français ont eu beaucoup de mal à déployer leur jeu.

Nakaitaci pensait bien avoir inscrit le premier essai de la rencontre. L’arbitre avait d’ailleurs validé l’essai et Michalak s’apprêtait à transformer quand le réalisateur montra l’essai sous un autre angle sur l’écran du stade. L’arbitre redemanda alors la vidéo montrant que le clermontois avait échappé le ballon avant d’aplatir et refusa l’essai. Le clermontois brillera en deuxième mi-temps avec une belle échappée le long de la ligne qui amena ensuite le premier essai français.

 Deuxième journée

Australie - Fidji : 28-13 - mercredi 23 septembre

Peceli Yato était titulaire pour le deuxième match de son équipe. On retiendra l’incroyable nombre de fautes des deux équipes : 12 pénalités contre les Wallabies, 13 contre les joueurs du Pacifique, et un carton jaune de chaque côté. Le troisième ligne clermontois a éteint James Slipper qui a heurté son épaule en tentant de l’arrêté. L’australien est sorti sur ses jambes mais remplacé.

France - Roumanie : 38-11 - mercredi 23 septembre - 21h

Quatre jours après la première journée contre l’Italie, les Bleus affrontaient la Roumanie qui débutait la compétition. PSA avait opté pour une équipe très remaniée avec treize changements. Seuls Louis Picamoles et Noa Nakaitaci ont débuté de nouveau la rencontre.

Ce match a permis à Fofana, encore trop juste le premier week-end, de faire son retour. Para et Debaty entrés en cours de jeu face à l’Italie étaient eux aussi titulaires. Le "Belge" avait de quoi former une sacrée première ligne avec Szarzewski et Atonio pour répondre au combat proposé par les roumains. Kayser et Chouly ont eux débuté sur le banc.

La composition du XV de France : Dulin ; Guitoune, Fickou, Fofana, Nakaitaci ; (o) Tales, (m) Parra ; Nyanga, Picamoles, Ouedraogo ; Le Roux, Flanquart ; Debaty, Szarzewski, Atonio.
Les remplaçants : Kayser, Ben Arous, Mas, Maestri, Chouly, Kockott, Michalak, Bastareaud.

Si la France a bien remporté la rencontre avec le bonus, ce match n’a guère enthousiasmé. Il a fallu attendre que la Roumanie soit réduite à 14 pour voir la France marquer deux essais. Mais ce match a permis encore une fois de pointer les lacunes offensives des options de jeu de Saint-André.

Fofana avait du gaz et a trouvé le chemin de l’essai en deuxième période mais a eu peu de ballons. Nakaitaci n’a rien quasiment eu aucun ballon. Parra a essayé d’éjecter rapidement et réussi un 100% au pied y compris dans des positions compliquées. Comme toute la première ligne, Debaty ne fut pas à la fête une bonne partie de la rencontre en mêlée mais fit mal avec quelques charges.

 Troisième journée

Géorgie - Argentine : 54-9 - vendredi 25 septembre

L’équipe géorgienne a été reconduite après sa victoire contre les Tonga. Davit Zirakashvili et Viktor Kolelishvili étaient ainsi titulaires mais n’ont rien pu faire contre une équipe qui l’avait déjà emporté lors des trois confrontations entre les deux pays. Les géorgiens pourraient accrocher la deuxième place en cas de victoire mais les argentins étaient au dessus surtout quand Gorgodze laissa 10 minutes ses coéquipiers à 14 après un carton jaune. Les argentins l’emportent avec 7 essais. Zirakashvili est sorti à la 52ème minute et Kolelishvili à la 58ème.

Canada - Italie : 23-18 - samedi 26 septembre

Jamie Cudmore était de nouveau titulaire dans une équipe en partie remaniée après la lourde défaite contre l’Irlande. En revanche, le capitanat revenait à l’habituel capitaine Tyler Ardron qui faisait son retour alors qu’il était encore blessé pour la première rencontre. Les canadiens peuvent regretter leurs trop nombreuses fautes qui offrent quasiment la victoire à des italiens qui ne la méritaient pas vraiment. Les canadiens ont montré du jeu et de la vitesse à l’image de l’ailier DTH Van der Merwe très en vue et auteur d’un magnifique essai. Les français devront se méfier.

 Quatrième journée

Fidji - Pays de Galles : 23-13 - Jeudi 1er octobre

Le clermontois Peceli Yato n’était pas sur la feuille de match pour cette rencontre après avoir été remplaçant face à l’Angleterre et titulaire face à l’Australie. Le sélectionneur néo-zélandais des Fidji John McKee a fait 6 changements pour cette rencontre.

Les fidjiens qui avaient bénéficié de plus de repos ont fait beaucoup de mal aux gallois proches de la rupture physique cinq jours après leur match contre l’Angleterre. Sans le manque de réussite au pied, ils pouvaient même l’emporter après avoir largement dominé la seconde période.

France - Canada : 41-18 - Jeudi 1er octobre - 21h

Après les deux premières rencontres, Philippe Saint-André se rapproche du groupe qui devrait jouer la fin de la compétition. Le match contre la Roumanie n’a pas changé grand chose dans la tête du sélectionneur et notamment en ce qui concerne le cas Parra. Ce furent aussi les débuts dans la compétition de Grosso appelé à la place de Huget blessé.

Côté clermontois, Spedding était titulaire à l’arrière, Fofana au centre et associé pour la première fois de la compétition avec Bastareaud, Chouly au centre de la troisième ligne. Kayser, Debaty et Parra étaient sur le banc. Nakaitaci n’était lui pas sur la feuille de match, PSA préférant aligner Dulin à l’aile.

Côté Canada, Jamie Cudmore était bien sur la feuille de match pour enchaîner ainsi son troisième match dans la compétition.

Le XV de départ de la France : Spedding ; Grosso, Bastareaud, Fofana, Dulin ; (o) Michalak, (m) Tillous-Borde ; Le Roux, Chouly, Dusautoir (cap.) ; Maestri, Papé ; Slimani, Guirado, Ben Arous.
Les remplaçants : Kayser, Debaty, Mas, Nyanga, Ouedraogo, Parra, Tales, Dumoulin.

Le XV de départ du Canada : 1.Buydens, 2.Carpenter, 3.Wooldridge, 4.Beukeboom, 5.Cudmore, 6.Gilmour, 7.Thorpe, 8.Ardron (cap), 9.Mack, 10.Hirayama, 11.Van Der Merwe, 12.Blevins, 13.Hearn, 14.MacKenzie, 15.Evans.
Remplaçants : 16.Barkwill, 17.Sears-Duru, 18.Tierdemann, 19.Olmstead, 20.Dala, 21.McRorie, 22.Jones, 23.Trainor

Les Bleus ont remporté une solide victoire bonifiée. Sans être géniale, cette victoire contre un adversaire toujours difficile à permis au XV de France de monter en puissance. Fofana a marqué le premier essai de la rencontre après un remarquable travail de Michalak. Très tranchant, le centre clermontois a raté de peu un deuxième essai là encore après une passe au pied de l’ouvreur mais il n’a pas réussi à se saisir du ballon. Il s’est aussi envoyé en défense. Chouly n’a pas ménagé ses efforts en défense et pour aller attaquer la ligne.

Parra, Debaty et Kayser sont rentrés à l’heure de jeu. Debaty a rapidement fait des dégats ave de grosses charges. Parra a essayé d’accéléré le jeu alors que jusque là Tillous-Borde n’avait pas été très bon.

Et puis on retiendra de ce match l’image de Jamie Cudmore venant fourrer son nez dans une discussion française avant une touche. Cela n’a servi à rien car les français ont marqué ensuite, mais le canadien a bien fait rire les réseaux sociaux.

Nouvelle-Zélande - Géorgie : 43-10 - vendredi 2 octobre - 21h

Les All Blacks l’ont facilement emporté contre la Géorgie avec un premier essai marqué par Naholo dès la 2ème minute. La Nouvelle-Zélande avait déjà le bonus offensif en poche à la 25ème minute mais la Géorgie a évité la correction annoncée avec une bonne défense et beaucoup de déchets côté Blacks. Les Lelos ont même marqué un essai. Les All Blacks sont les premiers qualifiés pour les quarts et sont même certains de finir en tête de la poule A. Davit Zirakashvili n’était pas sur la feuille de match. Viktor Kolelishvili est rentré en jeu à la 68ème minute.

 Dernière semaine de phase de poules

Canada - Roumanie : 15-17 - mardi 6 octobre

La Coupe du Monde s’est terminée par une nouvelle défaite pour le Canada qui n’aura donc pas gagné de match. Pourtant les Canucks étaient bien partis en menant 15-0. Mais leurs nombreuses fautes et la puissance du pack roumain ont fini par l’emporter (15-17). Les canadiens ont aussi peut être payé la fatigue de l’enchaînement de 4 matches en 17 jours. Jamie Cudmore a encore une fois joué toute la rencontre et était capitaine. Les canadiens terminent derniers de la poule alors que la Roumanie conserve une chance d’accrocher la troisième place.

Fidji - Urugay : 47-15 - mardi 6 octobre

L’Urugay qui n’a que trois joueurs professionnels aura à la fois fêté son premier essai dans cette compétition et depuis 2003 en Coupe du Monde tout en déplorant le premier carton rouge de cette édition. Agustin Ormaechea a été élu homme du match pour son essai mais a aussi reçu un jaune dès la 3ème minute et le rouge à la 67ème minute.

Les fidjiens ont justifié leur réputation de joueurs de ballons mais n’ont pas été forcément constants et brillants. Ils l’emportent avec 5 essais par 5 marqueurs différents, dont l’ancien clermontois Murimurivalu à la conclusion d’une action de 80m, et 2 essais de pénalité. Les fidjiens terminent 4ème de cette poule de la mort.

Peceli Yato n’était pas retenu pour ce dernier match de la compétition pour le fidjiens. Et il s’est montré impatient de revenir en Auvergne où il arrivera seulement deux jours après ce dernier match comme il l’a indiqué sur Twitter

On a compris un peu plus tard la raison de ce retour rapide par un coup de gueule de Jamie Cudmore contre l’organisation :

« La vérité, c’est qu’on a découvert, deux ou trois jours avant notre dernier match, mardi, que le contrat que les équipes signent avec World rugby, en début de compétition, stipulait qu’on devait quitter l’Angleterre 24 heures au plus tard après notre élimination. Et quant aux gars qui ont voulu rester profiter de l’ambiance, on leur a dit que les billets n’étaient pas modifiables et qu’ils devraient les payer de leur poche. [... Et moi, qui ai décidé de rester un peu pour voir Australie-Galles avec ma famille, je ne pourrais pas me faire rembourser mon trajet en voiture. Pour moi, ce n’est pas grave, je n’ai pas de problème d’argent, mais ceux qui sont en deuxième division ou étudiants… [...] Là, on a l’impression qu’on se fait jeter comme de vieilles poubelles. »

Géorgie - Namibie : 17- 16 - Mercredi 7 octobre

Le sélectionneur de la Géorgie alignait son équipe type dans ce dernier match qui devait lui permettre d’aligner une seconde victoire synonyme de troisième place de la poule et décrocher la qualification directe pour la prochaine édition en 2019 au Japon. Excellents depuis le début de la compétition, Davit Zirakashvili et Viktor Kolelishvili étaient titulaires.

Les géorgiens ont eu bien du mal à battre la Namibie pourtant largement dominée et réduite un temps à 12 après une succession de mêlée. La première mi-temps a d’ailleurs duré 10 minutes de plus que le temps réglementaire, car l’arbitre ne se décida pas à siffler un essai de pénalité alors que la mêlée des Lelos écrasait sa rivale. Menés 6-0 à la mi-temps, les géorgiens l’emportent en marquant 2 essais en deuxième mi-temps. Ils devraient ainsi terminer à la 3ème place, sauf victoire surprise des Tonga contre les Blacks.

Viktor Kolelishvili a joué 40 minutes en étant actif dans le jeu (8 ballons joués pour 5 charges et 3 passes) et intraitable en défense avec un 4 sur 4 au plaquage. Il termine d’ailleurs la compétition avec un taux de réussite dans le domaine de 93% (38 plaquages) qui sera intéressant pour l’ASM dans les mois qui viennent. Davit Zirakashvili a lui eu l’honneur de rentrer seul sur la pelouse en hommage à la fin de sa carrière internationale après 53 sélections. Il savoura ce match jusqu’au bout et termine avec de belle statistiques : 7 charges (un seul ballon perdu) et 6 plaquages réussis (100%).

 Franck Azéma récupère 4 joueurs dès la fin de la phase de poules

Après cette phase de poule, Franck Azéma va donc récupérer 4 joueurs : Fidjien Peceli Yato, le Canadien Jamie Cudmore et les Géorgiens Davit Zirakashvili et Viktor Kolelishvili. Deux autres auvergnats seront sur le terrain : Merab Sharikadze (Aurillac) au centre et Merab Kvirikashvili (Montluçon) à l’arrière. Pour eux la compétition se termine dès cette dernière semaine de phase de poule.

Ils ne seront toutefois pas sur le terrain dès maintenant. Franck Azéma a décidé de leur laisser une semaine de repos. Le règlement oblige en effet le club à leur accorder une semaine de congés et l’entraîneur clermontois préfère le faire maintenant pour leur permettre de décompresser et récupérer. Cudmore appréciera probablement après avoir enchaîné 4 rencontres en 17 jours. Azéma s’assure d’avoir un effectif bien garni pour les joutes européennes et la fin d’année bien chargée. L’objectif est donc qu’ils soient à 100% pour le début de la Champions Cup mi-novembre.

Aussi, Franck Azéma a prévu de se passer des 4 joueurs pour le match contre Pau le 16 octobre et compte sur eux pour le déplacement à Montpellier le 24 octobre. Voilà qui leur laissera le temps aussi de découvrir leur nouveau centre d’entraînement et les modifications sur le fonctionnement du club.

Quant aux 7 français (Vincent Debaty, Benjamin Kayser, Damien Chouly, Morgan Parra, Wesley Fofana, Noa Nakaitaci et Scott Spedding), ils ne reviendront pas avant quelques semaines. Ils joueront dimanche contre l’Irlande et sont déjà qualifiés pour les quarts qui auront lieu les 17 et 18 octobre.

 France - Irlande : 9 - 24 - Dimanche 11 octobre - 17h45

Philippe Saint-André a dévoilé vendredi 9 octobre la composition de l’équipe qui affrontera l’Irlande lors de la dernière journée de poule et décidera qui de l’Argentine ou de la Nouvelle-Zélande les français affronteront en quart de finale. Une victoire leur permettrait d’affronter l’Argentine et ne croiser les All Blacks qu’en finale. Ce sera aussi la dernière occasion pour le sélectionneur de battre enfin une fois l’Irlande, ce qu’il n’a jamais fait depuis sa prise de fonctions.

PSA a choisi d’aligner son équipe type pour ce dernier match avant les phases finales et les éliminations directes. Il reste cohérent dans ces choix notamment à la mêlée où il choisit une nouvelle fois Tillous-Borde même s’il n’a pas été étincelant. PSA préfère donc celui qu’il considère comme une sorte de complément à la troisième ligne plutôt que le jeu et la vitesse de Morgan Parra. Le clermontois sera donc une nouvelle fois sur le banc avec Kayser et Debaty. Comme contre le Canada les trois pourraient donc faire leur entrée à l’heure de jeu.

Damien Chouly, capitaine de touche, reste titulaire en troisième et retrouve l’aile avec le retour de Picomoles dans l’axe. Sans surprise, Fofana formera la paire de centres avec Bastareaud. Spedding semble indéboulonnable à l’arrière. Laissé au repos, Nakaitaci est de retour à l’aile et PSA attend beaucoup de lui en attaque :

« C’est un vrai ailier, un vrai finisseur. J’attends de Noa de la fraîcheur, du punch. Il doit gagner ses duels pour nous faire avancer. Il est capable de faire des différences sur n’importe quel ballon. »

Le XV de départ : Spedding ; Nakaitaci, Bastareaud, Fofana, Dulin ; (o) Michalak, (m) Tillous-Borde ; Chouly, Picamoles, Dusautoir (cap) ; Maestri, Papé ; Slimani, Guirado, Ben Arous.
Remplaçants : Kayser, Mas, Debaty, Flanquart, Le Roux, Parra, Tales, Dumoulin.

Les français ont été totalement surclassés par les Irlandais qui ont totalement dominé le match. Le score est même flatteur car les irlandais auraient pu marquer plus de points bien plus tôt. Deux chiffres illustrent la domination : 69% de possession de balle et 72% d’occupation du terrain pour les irlandais.

Spedding a passé 2 pénalités lointaines (16e et 23e). Parra est rentré à la 55ème minute et inscrit la dernière pénalité (64e). Kayser et Debaty sont entrés autour de l’heure de jeu. Nakaitaci a joué toute la rencontre mais sans avoir beaucoup de ballons. Comme tout le pack, Chouly a été en difficulté et les irlandais ont largement dominé la touche.

En terminant deuxième de leur poule, les français joueront contre les All Blacks samedi prochain en quart de finale.

 Quart de finale : France - Nouvelle-Zélande : 13 - 62 - Samedi 17 octobre

Si Philippe Saint-André était encore officiellement le sélectionneur du XV de France avant le match, il se serait mis en retrait ou aurait été mis de côté par les joueurs à quelques heures du quart de finale contre la Nouvelle-Zélande. Le résultat sur la feuille de match était le retour de Morgan Parra aux commandes du jeu du XV de France. Selon un proche des joueurs son retour est un signe qui ne trompe pas :

 « Ils ne croient plus en la parole de Saint-André. C’est dur d’entendre ça à quelques jours d’un moment historique. C’est, hélas, le climat qui règne dans cette équipe. Le retour de Morgan Parra à la tête de l’équipe est le signe que le staff a pris la décision de laisser les joueurs livrés à eux-mêmes. C’est ce qui pouvait leur arriver de mieux. »

Ce n’est pas le seul changement. Damien Chouly a probablement payé le match compliqué face aux irlandais et le manque de créativité en touche. Il était remplaçant alors que Bernard Le Roux était titulaire montrant au passage une volonté de défi plus que de jeu et de mouvement. Wesley Fofana restait au centre mais associé cette fois Dumoulin qui remplace Bastareaud. Noa Nakaitaci reste en place tout comme Scott Spedding. Vincent Debaty reste sur le banc mais pas Benjamin Kayser qui n’était pas sur la feuille de match. Au total, ce sont donc 6 clermontois qui ont vu le Haka All-Black depuis la pelouse.

XV titulaire : 1.Eddy Ben Arous (Racing), 2.Guilhem Guirado (Toulon), 3.Rabah Slimani (Paris), 4.Pascal Papé (Paris), 5.Yoann Maestri (Toulouse), 6.Thierry Dusautoir (Toulouse, cap), 7.Bernard Le Roux (Racing), 8.Louis Picamoles (Toulouse), 9.Morgan Parra (Clermont), 10.Frederic Michalak (Toulon), 11.Brice Dulin (Racing), 12.Alexandre Dumoulin (Racing), 13.Wesley Fofana (Clermont), 14.Noa Nakaitaci (Clermont), 15.Scott Spedding (Clermont).

Remplaçants : 16.Dimitri Swzarewski (Racing), 17.Vincent Debaty (Clermont), 18.Nicolas Mas (Montpellier), 19.Damien Chouly (Clermont), 20.Yannick Nyanga (Racing), 21.Rory Kockott (Castres), 22.Rémi Talès (Racing), 23.Mathieu Bastareaud (Toulon).

Une défaite record

La France a été humiliée par la Nouvelle-Zélande en encaissant la plus lourde défaite de l’histoire en phases finale de Coupe du Monde (Barrages, quarts, demies et finales cumulés) mais aussi la plus lourde défaite de l’histoire du XV de France.

Les français ont encaissé 9 essais et n’ont jamais existé dans cette rencontre au point que Dan Carter estime à la fin de la rencontre que « Ce soir, c’était peut-être un peu trop facile pour nous. » L’essai de Picamoles quelques minutes avant la fin de la première mi-temps est probablement le seul moment où les français sont rentrés dans les 22m des Blacks.

En 722 matches, jamais le XV de France n’avait en effet encaissé autant de points. Les 62 points concédés ce samedi à Cardiff effacent les 61 pris à Wellington, déjà contre la Nouvelle-Zélande, le 9 juin 2007. Ce sont les deux seules fois où les Français ont pris 60 points ou plus dans leur histoire. Les 9 essais inscrits samedi par les Blacks constituent le plus gros total dans un match face à l’équipe de France, égalant les 9 essais lors de la déroute de Wellington en 2007.

Et encore, la France aurait pu battre encore pire record. Sans l’en-avant de Ma’a Nonu devant la ligne à la dernière minute, la France aurait battu le record du plus large écart final. Avec 49 points, il reste juste en-dessous des 51 points d’écart lors de la débâcle de Wellington (61-10).

Un record peu flatteur qui symbolise quatre ans d’errance de Philippe Saint-André, mais aussi du rugby français dans son ensemble, fédération, ligue et clubs compris. Les Blacks ont montré qu’outre un physique impressionnant à l’image du raffut de Savea sur Nakaitaci, ils disposent d’une technique et d’une dextérité balle en main incroyable y compris chez les avants. Toute la formation et l’organisation du rugby français sont à revoir.

Difficile de retenir la performance des joueurs dans cette rencontre. Cependant Fofana a été en vue. Il a réussi à trouver par trois fois les espaces et franchi 6 défenseurs en parcourant 83m avec le ballon. Noa Nakaitaci a capté des ballons hauts mais s’est trop souvent retrouvé seul en défense. On garde aussi l’image où il se fait éjecter comme un cadet par Savea. Scott Spedding a aussi beaucoup essayé et a encore mis un coup de pied de mammouth de 55m en début de match (9e). Pour le reste, il fut en difficulté en défense et lui aussi renversé par Savea.

De retour aux commandes du jeu Morgan Parra n’a pas eu beaucoup d’occasions de briller. Michalak sorti sur blessure il a pris le but avec une réussite de 50% en ratant notamment une pénalité facile en début de match. Entrés en cours de jeu, Vincent Debaty (60e) et Damien Chouly (73e) n’ont rien pu faire.

La Coupe du Monde des français se termine ainsi sur cette débâcle. Il n’y a plus de clermontois dans la compétition. Les français rentrent du Pays-de-Galles dès ce dimanche. Franck Azéma récupèrera ainsi rapidement ses joueurs. On imagine qu’ils bénéficieront eux aussi de congés avant de reprendre avec l’ASM.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics