Cyberbougnat

ASM Clermont - Stade Français Paris : festival d’essais au Michelin (51-9)

Publié par Bertrand le samedi 8 novembre 2014 à 10h32min, mis a jour le samedi 8 novembre 2014 à 22h37min - 2771 lectures

Rugby - Top 14 - 11ème journée — L'ASM a retrouvé ce samedi soir la place de leader du Top 14 après une prestation de haute volé contre le Stade Français et 7 essais marqués.

Le XV de France débute cet après-midi sa série de matches contre les Fidji mais le Top 14 ne fait pas pour autant relâche. Ce premier doublon du championnat offre même une très belle affiche au Michelin avec la venue du Stade Français qui a profité de sa dernière victoire bonifiée pour revenir à hauteur de l’ASM au classement.

 Le point au classement

L’ASM a perdu sa place de leader le week-end dernier après sa défaite à Bayonne (23-13). Ce zéro pointé a permis à Toulon de prendre la tête du championnat et à Paris de revenir à hauteur. Les parisiens restent en effet sur une victoire bonifiée contre Bordeaux (39-22). Un bonus arraché en toute fin de match alors que Bordeaux les en avait privé avec un essai et qui montre la volonté de cette équipe.

Paris est un concurrent direct à la qualification pour la phase finale et l’ASM veut profiter de cette grosse opposition pour « remettre la machine en marche » selon les mots de Jamie Cudmore. La pression est donc sur les joueurs de l’ASM.

 La semaine de travail

Les doublons sont au coeur des débats chez les équipes qui fournissent beaucoup d’internationaux. Bernard Laporte avait menacé de forfait de Toulon pour le déplacement à Castres. Mais l’ASM a l’habitude de gérer les absences de ses internationaux et se sait que ce sont ces moments qui permettent aussi de faire éclore les jeunes.

Il manque pourtant côté clermontois pas moins de 8 joueurs : Kayser, Vahaamahina, Chouly, Lopez et Fofana sont avec le XV de France, Paulo avec les Samoa, Davies avec le Pays de Galles et Kolelishvili avec la Géorgie.

Mais comme le disait cette semaine Ludovic Radosavljevic « Mardi, on a fait une opposition à quinze contre quinze, donc ça ne change pas grand chose. » Comme avec Yato la semaine dernière, Franck Azéma peut aller piocher dans les Espoirs : « Il manque du monde mais ce n’est pas une surprise, nous ne venons pas de découvrir les doublons. Nous nous étions préparés à cela. Que ce soit sur le poste de talonneur, en troisième ligne ou même au centre, il y a des jeunes qui travaillent avec nous régulièrement depuis le début de saison, et qu’on a intégré depuis trois semaines. »

Xavier Sadourny qui est chargé de faire le lien entre les Espoirs et les pros est plutôt lui content pour les jeunes : « C’est une force de ce club, ça donne l’opportunité à d’autres joueurs de se montrer. Aujourd’hui le groupe pro ce ne sont pas quinze ou vingt-trois joueurs. Ce sont trente ou trente-cinq joueurs et j’espère que d’autres jeunes sortiront encore... » Après Yato, c’est le talonneur Kevin Savea (19 ans, 1.8m et 104kg), qui aura l’opportunité de se montrer.

Mais il ne faudrait pas que cette confiance dans la capacité de l’effectif masque les vrais objectifs. Outre le résultat, Franck Azéma attend très clairement ses joueurs au tournant après la dernière prestation : « Après la déconvenue que l’on a eu à Bayonne, c’est intéressant de voir comment on va se mobiliser face à cette équipe, ce jeu, et les zones de rucks où l’on a été en difficulté. »

Franck Azéma sait ainsi que ce sera un gros test : « C’est une équipe qui est en place depuis deux ans. Ce n’est pas un coup d’éclat, ils ont de la continuité, un effectif conséquent et un projet à long terme. Ils sont imaginatifs dans le jeu, ce sera un gros test. »

Paris sans pression mais avec un idée derrière la tête

Pour Jules Plisson « ce sera un très gros match entre deux équipes ambitieuses. Les parisiens viennent en tout avec l’idée de se tester et une petite idée dans la tête. Après tout eux aussi peuvent aussi décrocher la première place en cas de victoire.

Jules Plisson confirme ainsi que la pression est sur Clermont : « On n’a rien à perdre. Les deux équipes ont des ambitions et l’intention de se qualifier dans les six. Je pense qu’ils auront davantage la pression de nous recevoir. On y va tous avec un état d’esprit irréprochable et l’envie de faire un très gros match et, pourquoi pas, ramener quelque chose de là-bas. »

 Composition des équipes

Preuve que l’ASM a de la réserve, l’équipe alignée ce samedi pourrait donner envie à d’autres équipes du championnat. Franck Azéma a notamment pu réintégrer des joueurs ménagés la semaine dernière.

Thomas Domingo et Clément Ric sont de retour pour encadrer John Ulugia. Il y a aura de l’expérience en seconde ligne avec Jamie Cudmore et Julien Pierre. La troisième aligne alignera expérience et jeunesse avec Julien Bonnaire, Fritz Lee et la seconde titularisation de Peceli Yato.

La charnière sera composée de Ludovic Radosavljevic et Brock James qui se rappellera qu’il y a deux ans il avait donné la victoire contre ce même Stade Français avec un drop à la dernière seconde. La paire de centres sera Benson Stanley et Aurélien Rougerie qui sera de nouveau capitaine avec l’absence de Damien Chouly. Les ailes seront fidjiennes avec Nalaga et Nakaitaci et Abendanon occupera l’arrière.

Le jeune talonneur des Espoirs, Kevin Savea sera sur le banc avec Debaty, Jacquet, Lapandry, Lacrampe, Delany, Guildford et Kotze.

Composition du Stade Français

Le doublon de l’Equipe de France prive le Stade Français de ses deux poutres Pascal Papé et Alexandre Flanquart. Les parisiens viendront avec une charnière Plisson-Thomas. Lakafia fait son retour en numéro 8 après plusieurs semaines d’absence. Le joker médical Garcia Botta sera titulaire pour la première fois.

Le XV de départ : Sinzelle ; Arias, Doumayrou, Bosman, Ioane ; (o) Plisson, (m) Tomas ; Lavalla, Lakafia, Garrault ; Gabrillagues, Pyle ; Slimani, Bonfils, Garcia Botta.
Remplaçants : De Malmanche, Chellat, Mostert, Ugena, Rabadan, Fillol, Danty, Oleon.

Coup d’envoi de la rencontre à 20h. Diffusion en direct sur Rugby+ 255. Elle sera arbitrée par Maxime Chalon qui oeuvrera pour la première fois de sa carrière au Stade Michelin. C’est en effet sa première saison en Top 14. Il a déjà arbitré l’ASM à Bordeaux.

 Film du match

La première mi-temps clermontoise s’est fait en deux phases distinctes. Dans le premier quart d’heure, le match est enlevé avec des intentions mais les clermontois ne sont pas assez précis et puissants dans les rucks et se font donc un peu balader par le Stade Français qui impose son rythme. C’est d’ailleurs Plisson qui ouvre le score avec un drop et une pénalité (0-6, 15e).

Mais la suite sera beaucoup plus plaisante côté clermontois. Brock James choisit un renvoi inversé qui permet aux clermontois de récupérer le ballon et dérouler l’action avec de nombreuses charges jusqu’à l’essai de Lee (7-6 avec la transformation, 18e).

Clermont devient ultra-dominateur

Le match change alors totalement de physionomie. Le pack clermontois devient alors ultra-dominateur tant en mêlée fermée que dans l’impact et le Stade Français est dépassé dans tous les compartiments. Les parisiens se mettent à la faute mais sont sauvés au score par l’imprécision au pied de James sur deux pénalités (17 et 24e). Toutefois le capitaine parisien Bonfils écope d’un jaune pour une faute d’anti-jeu (25e).

L’ASM va alors profiter de cette période pour enfoncer le clou. Cudmore parvient à créer un petit décalage avec une passe entre ses jambes pour James qui trouve la brèche puis le ballon rebondit jusqu’à Nakaitaci qui arrive lancé pour le deuxième essai (14-6, avec la transformation, 27e).

La supériorité numérique clermontoise ne va toutefois pas durer très longtemps puisque Rougerie écope lui aussi d’un carton jaune pour ne pas s’être extrait assez vite d’un regroupement. Le carton semble sévère et le Michelin gronde.

Plisson n’est pas déconcentré par les sifflets et réduit le score (14-9, 30e) mais l’effet va surtout se sentir sur la pelouse. Ainsi, les joueurs rajoutent alors encore un peu de rage et un énorme ballon porté débouche sur un essai de Yato (21-9 avec la transformation, 34e).

Bonfils revient alors sur la pelouse et l’ASM se retrouve en infériorité numérique mais reste supérieure dans tous les domaines. Si bien que James profite de deux pénalités (38e et 40e) pour donner un large avantage à la mi-temps (27-9).

Seconde mi-temps totalement maitrisée

Dépassés les parisiens savent qu’il faut reproduire leur début de match pour se remettre dans la course mais l’ASM douche rapidement leurs velléités. Le pack toujours aussi performant sur les impacts avance et Nalaga vient marquer tel un troisième ligne. La transformation de James est repoussée par le poteau mais ce quatrième essai sécurise le bonus offensif (32-9, 45e). Et ce n’est pas fini.

Car si la suite de la seconde mi-temps ne sera pas aussi enlevée, l’ASM va dérouler alors que Paris ne peut plus faire grand chose. Le score va inexorablement grimper au fil des minutes même si l’arbitre refusera deux essais sur la même action. La première fois parce qu’il estimait avoir gêné un défenseur parisien puis pour un hors-jeu de Rougerie (55e).

Mais ce n’est que partie remise car l’ASM ne pas ralentir. A l’image de Fillol accroché à la jambe d’un Nalaga inarrêtable, le Stade Français s’accroche sans parvenir à stopper la machine clermontoise. Le fidjien signe ainsi son doublé tout en puissance. (37-9, 58e).

Les changements vont un peu casser le rythme mais les clermontois vont ensuite finir en trombe. Fritz Lee très actif et dans de nombreux bons coups ce samedi soir s’offre un deuxième essai à la conclusion d’un action initiée par une percée d’Abendanon (44-9 avec la transformation, 75e).

Et comme c’était le soir des doublés, après ceux de Nalaga et Lee, c’est Yato qui s’offre le sien en filant seul dans l’en-but après avoir cassé deux plaquages. Avec la transformation de Delany l’ASM passe la barre des 50 points (51-9, 78e) et reprend ainsi la tête du Top 14 au moment d’attaquer la trêve internationale. Le public du Michelin s’est lui régalé avec les 7 essais clermontois.

 A Suivre : réactions

Loïc Jacquet : « On se fait plaisir même s’il faut rester appliqués et ne pas tomber dans le rugby champagne à trop faire des passes. Je crois que ce soir nous avons réussi à rester sérieux, à maintenir l’exigence jusqu’à la fin de match que ce soit en conquête ou en défense. On ne prend pas d’essai, gros point positif encore ce soir. Après ça fait plaisir de régaler notre public. Leader ça ne veut rien dire, ce qui compte c’est la fin du championnat. Maintenant ça fait plaisir. On a une petite coupure de deux semaines, c’est bien d’avoir fait un match sérieux ce soir en plus contre un concurrent direct. C’est bon pour le moral, on va pouvoir partir se reposer une semaine l’esprit tranquille. »


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics