Cyberbougnat

ASM Clermont - Saracens : tout l’avant-match et compositions des équipes

Publié par Bertrand le vendredi 17 avril 2015 à 10h30min, mis a jour le mercredi 22 avril 2015 à 09h59min - 2547 lectures - 1 partage

Rugby - Coupe d’Europe - Demi-finale — L'ASM Clermont Auvergne affrontera les Saracens ce samedi 16 avril en demi-finale de Coupe d'Europe. Tout l'avant match : déclarations, statistiques, compositions des équipes...

 Un stage au Chambon sur Lignon

Les clermontois ont débuté la préparation de la rencontre par trois jours de stage au Chambon sur Lignon à l’Hôtel Bel Horizon, lieu fréquenté par de nombreuses équipes sportives. Le XV de France avait aussi préparé la Coupe du Monde 2011 en Haute-Loire. De nombreuses autres équipes pro, dont le Clermont Foot, y ont leurs habitudes en début de saison.

Pour Franck Azéma ce stage était une manière de « rompre les habitudes » tout en « resserrant les liens » dans cette semaine particulière.

 La revanche

Cette demi-finale est le remake de celle de la saison dernière mais cette fois en France. L’an dernier les clermontois avaient subi un cinglant 46-6 à Twickenham dans une rencontre où ils avaient été pris à la gorge rapidement. Après un essai rapide par Ashton ils avaient été décrochés dès le quart d’heure de jeu avec un essai de pénalité et un carton jaune à Brock James. Au total ils avaient encaissé 6 essais tout en se cognant à la défense anglaise.

Si les deux équipes se sont croisées depuis en poule qualificative (30-23 pour les Saracens en Angleterre et 18-6 pour Clermont au retour), une demi-finale est toujours un match très particulier. La lourde défaite de l’an dernier est toujours dans les têtes, des joueurs comme des supporters. Julien Bonnaire estimait toutefois cette semaine que « Clermont a un autre niveau et est mieux préparé que la saison dernière. »

La recette pour l’emporter sera celle appliquée par les anglais l’an dernier et les clermontois en quart de finale, attaquer fort pour prendre les commandes de la rencontre. Un victoire ce samedi effacerait en grande partie le traumatisme de la saison passée pour se lancer dans une fin de saison palpitante.

 Saracens : des victoires mais des brèches

Deuxièmes de la poule de l’ASM, les anglais se sont qualifiés pour les quarts dans les meilleurs deuxièmes et devaient ainsi se déplacer en quart sur la pelouse du Racing, meilleure équipe de poule. Ils ont arraché leur place en demi-finale avec une pénalité à la dernière minute qui a beaucoup fait parler chez les franciliens (11-12).

C’était leur 6ème victoire à l’extérieur depuis le début de saison. Les anglais restent aussi sur 7 victoires consécutives toutes compétitions confondues (championnat, coupe d’Europe et coupe nationale).

Pourtant, la victoire sur la pelouse du Racing ressemble aussi à un petit miracle si on observe les statistiques. Comme le relève le site officiel de l’ASM, les anglais ont manqué 35 plaquages contre le Racing. Une statistique qui confirme les 45 plaquages manqués face à Clermont en phase de poule contre 18 côté clermontois. Les anglais sont réputés pour leur défense bien en place mais elle n’est donc pas exempte de failles. Les clermontois auraient d’ailleurs pu s’imposer en Angleterre en phase de poule avec un peu plus de réalisme.

Si on y ajoute leurs 6 ballons perdus en touche et en mêlée, les anglais doivent ainsi surtout leur salut au manque de réalisme francilien. Les clermontois devront donc être aussi précis que contre Northampton pour profiter des brèches et des ballons.

 Le Chaudron sera jaune et bleu

Sans surprise, la Yellow Army a répondu présent pour remplir le Stade Geoffroy-Guichard. Le match se jouera à guichets fermés devant plus de 41.000 spectateurs. L’ASM explose ainsi le record d’affluence de l’ASSE (37.417 spectateurs) dans sa configuration actuelle. Le record du stade est de 47.747 spectateurs en 1985 pour Saint-Etienne - Lille. Il n’est pas prêt d’être battu.

Les anglais ne seront eux que 800. Le club des Saracens a renvoyé 2000 places qui ne trouvaient pas preneur. Il n’a fallu que quelques minutes pour les vendre en Auvergne mercredi. Geoffroy-Guichard devrait ainsi être rempli de 35.000 auvergnats, largement de quoi faire se sentir l’ASM à domicile. Peut être de quoi faire changer d’avis l’entraîneur des Saracens qui estimait que « c’est plutôt un soulagement de na pas aller à Marcel­ Michelin. »

Cependant, l’ASM ne sera pas totalement à domicile. Le tirage au sort effectué par l’EPRC, l’organisateur de la compétition, a donné aux clermontois le vestiaire « visiteurs ».

A noter que pour la rencontre, Geoffroy Guichard a été adapté. Outre les lignes et les poteaux, la signalétique autour et dans le Chaudron a été adaptée à la Coupe d’Europe. Enfin, autre changement notable pour les spectateurs par rapport au football, la bière sera avec alcool puisque le maire a autorisé exceptionnellement la vente d’alcool dans l’enceinte sportive via un arrêté.

 George Clancy au sifflet

L’arbitre de la rencontre est bien connu des clermontois. L’irlandais George Clancy avait déjà arbitré contre les Saracens en janvier et contre Sale en octobre. Il avait aussi arbitré l’ASM contre les Harlequins la saison dernière. Il n’y aura donc aucune surprise pour les joueurs clermontois qui connaissent exactement son type d’arbitrage. Il sera assisté de M. Leighton Hodges (PdG) et M. Dudley Phillips (Irlande) et l’arbitrage vidéo sera confié à l’Irlandais Simon McDowell.

 Déclarations d’avant-match

Damien Chouly : « Nous avons devant nous une équipe des Saracens qui nous connait bien, que nous connaissons bien et qui nous promet un sacré combat samedi. Ce ne sera pas le même match, tout va être beaucoup plus serré, à nous d’être encore plus rigoureux, précis et déterminé dans tout ce que nous entreprendrons. Bien sûr nous chercherons à surprendre cette équipe, comme ils chercheront à le faire en retour. Je pense que les deux formations seront bien en place et que cela amènera à un bras de fer plus important. Le côté stratégique devrait prendre le dessus… »

Vincent Debaty : « Les Saracens ont un jeu assez direct. C’est une équipe qui ne joue pas trop dans son camp, et qui met une énorme pression sur son jeu au pied. A nous de trouver des solutions pour les empêcher de mettre leur main sur le jeu. Souvent, dans le passé, les détails nous ont fait perdre des rencontres importantes. Nous préparons cette demi-finale avec le souci de n’en négliger aucun. »

Franck Azéma : « Les matches de phases finales, tournent toujours autour des mêmes principes. Il faut être solides sur les fondamentaux, disciplinés, appliqués en défense et réalistes en attaque. Celui qui maîtrisera au mieux ces domaines gagnera son ticket. Les Saracens ont une équipe très pragmatique qui met beaucoup d’engagement sur toutes les phases de jeu et beaucoup de pression sur ses adversaires. Son but est de faire craquer l’autre. C’est un rugby efficace, basé sur de gros porteurs et un énorme engagement poussant les défenseurs à la faute. »

Julien Bonnaire : « Je sais qu’on en a le potentiel et que notre pire adversaire c’est nous. Quand on est tous à 100%, on ne craint vraiment personne, donc c’est juste l’approche mentale, la nécessité de faire les bons choix… On est capables de battre n’importe quelle équipe quand on joue au niveau. »

 Brian O’Driscoll admiratif

Brian O’Driscoll, jeune retraité triple vainqueur de l’épreuve avec le Leinster, livre son analyse sur les deux demi-finales et s’est montré admiratif de Clermont après le quart de finale :

« J’aurais voulu être une mouche posée sur le mur du vestiaire de Northampton pour écouter ce qu’avait à dire Jim Mallinder à la pause à 27-0. Si Clermont reproduit ce genre de prestation, je ne vois pas qui peut les arrêter. Ils me rappellent un peu les All Blacks quand on va jouer en Nouvelle-Zélande. »

Et un peu comme Bonnaire, il juge que finalement le principale ennemi de l’ASM sera dans les têtes : « Clermont a joué trois demi-finales et une finales mais attend toujours son premier titre. Psychologiquement, c’est un élément déterminant, déclencheur de stress, de tension. »

Jugeant que « les deux équipes françaises sont trop puissantes », il pronostique donc un remake de la finale de 2013 le 2 mai prochain à Londres.

 Coup d’envoi à 16h15

Le coup d’envoi de la rencontre sera donné à 16h15. Comme le quart de finale, le match sera retransmis sur beIN SPORTS. De quoi énerver les supporters clermontois qui s’estiment délaissés par France 2 qui préfèrerai Toulon. France 3 Auvergne a publié une réponse indiquant que l’ASM avait été le club le plus diffusé en match de poule avec 3 retransmissions, alors que Toulon ne l’avait été qu’une fois. Il faut dire qu’avec une poule très relevée, l’ASM offrait dès la première phase de grosses affiches.

 Composition des équipes

Pas de surprise dans la composition de l’ASM. L’équipe qui débutera sera la même que celle s’est imposée contre les Northampton Saints. Blessé, Fritz Lee laisse cependant sa place avec une 3ème ligne réorganisée. Damien Chouly sera encadré par Julien Bonnaire et Julien Bardy, pour un mix entre aérien et rugosité dans les rucks. Pour le reste, le pack reste inchangé avec Debaty, Kayser et Zirakashvili en première ligne, Cudmore et Vahaamahina à l’attelage.

Si Parra et Lopez ont pu reprendre l’entraînement en début de semaine, le staff leur a préféré la charnière Radosavljevic - James qui avait fort bien conduit le jeu en quart. Les deux internationaux français seront sur le banc en renfort.

La ligne d’attaque est aussi reconduite. Wesley Fofana, qui vient de prolonger son contrat jusqu’en 2019, et Jonathan Davies formeront la paire de centres. Nalaga et Nakaitaci prendront les ailes et Abendanon virevoltera à l’arrière.

Thomas Domingo blessé, Chaume intègre le banc où seront aussi présents en plus de la charnière Ulugia, Ric, Pierre, Lapandry et Rougerie.

Composition des Saracens

L’équipe anglaise ne comporte pas de grande surprise et n’est pas vraiment différente de celle alignée à Clermont cet hiver. Le principalement changement est la titularisation du jeune Maro Itoje qui remplace Kelly Brown en troisième ligne.

Le XV de départ : Goode ; Ashton, Bosch, Barritt (cap), Wyles ; (o) Hodgson, (m) Wigglesworth ; Burger, B. Vunipola, Itoje ; Hamilton, Kruis ; Du Plessis, George, M. Vunipola.
Les remplaçants : Brits, Gill, Johnston, Brown, Wray, De Kock, Farrell, Strettle.

 L’ASM en finale

Que ce fut difficile ! Malgré un chaudron en fusion derrière les clermontois, la délivrance ne sera intervenue vraiment qu’à la 80ème minute. La faute à des anglais dont le plan de jeu a largement fait déjouer l’ASM. Menés à la mi-temps, les clermontois ont pris les devants grâce à un essai de Fofana puis ont géré la fin de match non sans quelques frayeurs. L’ASM jouera dans deux semaines sa deuxième finale de Coupe d’Europe.

- Résumé du match et film des principales actions


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois