Cyberbougnat
Publicité Faire un don en ligne pour l'AFM-Téléthon.

ASM Clermont - Paris : tout l’avant-match de la finale du Top 14

Publié par Bertrand le jeudi 11 juin 2015 à 19h12min, mis a jour le samedi 13 juin 2015 à 11h05min - 2837 lectures - 2 partages

Rugby — L'ASM jouera sa deuxième finale de la saison ce samedi au Stade de France. Toutes les infos de l'avant-match et composition des équipes.

L’ASM Clermont Auvergne affronte ce samedi 13 juin le Stade Français pour la finale du Top 14. La conclusion d’une saison intense qui aura permis aux clermontois de jouer deux finales. Reste maintenant à la gagner.

 La revanche de 2007

Une finale Clermont-Paris n’est pas inédite et constitue un très mauvais souvenir pour l’ASM qui pensait bien tenir le titre.

Pour la première de ses 4 finales consécutives avec l’arrivée de Vern Cotter, l’ASM avait mené très longtemps (12-0 à la 50ème minute puis 15-6 à l’heure de jeu) avant de se faire cueillir dans les dernières minutes et des essais de Pichot (69e) et surtout Radike Samo à la 78ème minute à la conclusion d’une action de 60m et plus d’une minute et quinze secondes.

L’ASM garde dans son effectif quelques survivants de cette 8ème finale de championnat perdue : Malzieu, Cudmore, Zirakashvili, James et bien entendu Aurélien Rougerie.

 Une victoire de chaque côté en phase régulière

Les deux équipes ont chacune remporté leur confrontation à domicile dans deux matches très différents. Lors de la 11ème journée, les clermontois s’étaient remis d’une défaite à Bayonne en marquant 7 essais dans une rencontre totalement maitrisée (51-9).

Au match retour, les clermontois alors leaders furent pris par la pression d’un Stade Français qui avait besoin de se remettre sur de bons rails après deux défaites. Largement pris en défense les clermontois étaient revenus dans le match avant de lâcher l’affaire (40-26).

Seul réel point commun de ces deux matches, Nalaga a réalisé un doublé à chaque fois. Les superstitieux savent sur qui miser.

 Paris favori et à domicile ?

Bien que deuxième de la phase régulière et finaliste de la Coupe d’Europe, pour beaucoup l’ASM ne sera pas favorite pour cette finale. La faute à la « malédiction » des finales perdues mais aussi à la dynamique de renouveau et la demi-finale éclatante de Paris contre Toulon.

Les parisiens ont en effet largement dominé le champion de France et d’Europe en titre avec une large supériorité dans tous les domaines et un Sergio Parisse magique sur le premier essai et toujours aussi constant sur le match (33-16).

Cette position d’outsider pourrait convenir aux clermontois qui se sont souvent écroulés en finale quand ils étaient favoris. Mais ils se sont autant écroulés en étant outsider, la finale de Twickenham en étant un bon exemple.

En revanche, on peut contester l’argument comme quoi Paris jouera à domicile. Avec son nouveau Stade Jean Bouin, le Stade Français n’a pas joué cette saison au Stade de France. D’après le journal anglais The Rugby Paper, le club parisien n’a pas explosé les affluences avec 12.882 spectateurs en moyenne sur la saison, en perdant 4.215 supporters de moyenne par rencontre. Sur ce plan, le Paris de Savare n’est pas le même que celui de Max Guazzini.

 La crainte du double zéro pointé

Qu’est-ce qui fait le plus peur à un supporter de l’ASM ? Perdre une 11ème finale sur 12 jouées en championnat ou perdre deux finales la même année ? Le supporter clermontois a appris a encaissé les défaites mais commence à en avoir marre de l’étiquette de loser qui nous colle à la peau. Il sait aussi ne pas se montrer trop optimiste.

Perdre une deuxième finale dans la même saison serait une première. En 2007, l’ASM avait avant remporté le Challenge Européen. Depuis le titre de 2010, les échecs européens n’avaient été digérés que quelques mois plus tard. Cette fois, les hommes de Franck Azéma ont relevé la tête avec 4 victoires consécutives pour arriver en finale avec le risque du double zéro pointé.

Un cas très rare. Avant de faire le doublé, Toulon avait certes perdu la finale du Top 14 mais d’abord remporté la Coupe d’Europe. Le cas qui revient en tête est en fait anglais et nous vient d’un club bien connu maintenant. L’an dernier, les Saracens ont perdu les finales de Coupe d’Europe et de Championnat. Si une nouvelle défaite était à déplorer samedi, les supporters clermontois pourraient peut être se consoler en se disant qu’après ce double revers, les Saracens ont rebondi pour remporter le championnat anglais 2015 il y a quelques jours.

 L’ASM au Chambon-sur-Lignon

La méthode avait marché pour préparer les demi-finales victorieuses contre les Saracens et Toulouse, marchera-t-elle pour la finale ? Les clermontois ont en tout cas retrouvé leurs habitudes à l’hôtel « Bel Horizon » de la petite station touristique de Haute-Loire.

Franck Azéma est ainsi parti avec un groupe très élargi qui se réduira au moment de partir pour Paris. Le coach clermontois privilégie ainsi l’ambiance et la complicité dans son groupe et éloigne, même s’il s’en défend, ses joueurs de l’agitation clermontoise. Ils préparent ainsi à l’abris les stratégies et séquences collectives pour samedi.

Difficile donc de savoir ce que prépare Franck Azéma et quelles surprises il peut avoir en tête. Ses choix pour la demi-finale à Bordeaux avaient surpris mais se sont avérés payant à sa grande satisfaction :

« J’ai lu et entendu que c’était suicidaire. Aujourd’hui, c’est moi qui suis le plus proche, le plus au contact de mon groupe. Personne ne peut savoir à ma place comment mes joueurs sont, physiquement et mentalement. Je ne vais pas fanfaronner, mais j’ai confiance en mes hommes. »

 Le président De Cromières se met encore à dos la Yellow Army

Eric de Cromières a pris l’habitude des propos maladroits et blessants envers les supporters « jaune et bleu » et surréalistes dans un contexte sportif. Essaie-t-il d’imiter maladroitement les Mouraderies de Boudjellal ? Quelques Decromeries :

Après les sifflets contre Toulon :

« C’est l’autre face de la Yellow Army, des gens extrêmement passionnés d’un côté qui en font quelquefois un peu trop pour supporter le club, et qui en font un peu trop dans l’autre sens quand cela ne va pas. »

Avant la demi-finale du Top 14 :

« L’échec en finale, à court terme, est plutôt neutre. Il est même presque avantageux. Je ne devrais peut-être pas le dire, mais vous n’avez pas à verser de primes ! Au sens stricto sensu du compte économique de la finale, l’impact négatif n’existe pas. »

Cette semaine dans une dépêche AFP il s’est en plus montré désobligeant envers des clubs bien plus titrés :

« Nos spectateurs ont beaucoup de chance d’avoir un club comme le nôtre, ils pourraient être à Brive, Perpignan ou encore à La Rochelle. »

Dans la même dépêche une supportrice s’est chargée de le remettre à sa place :

 « C’est exagéré et déplacé. Ils ont bien de la chance d’avoir une Yellow Army de sortie pour chaque match à l’extérieur. Autant être à Brive alors, aller en finale sans gagner ne sert à rien. »

Mais la réponse la plus cinglante est venue de La Rochelle sur Twitter :

Celle-là, il ne l’a pas volée ! On a hâte de voir la suite...

 Quesada et Azéma ont joué ensemble

Comme le rappelait Rugby Olympique cette semaine les deux entraîneurs se connaissent pour avoir joué ensemble. C’était il y a 14 ans à Narbonne lors de la saison 2000-2001. Quesada revenait alors de la Coupe du Monde tandis qu’Azéma était en fin de carrière et jouait assez peu. Evoluaient aussi dans cette équipe Mario Ledesma ou Olivier Merle.

Pierre Sallettes, entraîneur de l’époque en remplacement de Pierre Berbizier démis au mois de décembre, se rappelle :

« Je ne sais pas s’il s’en souvient, mais j’avais dit à Franck Azéma qu’il avait toutes les qualités pour entraîner et qu’il pouvait démarrer tout de suite. Mais il n’avait que 30 ans, il voulait encore jouer un peu. »

Cette année là, le RC Narbonne avait perdu un finale, celle du Challenge Européen contre les Harlequins.

 Des trains pour les supporters

Le club a mis en vente lundi le quota de 11.000 places attribuées au club par la Ligue Nationale de Rugby. Un bon nombre partiront en train. SNCF Intercités a ainsi mis en place une offre promotionnelle avec deux trains spéciaux le 13 et 14 juin en plus des trains habituels :

  • Aller : Départ en gare de Clermont-Ferrand à 8h35, arrivée à Paris Gare de Lyon à 13h00.
  • Retour : Départ en gare de Paris Gare de Lyon à 1h00 du matin (dans la nuit de samedi à dimanche 14 juin), arrivée à Clermont-Ferrand à 4h12 à Clermont-Ferrand.

Par ailleurs, les trains sur l’axe Clermont-Ferrand – Paris du samedi 13 juin circuleront normalement. La SNCF annonce aussi une présence renforcée de ses agents en gare de Clermont-Ferrand qui gare décorée pour l’occasion.

 Ecran géant Place de Jaude

Olivier Bianchi l’avait annoncé quelques minutes après la demi-finale contre Toulouse. L’écran géant sera installé, comme lors de la finale de l’European Rugby Champions Cup, au centre de la place de Jaude (côté Desaix). Près de 40 000 personnes sont attendues pour assister à la retransmission en direct sur la Place de Jaude à 21h00. Olivier Bianchi, accompagné de Christine Dulac-Rougerie seront eux au Stade de France.

- Toutes les infos circulations et transports

 Moins d’engouement

Toutefois, l’engouement semble bel et bien en baisse. La finale perdue contre Toulon début mai est passée par là et les propos du président de l’ASM n’ont rien arrangé. Si on y ajoute le coût des déplacements pour suivre une équipe qui aura joué tous les matches possibles en France et en Europe, on peut comprendre que les clubs de supporters n’aient pas remplis autant de bus que d’habitude.

L’engouement est aussi moins palpable en ville. Même si le jaune et bleu est apparu aux fenêtre et immeubles, les vitrines décorées sont pour l’instant beaucoup moins nombreuses que pour les finales précédent le Brennus de 2010. Peut être une question d’habitude...

 Top 14 Rugby Party à Paris avant le match

Les supporters clermontois qui seront sur Paris ce samedi pourront participer à la première édition de la « TOP 14 Rugby Party », un événement gratuit, inédit, festif et populaire avec des animations tout au long de la journée autour du Champs de Mars :

  • parade du Bouclier de Brennus à travers Paris et exposition avec possibilité de prendre des photos à côté,
  • Dédicaces et émissions radios dont le Moscato Show,
  • terrain de rugby, animations gonflables,
  • 8 food trucks, boutique officielle du Top 14, écrans géants,
  • avant-match rythmé par un set Live de DJ Morgan Nagoya
  • la soirée se terminera par un concert gratuit de « Skip The Use » aux alentours de 23h.

 Nakaitaci et Fofana blessés

Le groupe clermontois est pratiquement au complet pour cette dernière semaine de la saison. Mais Noa Nakaitaci ne pourra pas être aligné. Touché au genou droit lors de la demi-finale face à Toulouse, l’ailier fidjien souffre d’une lésion du ligament croisée postérieur. La blessure ne nécessite pas d’intervention chirurgicale mais une indisponibilité de plusieurs semaines, 6 à 8 semaines. Il loupera aussi probablement le début de la préparation des Bleus pour la Coupe du Monde.

Jeudi, on apprenait en plus la blessure de Wesley Fofana durant le stage de préparation au Chambon-sur-Lignon. Franck Azéma a précisé ce vendredi la nature de la blessure :

« Wesley a une petite élongation au niveau des ischios. C’est pas très grave mais ça nécessite 2 à 3 semaines d’arrêt. Donc il ne jouera pas samedi. »

Un vrai coup dur après le forfait de Nakaitaci.

Ces blessures s’ajoutent à celles de Jamie Cudmore (commotion cérébrale), Jonathan Davies (ligaments croisés) et Daniel Kotze (épaule).

 Composition de l’ASM

Le staff clermontois a décidé de faire confiance au pack victorieux en demi-finale. Une lourde tâche l’attend face au Stade Français mais Franck Azéma ne fait pas pour autant rentrer Kayser qui sera sur le banc et Debaty absent de la feuille de match. Domingo, Ulugia et Zirakashvili seront ainsi en première ligne, Jedrasiak et Vahaamahina en seconde et Chouly, Lee et Bardy en troisième. Les 5 remplaçants (Benjamin Kayser, Raphael Chaume, Clément Ric, Julien Pierre et Alexandre Lapandry) seront aussi les mêmes qu’en demi-finale.

Il en sera de même au niveau de la charnière. Morgan Parra et Camille Lopez seront titulaire pour gérer le jeu clermontois, Ludovic Radosavljevic et Brock James seront sur le banc. La très bonne rentrée de James contre Toulouse n’a donc pas modifié l’ordre sur ce plan.

Les lignes arrières ont forcément bouger du fait des blessures. La blessure de Nakaitaci puis de Fofana ont obligé Franck Azéma a changé son plan. Remis de soucis de dos, Nalaga revient à l’aile pour son dernier match avec le maillot clermontois. Il en sera de même pour Jean-Marcellin Buttin qui était sur le banc à Bordeaux et sera cette fois titulaire à l’autre aile lui aussi pour son dernier match. Sa dernière titularisation à ce poste remonte à mars 2014 face à Bordeaux.

Les blessures replacent aussi au centre Aurélien Rougerie qui sera associé à Benson Stanley. Nick Abendanon occupera l’arrière. Mike Delany sera sur le banc pour suppléer un de ces postes.

 Composition du Stade Français

Gonzalo Quesada n’a lui non plus pas réservé de surprise. N’ayant pas de nouvelle blessure à déplorer, il aligne le même XV de départ que pour la demi-finale contre Toulon. Le banc est lui un peu revu puisqu’il aura 5 avants contre 6 la semaine dernière pour intégrer un arrière de plus. Doumayrou prend ainsi la place de Scott LaValla.

XV de départ : 1. Van der Merwe - 2. Bonfils - 3. Slimani ; 4. Pyle - 5. Flanquart ; 6. Burban - 8. Parisse (cap.) - 7. Lakafia ; 9. Dupuy (m) - 10. Steyn (o) ; 11. Sinzelle - 12. Danty - 13. Waisea - 14. Arias ; 15. Camara
Remplaçants : 16. Sempere, 17. Taulafo, 18. Pape, 19. Ross, 20. Fillol, 21. Bosman, 22. Doumayrou, 23. Kubriashvili.

 Petites phrases d’avant match

Wesley Fofana : « Aller en finale pour aller en finale, j’ai déjà donné. »

Brock James : « Ils sont forts partout, ça va être un match très compliqué. Ce n’est pas être en finale qu’on veut, ce qu’on veut, c’est le titre. Cette année c’est ça. »

Thomas Domingo : « C’est bien de faire une finale mais il faudrait gagner. On est déterminés à faire quelque chose. »

Franck Azéma : « Tout le monde me dit que deux finales en une saison, c’est beau. Mais ce qui reste sur le palmarès, ce sont les titres. »

Morgan Parra cette semaine sur RMC : « On a la chance de pouvoir prendre une revanche sur nous-mêmes et d’apporter une nouvelle finale au club, à nos supporters et à la ville, et c’est important. On perd souvent en finale, mais je préfère retourner quinze fois en finale et me dire que je pourrais en gagner une à un moment que de ne pas y être. Plus on a de chances d’y aller, plus on a de chances d’en remporter une. »

Jean-Marc Lhermet : « Ils ont pulvérisé le Racing en barrage, ils ont battu Toulon assez facilement en demi-finale. On les craint. »

Gonzalo Quesada :

« C’était une semaine un peu compliquée à gérer parce qu’il y a l’euphorie d’avoir gagné la demie, surtout face à Toulon. Mais en même temps, il faut vite basculer sur la finale du sans trop se laisse envahir par cette joie qui peut se transformer en excès de confiance. On tombe contre Clermont, on sait que c’est une équipe difficile et à quel point ils attendent cette finale. Je ne crois pas trop à notre statut de favori. Quand ils ont présenté leur équipe type, on a pris 50 points et là, c’est à peu près la même donc bon... »

« Clermont est mort de faim. Les joueurs se sont cassés les dents encore une fois cette saison et là, ils reviennent encore en finale du Top 14 pour aller chercher ce qui leur tend les bras depuis autant d’années. Sans langue de bois, je crois sincèrement qu’il n’y avait pas d’adversaire plus dur à retrouver en finale que Clermont. »

Jonathan Danty à propos d’Aurélien Rougerie dans Le Parisien : « Je ne savais même pas quel âge il avait mais je l’ai appris tout à l’heure, il me semble qu’il a 35 ans. Je le voyais beaucoup plus jeune que ça avec tout ce qu’il fait depuis le début de saison. Je le regardais jouer étant plus jeune. Voilà c’est Aurélien Rougerie avec son palmarès. A côté moi je ne vaux pas grand chose mais il va falloir que je fasse un très bon match. »

 Il reste des places

La LNR a remis en vente mercredi soir sur les réseaux FranceBillet et TicketMaster un quota de billets non écoulés pour la finale du Top 14. D’autres remises en vente seront organisées dans les prochains jours selon les retours et ce jusqu’à samedi.

 Pascal Gaüzère au sifflet

Pascal Gaüzère (38 ans) arbitrera pour la première fois samedi une finale de Top 14. Professionnel depuis 2011, il arbitre aussi en Tournoi des Six Nations et en Coupe d’Europe. Il indiquait cette semaine dans Rugbyrama sa préparation pour cette rencontre qui dépasse le seul aspect physique : « la vidéo permet de s’imprégner du jeu du Stade français et de Clermont » et de « mieux anticiper une prise de décision le jour du match. » Considéré comme un surdoué du sifflet cette première finale sera pour lui une consécration :

« On dit qu’arbitrer une finale est aussi fort émotionnellement que de la jouer. Si tel est le cas, mon Brennus à moi serait de contribuer à faire vivre à tous un moment de fraternité et de partage dans le plus pur respect des valeurs du rugby. C’est une consécration. J’espère que les deux équipes transmettront de l’émotion et du jeu pour l’ensemble des spectateurs et que l’arbitre va assurer une continuité et qu’on ne ne parlera pas trop de lui. »

Et il rappellera aussi l’esprit de son arbitrage aux deux capitaines avant de rentrer sur la pelouse :

 « Il y a la règle et après il y a ce que les joueurs décident. Le jeu appartient aux joueurs et aux coaches. L’arbitre n’est là que pour assurer la continuité du jeu. »

Le corps arbitral de la finale :

  • Arbitre central : Pascal Gaüzère
  • Juge de touche : Jérôme Garces
  • Juge de touche : Salem Attalah
  • Arbitre n°4 : Thomas Charabas
  • Arbitre n°5 : Jean-Luc Rebollal
    Arbitre vidéo : Jean-Pierre Pellaparat

Coup d’envoi à 21 heures sur la pelouse du Stade de France. Elle sera retransmise en direct sur France 2 et Canal+.

 Bonus

En 2010, Aurélien Rougerie avait un petit adapté le protocole de la remise du Bouclier de Brennus pour aller le présenter aux supporters. Souhaitons que l’on revive ce moment samedi soir

Article mis à jour en permanence avec les nouvelles informations, déclarations puis compositions d’équipes


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois