Cyberbougnat

Résumé de l’imbroglio entre l’ASM Clermont et le XV de France sur le cas Camille Lopez

Publié par Bertrand le jeudi 19 mars 2015 à 19h37min, mis a jour le vendredi 3 avril 2015 à 15h38min - 841 lectures - 1 partage

Rugby - Tournoi des 6 Nations — Une drôle d'affaire vient perturber les relations entre l’ASM Clermont Auvergne et le XV de France autour de la blessure de Camille Lopez à quelques jours d’Angleterre - France. Apte pour les uns, blessés pour les autres, l'ouvreur clermontois a été pris au milieu des déclarations et d'un système qui a du mal à concilier les divers intérêts du rugby français.

A deux jours du « crunch » qui viendra conclure un difficile Tournoi des 6 Nations pour le XV de France, une polémique a éclaté autour du cas de Camille Lopez. Sorti sur blessure dimanche en Italie, staff du XV de France et de l’ASM Clermont Auvergne s’affrontent sur son forfait.

 Chronologie des faits

Dimanche en Italie, Camille Lopez sort dès la mi-temps après avoir été touché au genou. On parle alors d’un gros hématome au genou tout en se rappelant qu’il a été opéré en 2013 d’une rupture des ligaments croisés. Quand le groupe est annoncé lundi, Camille Lopez figure toutefois toujours dans le groupe.

Mardi, la charnière du XV de France en Italie est ménagée. Sébastien Tillous-Borde, qui souffre du mollet, et Camille Lopez on ainsi été dispensés d’entraînement. Le Parisien Jules Plisson, qui pourtant victime d’une fracture du nez au Stadio Olimpico, participait lui à la séance.

Mercredi selon l’article de L’Equipe, la charnière française est toujours ménagée. Il n’est alors guère étonnant qu’un communiqué de la FFR annonce le forfait de Camille Lopez :

Suite aux échanges entre les encadrements médicaux et techniques du XV de France et de l’ASM Clermont Auvergne, il est décidé que Camille LOPEZ (ASM Clermont Auvergne, 25 ans, 9 sél.) quitte le groupe France. Il doit observer une période de repos de 4 à 6 semaines.

Ce jeudi, Philippe Saint-André annonce une composition sans Camille Lopez mais avec Vincent Debaty et Noa Nakaitaci titulaires. Commence alors la polémique.

 Philippe Saint-André déplore une décision de l’ASM

Car jeudi matin à Marcoussis, Philippe Saint-André est agacé par le cas Lopez et a donné une version de ce forfait qui met en cause l’ASM. Pour lui, Camille Lopez n’était pas blessé, allant même contredire l’information de L’Equipe : « Il s’est entraîné mercredi matin sans aucun problème, sans strap, sans gêne. Il a même buté avec un excellent taux de réussite. Il était très bien mentalement. Le staff médical a décidé qu’il était apte. » Sur ce point, Franck Azéma confirme que Camille Lopez s’est bien entraîné et la FFR a publié une photo sur Facebook où on le voit balle en main.

JPEG - 234.9 ko
Ce mercredi, la FFR a publié sur sa page Facebook une photo de Camille Lopez à l’entraînement

Mais PSA accuse l’ASM d’avoir voulu mettre l’ouvreur clermontois au repos en prétextant la blessure :

« Clermont a décrété qu’il devait être repos pendant quatre à six semaines. Le docteur de l’ASM a décidé, sans l’avoir examiné, par rapport aux images qu’on lui a envoyées car on est transparent avec les clubs. Camille rentre donc à Lyon voir son spécialiste qui l’a opéré. C’est clair, net et précis. Nous, on respecte les clubs. »

Pour PSA, un doute s’est installé dans la tête du joueur :

« On a eu une discussion avec Camille en fin de journée, il doutait. J’ai besoin de joueurs avec aucun doute prêt à aller à la guerre pendant 80 minutes à Twickenham. Camille n’en avait aucun mercredi matin. Il en avait, il était perturbé mercredi soir. »

D’où vient ce doute ? Si PSA ne veut pas officiellement se prononcer, « Ce n’est pas de mon ressort », il estime que l’ASM a joué un rôle et on évoque une discussion avec Franck Azéma :

« Son employeur numéro un est l’ASM. Je le dis depuis trois ans et demi, il faut qu’il y ait un vrai statut clair du joueur de rugby international. »

Surtout il a fini par accuser Clermont de privilégier la Coupe d’Europe au XV de France :

« Aujourd’hui ce qui est grave, c’est qu’un quart de finale de Coupe d’Europe a plus d’importance qu’un France-Angleterre. On verra bien si Camille sera sur le terrain contre Northampton. »

 Jean-Marc Lhermet s’étonne de la réaction de Saint-André

La riposte de l’ASM ne s’est pas faite attendre et est venue à midi du directeur sportif du club sur RMC. Il s’étonnait que Philippe Saint-André affirme que c’est le staff médical de Clermont qui a pris la décision de laisser Camille Lopez au repos pour quatre à six semaines :

« Ça ne vous parait pas une aberration de dire ça ? Je suis un peu surpris par les déclarations de Philippe. Ce n’est pas la réalité. Les clubs n’ont aucun pouvoir sur les sélections. Si l’équipe de France veut faire jouer un joueur, que le club soit d’accord ou pas, le joueur jouera. Je ne comprends pas sa position. Le staff médical de Clermont ne décide rien sur la sélection d’un joueur de l’équipe de France. Le staff médical des clubs ne décide de rien. Camille est blessé. C’est pour ça qu’il ne joue pas. Je ne comprends pas cette position. Camille est blessé et c’est pour ça qu’il ne le garde pas. »

Le directeur sportif clermontois s’est montré dubitatif sur la participation de Camille Lopez à l’entraînement de lundi et a aussi donné son avis sur la fameuse transparence médicale du staff du XV de France :

« Nous avons eu d’énormes difficultés à accéder au dossier médical de Camille Lopez. On n’a reçu les clichés qu’hier alors que depuis lundi, nous essayons de savoir de quoi souffre notre joueur. C’est surprenant car nous essayons depuis lundi d’avoir des informations sur l’état de santé de notre joueur. Il y a une forme d’obstruction pour nous donner les clichés pris par le staff médical de l’équipe de France. »

Lhermet ne se prononçait alors pas sur la blessure du joueur et son indisponibilité. Il s’est en revanche étonné de l’incohérence des propos du staff du XV de France :

« Ce qui est étonnant, c’est que le staff de l’équipe de France a communiqué sur une indisponibilité de quatre à six semaines alors qu’ils l’ont fait s’entraîner et qu’ils étaient prêts à le faire jouer. Par rapport à l’incohérence de leurs propos, on essaye d’avoir un peu plus d’informations. »

 Un historique qui peut expliquer cette polémique

Habituée à être privée régulièrement de 5 à 8 internationaux français, et plus avec les nationalités, contrairement à d’autres clubs l’ASM n’a toutefois guère râlé sur la mise à disposition des joueurs, les doublons ou les quotas de match.

Le premier point de discorde est cependant intervenu début octobre avec un gros coup de colère de Franck Azéma après la blessure de Wesley Fofana dans des tests physiques jugés inadaptés par le coach clermontois :

« Ils m’ont renvoyé Wesley Fofana blessé ! Honnêtement c’est frustrant. Toutes les semaines nous faisons de la gymnastique pour réguler les joueurs concernés par la liste des 30 matches et cela me met en colère de voir qu’il se blesse lors de tests physiques ! Qu’il se blesse lors d’un entraînement ou un match cela ne me dérange pas qu’il le fasse sur une séance de physique : c’est de l’amateurisme ! Nous les avons avertis des faiblesses que Wesley pouvait avoir après le match face à Oyonnax. Il avait été touché aux ischio-jambiers, il y a trois semaines et nous avons fait passé un dossier médical complet. Quand je vois qu’ils font un test de vitesse sur une piste en tartan humide en basket… je suis gentil quand je dis que c’est un manque de professionnalisme ! Nous ne pouvons pas avoir des contraintes toute l’année et avoir en face des gens aussi légers ! C’est compliqué pour les joueurs qui ont de la frustration car ils ne peuvent pas enchaîner les matches avec cette règle là, si en plus on cumule avec des blessures que nous aurions pu éviter, ça fait un peu beaucoup… surtout à cette période de l’année »

Le centre clermontois avait alors été indisponible deux semaines en raison d’une lésion musculaire aux ischio-jambiers. Wesley Fofana est de nouveau revenu de sélection blessé avec une lésion musculaire. Elle s’ajoute à la blessure de Morgan Parra pour 10 semaines. Le demi-de-mêlée clermontois s’était blessé en première mi-temps contre le Pays-de-Galles, mais avait tout de même joué un petit quart d’heure en deuxième période et même tapé une pénalité de plus de 40m. On ne sait pas si ces minutes ont pu aggravé la blessure mais elles ont sûrement pu irriter le staff médical et sportif clermontois et peut être même bien jeter un doute sur le staff médical du groupe France.

Pour autant, il est difficile d’accuser l’ASM de ne pas avoir jouer le jeu du XV de France. Franck Azéma s’est régulièrement passé des internationaux. Camille Lopez a par exemple été mis au repos entre les matches du Tournoi des 6 Nations même s’il ne fait pas partie des joueurs concernés par le quota de matches maximum à jouer dans la saison.

Il faut dire que pour sa première saison pleine après sa blessure, l’ouvreur semble être au bout physiquement après avoir enchaîné beaucoup de rencontres et qu’il était de l’intérêt du club et du joueur de ne pas encore le fatiguer en le faisant jouer entre les matches du Tournoi. La gestion de l’effectif visant à l’avoir dans le meilleur état de forme pour le quart de finale de Coupe d’Europe fait ainsi les affaires du XV de France avec un joueur mis au repos.

 L’ASM confirme officiellement la blessure en fin de journée

Comme l’avait annoncé Jean-Marc Lhermet sur RMC, l’ASM a communiqué sur la blessure de Camille Lopez après consultation du médecin Sonnery-Cottet qui l’avait opéré l’an dernier. Il sera bien éloigné des terrains « pour une période de 4 à 6 semaines en raison d’une évolution de la laxité sur son ligament croisé antérieur opéré l’an dernier. » Il manquera donc la fin du Tournoi mais aussi le quart de finale de Coupe d’Europe. Comme Morgon Parra, on ne devrait pas le revoir avant fin avril début mai.

Sur le site du club, Franck Azéma a tenu a préciser le déroulement de la semaine et n’a de nouveau pas mâché ses mots sur le staff du XV de France :

« Mensonges ou incompétence, je n’en sais rien. Ce que je constate c’est que le staff médical des Bleus juge apte un joueur alors que le diagnostic parait évident à tous les autres médecins consultés. »

Il a aussi défendu son joueur pris dans une situation difficile :

« Je suis également très surpris et déçu que notre joueur soit mis en porte-à-faux entre l’équipe de France et le Club. Camille n’a rien à choisir, il est blessé. Nous avons agi dans son simple intérêt et en voulant protéger son intégrité physique. »

Enfin, pour le coach clermontois le staff de l’Equipe de France aurait joué avec la santé du joueur

« Vu les risques encourus sur un ligament croisé fragilisé qui aurait pu rompre aux dires des spécialistes, je ne comprends pas ce que faisait Camille sur le terrain d’entrainement. Peut être ont-ils voulu forcer le destin, ce n’est pas notre cas, nous ne jouons pas avec l’intégrité physique des joueurs ».

L’entraîneur clermontois a ensuite précisé ses propos sur RMC mais aussi visé plus particulièrement un médecin du XV de France :

« Ce qui m’agace, c’est de voir Camille dans cette situation alors qu’il est blessé. J’entends qu’il a refusé de jouer. C’est faux. Il voulait jouer. Il n’a pas demandé à rentrer. Il ne peut pas jouer. Il est blessé physiquement, mais aussi moralement.
(...)
On va dire qu’Azéma est un emmerdeur. Moi, je fais attention à la santé de mes joueurs. Il faut un suivi des joueurs coordonné et de qualité, c’est le plus important.
(...)
Les blessures en match, c’est comme ça. Mais ce qui m’agace, c’est que le staff médical et en particulier Monsieur Grisoli n’est pas pris l’étendue des dégâts par rapport à Camille et aurait pu l’exposer si on n’était pas intervenu. Ça aurait pu être plus grave. Il faut voir plus loin que le match de Twickenham. S’il fallait jouer sur une jambe, il y serait allé Camille, mais tu le perdais pour le Mondial.

Franck Azéma est aussi énervé qu’on pense qu’il veuille privilégier la Coupe d’Europe au détriment du XV de France :

« Ça m’énerve. C’est douter de l’investissement des joueurs. Et aussi du notre. Je rappelle que la semaine avant les rassemblements, généralement je ne fais pas jouer mes internationaux, idem quand ils reviennent de sélections. Ça fait beaucoup. A la sortie, quand je vois qu’on doute de notre investissement, ça m’agace. »

Il trouve aussi que ce serait « aberrant » que cette polémique porte préjudice à Camille Lopez pour la Coupe du Monde alors qu’il s’est blessé avec l’Equipe de France.

 Camille Lopez privé de Coupe du Monde ?

Cette histoire démontre une fois de plus que le rugby français a bien du mal à concilier tous les aspects du professionnalisme. Le joueur s’est lui retrouvé comme pris en otage entre les déclarations sur un aspect délicat de sa santé. Qui croire pour un joueur entre deux staffs médicaux qui donnent un avis contraire. Qui ne douterait pas alors que sa santé est en jeu ?

Mais la vraie question est maintenant de savoir si cela peut avoir un impact sur la suite de sa saison et sa participation à la Coupe du Monde. Et sur ce point, PSA a semé le doute semblant avoir perdu une certaine confiance :

« Au niveau international, il vaut mieux jouer… Jules (Plisson) est à 200%. Il est en confiance. Rémi (Tales) revient dans le groupe. C’est le dernier match avant la liste des 36 pour préparer la Coupe du monde. On ne peut plus se poser de questions… »

Devenu numéro 1 dans la tête du sélectionneur, Camille Lopez semblait alors en début de journée pouvoir être devenir le banni de la Coupe du Monde. Nul doute qu’une telle perspective aurait de quoi plomber un peu plus le moral de l’ouvreur clermontois après un Tournoi où il fut la cible des critiques après les premiers matches et les défaites.

Mais la saison est encore longue et le résultat en Angleterre pourrait encore bouleverser les cartes surtout s’il se solde par une défaite. Ceux qui ont fait le tournée d’été en Australie se rappellent par exemple que contrairement à ce que dit PSA il aurait mieux fallu ne pas jouer...

 Camille Lopez se défend d’avoir fait un choix entre l’ASM et le XV de France

Camille Lopez s’est lui aussi expliqué sur RMC et a expliqué comment s’est déroulé ce début de semaine. Bien entendu c’est pour lui difficile de ne pas jouer les matches qui arrivent :

« Je suis abattu parce que je ne peux pas jouer et j’ai envie de jouer des matchs. Le verdict est tombé (rupture partielle de sa greffe sur un ligament croisé antérieur du genou droit, ndlr), mais je suis rassuré d’un autre côté car ma plastie est encore là partiellement, donc je ne repars pas pour une nouvelle opération d’un ligament croisé et six mois d’absence. C’est un point positif aujourd’hui. Après, je suis déçu parce que j’avais des échéances importantes qui arrivaient, à court terme, et que je ne vais pas pouvoir réaliser, que ce soit le match de samedi en Angleterre, le quart de finale de Coupe d’Europe et les importants matchs de championnat qu’on a avec le club. (...) Le quart de finale de coupe d’Europe, c’est mon premier, c’est un match que je voulais jouer. Le résultat aujourd’hui c’est que je ne pourrais jouer ni l’un ni l’autre. »

Quant au doute sur sa capacité à jouer et évoqué par Philippe Saint-André, il indique que c’est le chirurgien qui l’a semé alors que lui pouvait s’entraîner sans avoir mail :

« Ce n’est pas moi qui ai fait part de mes doutes, il y a eu des échanges entre les staffs de Clermont et du XV de France. Etant donné que les deux staffs n’étaient pas d’accord, ils ont fait appel au chirurgien qui m’avait opéré et c’est lui qui a émis et semé le doute par rapport à l’image qu’il a pu voir. Et lui n’est concerné ni par l’équipe de France, ni par mon club de Clermont. Mais il est concerné par mon genou, qu’il a opéré il y a plus d’un an. C’est lui qui a semé le doute, que j’ai eu au téléphone, qui m’a fait part de son ressenti, alors quand j’ai entendu que c’était prendre un risque concernant mon croisé, que je risquais de le péter et de repartir sur six mois, ça m’a refroidi. »

Il se défend aussi d’avoir fait un choix entre l’Equipe de France et l’ASM :

« Contrairement à ce que j’ai pu lire ou entendre ça et là, ce n’est pas moi qui ai décidé de rentrer et de privilégier soit disant le quart de finale de coupe d’Europe, plutôt que d’aller jouer le dernier match du Tournoi des Six Nations. Ça, c’est complètement faux. C’est ma parole contre toutes les autres, mais je pense savoir ce que je dis et jamais, à aucun moment, je n’ai pu dire ça. Aujourd’hui, je suis déçu de ne pas pouvoir jouer ces matchs. C’est le constat que je fais aujourd’hui. »

Bien entendu, il craint que la situation et la polémique déclenchée ne lui porte préjudice pour la suite de sa carrière en Equipe de France et la Coupe du Monde :

« Quand je vois la polémique que cela crée, et que je suis au milieu, forcément j’ai des doutes sur la liste pour la Coupe du monde qui sortira. Je ne sais pas si ça jouera ou pas. Je n’y suis pour rien. C’est ce que j’ai envie de dire aujourd’hui. Je n’ai pas décidé de ce choix-là, en tiendront-ils compte ou non ? Ce n’est pas à moi que reviendra la décision. »

En tout cas, Camille Lopez devait reparler avec Philippe Saint-André pour faire le point sur le diagnostic et sa blessure. Espérons surtout que ça dissipe les doutes dans l’esprit du sélectionneur.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois