Cyberbougnat

Renaud Lavillenie se contente de l’argent aux Mondiaux de Moscou

Publié par Bertrand le mercredi 14 août 2013 à 10h08min, mis a jour le samedi 17 août 2013 à 10h10min - 1072 lectures

Athlétisme - Saut à la perche — Le perchiste clermontois a échoué dans sa quête du titre mondial mais se satisfait de la médaille d'argent obtenue difficilement.

Renaud Lavillenie est un collectionneur de médailles. Championnats d’Europe, du Monde, en salles ou en extérieur et bien sûr Jeux Olympiques l’an dernier à Londres... depuis 2009 il a déjà récupéré 10 médailles internationales, bien souvent en or.

Mais dans cette incroyable collection il manque encore celle qui se refuse à lui, la médaille de Champion du Monde en extérieur. Après deux médailles de bronze à Berlin (2009) et Daegu (2011), il a décroché cette fois l’argent aux Mondiaux de Moscou alors qu’il était venu chercher l’or en grandissime favori.

Mais la perche est un exercice difficile où la régularité d’une saison ne garantit pas forcément le titre. Car s’il détient les six meilleures performances mondiales de la saison, le titre s’est joué à autre chose. Lui qui fut le seul de la saison à passer 6,02m a eu cette fois du mal à grimper en altitude. Pendant que l’allemand Raphael Holzdeppe enquillait les hauteurs sans échecs, Renaud Lavillenie devait s’y reprendre à plusieurs fois ne parvenant pas à trouver ses marques et ses sensations.

« Perturbé » par le Stade Luzhniki et sa piste d’élan trop courte qui l’obligeait à partir du couloir 3 sur la piste : « Si j’étais parti avec les photographes, c’était pareil ! Ce n’est pas normal d’avoir ça dans un tel stade. Il y a un problème de conception. La piste d’élan faisait 42 mètres. A Londres, elle en faisait 53. »

Renaud Lavillenie passe son temps à chercher ses repères et ne passe aucune hauteur au premier essai. Comme Holzdeppe il passe finalement la barre à 5,89m mais le nombre d’essais est favorable à l’allemand. Les deux hommes se retrouvent alors face à une barre à 5,96m, une hauteur jamais passé par l’allemand dont le record est à 5,91m. Renaud Lavillenie sera bien proche de passer la barre mais sans succès lui non plus.

Le titre se refuse une fois de plus mais il reviendra tout en regardant déjà en direction des JO de Rio de Janeiro : « Je ne désespère pas. Il ne faut pas chercher de chat noir, je prendrai ma revanche lors des prochains rendez-vous, jusqu’à ce que je l’ai. Je suis quand même content de revenir de Moscou avec au moins quelque chose. Après, c’est vrai que le titre qu’il fallait gagner, c’était l’année dernière. Et dans trois ans, j’irai le défendre »

Son petit frère Valentin, a lui été éliminé dès le début de sa première finale mondiale, ne parvenant pas à passer la première barre à 5,50 m. Mais à 22 ans, il peut se montrer satisfait de s’être qualifié pour la finale à sa première participation à des championnats du monde.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois