Cyberbougnat

Renaud Lavillenie sacré Champion du Monde à Portland

Publié par Bertrand le vendredi 18 mars 2016 à 06h53min, mis a jour le vendredi 18 mars 2016 à 08h10min - 465 lectures - 2 partages

Saut à la perche — Renaud Lavillenie a été sacré champion du monde en salle cette nuit à Portland. Un titre déjà remporté en 2012 quelques mois avec d'être sacré Champion Olympique.

Dans cette saison olympique, Renaud Lavillenie a réussi sa première étape en devenant champion du monde en salle pour la deuxième fois après 2012. Il a suffi de deux sauts pour plier la compétition.

Il a d’abord longtemps patienté pour entrer dans la compétition à 5,75m alors que le concours était bien écrémé. Shawn Barber champion du monde en plein air et qui a passé récemment 6m n’est pas dans un bon jour et a besoin à chaque fois de trois essais pour passer les barres à 6,65m et 5,75m. Il tentera deux fois à 5m80 et fait l’impasse pour tenter sans succès 5m85 et terminera 4ème.

Cette barre passée du premier coup, Renaud Lavillenie a ensuite fait l’impasse sur les hauteurs suivantes et a patienté pendant que les autres sont éliminés l’un après l’autre.

Il passe alors dès sa première tentative 5m90. L’américain qui a encore une tentative en réserve essaie de lui répondre sans succès. Le concours est gagné. Il devance l’Américain Sam Kendricks (5,80m) et le Polonais Piotr Lisek (5,75m).

Le clermontois s’est ensuite attaqué aux records. Il a d’abord battu le record des championnats du monde détenu par Steeve Hooker (6,01m en 2010) en passant 6,02m dès sa première tentative. C’est la 18ème fois qu’il passe 6m. En revanche, il n’a pas réussi à battre son propre record du monde en échouant à 6,17m, avec notamment une frayeur sur le deuxième saut en retombant sur la piste.

Renaud Lavillenie avait remporté un premier titre mondial en salle le 10 mars 2012, à Istanbul. Quelques mois plus tard il avait été sacré champion olympique à Londres. Il semble en mesure de reproduire le même enchaînement.

Son analyse sur iTélé :

« C’est plaisant d’être présent le jour J d’autant plus en championnat du monde. Cela clôture une très belle saison en salle. Je me suis retrouvé un peu seul. Vu le niveau de l’hiver je m’attendais pourtant à ce que ça bataille vraiment à 5,90m et puis finalement cela n’a pas été au niveaux de mes espérances de ce côté là. C’est la caractéristique d’un championnat sur un jour. Il y a des jours où ça ne va pas. Moi j’ai réussi à faire ce qu’il fallait et pour moi c’est le plus important

C’est toujours un vrai plaisir de franchir cette barre mythique de 6m. Je me souviens du temps où je me cassais les dents dessus et ça ne passait pas et maintenant je la passe assez régulièrement avec toujours le même plaisir.

Maintenant je vais prendre du repos pour récupérer et commencer la préparation pour cet été. Je n’ai pas un regard obsessionnel sur les Jeux Olympiques.. Il y a quand même les meetings et championnats d’Europe avant mais évidemment la préparation est axée sur cette compétition. Je suis confiant, un titre en salle comme ça avant c’est de bon augure mais il ne faut se relâcher »


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics