Cyberbougnat

Jacques Mézard : « Nous allons vivre non une fusion mais une annexion »

Publié le jeudi 30 octobre 2014 à 08h40min, mis a jour le jeudi 30 octobre 2014 à 22h33min - 573 lectures

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois

Mots clés
2014-44 - Cantal - Fusion Auvergne et Rhône-Alpes - Réforme territoriale

Réforme territoriale — Le sénateur du Cantal Jacques Mézard est très en colère contre le projet de réforme territoriale porté par la gouvernement. Une opposition qu’il a montré dans la séance du mardi 28 octobre.

Pour certains territoires comme celui que je représente, nous allons vivre non une fusion, mes chers collègues, mais une annexion d'autant plus insupportable que la voix de nos deux représentants sera étouffée, au mépris de notre histoire, de la géographie, de la proximité. J'aurai le privilège de représenter le département le plus enclavé de France, tant par rapport à Paris qu'à la future métropole régionale, à onze heures de train et neuf heures de route aller-retour. De tout cela, je ne saurais vous remercier, et je ne puis que vous adresser du haut de cette tribune une protestation solennelle. Ce texte est mortifère pour le territoire qui est le mien et la sensibilité politique à laquelle je suis profondément lié. Jacques Mézard - Sénateur du Cantal

Jacques Mézard a pris la parole pour expliquer pourquoi il combat le projet de loi de réforme territoriale alors que Manuel Valls était venu défendre le projet lors de l’examen en deuxième lecture du projet de loi.

Pour le sénateur la réforme définit « une carte régionale déconnectée des grands bassins de vie, des flux économiques, démographiques. » Il a aussi estimé qu’« on ne peut impunément découper les régions comme la France découpait ses colonies sur la base des ego de ‘grands élus’ selon l’arbitraire de l’exécutif,… »

Pour Jacques Mézard (président du groupe RDSE au Sénat) ce texte est totalement « injuste » pour les territoires ruraux et le sénateur estime que « faire des états généraux de la démocratie territoriale ou des assises de la ruralité est aussi productif que d’enterrer les problèmes en créant des commissions. »

Son intervention dans la séance du mardi 28 octobre 2014 s’est ainsi conclue par cette sévère charge.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Web Statistics