Cyberbougnat

Comprendre la fusion des régions et les élections régionales

Nous votons les 6 et 13 décembre pour les nouveaux conseillers régionaux qui seront en place à partir du 4 janvier 2016 au sein du nouveau conseil régional regroupant l’Auvergne et Rhône-Alpes. Ce dossier a pour objet de regrouper les informations essentielles sur cette fusion et ces élections.

Sommaire:

Plus de préfet d’Auvergne

Publié par Bertrand le vendredi 4 décembre 2015 à 15h52min, mis a jour le vendredi 4 décembre 2015 à 15h52min - 147 lectures

La fusion des régions va aussi entraîner un grand remaniement dans l’état-major de l’Etat en région.

Bernard Cazeneuve, avait donné mercredi 22 avril, le coup d’envoi d’un grand remue-ménage dans l’administration préfectorale : « une réforme sans précédent qui crée une nouvelle architecture territoriale de la République. » Comme les régions passent de 22 à 13 l’Etat a prévu de réduire d’autant le nombre de ses préfectures de région. Pour accomplir cette mission, le ministre de l’intérieur a nommé des préfets dits « préfigurateurs ».

Leur rôle est de concevoir la répartition de l’ensemble des actuelles directions et de leurs agents sur le nouveau territoire régional. D’autre part, ils devaient arrêter « le choix du siège des futurs chefs-lieux provisoires » des sept régions concernées par la fusion. Pour Auvergne-Rhône-Alpes, le préfet préfigurateur est Michel Delpuech, préfet du Rhône.

Selon le ministère de l’Intérieur, la réforme suit deux grands principes : « efficacité et proximité des territoires » et « égalité territoriale. » Ainsi « le département reste le centre de gravité de la Fonction publique de l’Etat. » Selon le Ministère « pour des tas de services de l’Etat, on ne saurait pas agir sans le niveau départemental » qui sera « maintenu, et même renforcé ».

Le gouvernement avait indiqué la création « de maisons de l’Etat et de maisons de service au public », notamment en zone rurale. Il prévoyait aussi, « l’adaptation du réseau des sous-préfectures », un sujet qui traîne depuis trois ans sans encore de décision à la clé. L’idée est aussi de constituer à l’échelon régional « des services de l’Etat puissants et stratèges » c’est à dire « un état-major de l’Etat (...) regroupé sur le site d’implantation principal » pour travailler avec les exécutifs régionaux.

D’autres administrations vont aussi passer à l’échelle au dessus. Le ministre de l’intérieur a également désigné en avril neuf « recteurs coordonnateurs » chargés de rendre, en juillet, « des projets de convergence », autrement dit de refondre la carte des académies. Sept directeurs généraux ont aussi été choisis pour configurer les futures agences régionales de santé qui auront pour périmètre les nouvelles régions.

Selon Bernard Cazeneuve, le gouvernement entend profiter de cette vaste remise à plat des directions déconcentrées de l’Etat pour mettre « en cohérence l’organisation de ses services avec ceux des collectivités régionales. »

Ainsi, selon le compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 juillet 2015 « dans chaque région fusionnée, il y aura l’an prochain un seul préfet de région, un seul recteur de région académique, un seul directeur général d’agence régionale de santé et un seul directeur régional pour chaque réseau ministériel. » Vont ainsi disparaître « 63 postes de directeurs régionaux des administrations de l’Etat, ainsi que leurs états-majors. »


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee