Cyberbougnat

La Présidentielle 2017 vue d’Auvergne

A la veille des élections présidentielles et législatives, Cyberbougnat vous propose une série d’interviews politiques de ceux qui font bouger l’Auvergne.

Sommaire:

Alexandre Rochon : « il y a des candidats qui sont inquiétants »

Publié par Catherine Lopes le jeudi 13 avril 2017 à 11h06min, mis a jour le jeudi 13 avril 2017 à 11h06min - 2325 lectures

La présidentielle vu par — Poursuite de notre série avec le regard de ceux qui font bouger l’Auvergne sur l'élection présidentielle. Aujourd'hui c'est le musicien clermontois Alexandre Rochon, Delano Orchestra et Kütu records, qui a accepté de se prêter au jeu des questions réponses politiques. Merci à lui !

Alexandre Rochon est un jeune musicien clermontois de 35 ans. Que ce soit en groupe, avec la belle aventure du Delano Orchestra, en solo sous le nom d’Alexandre Delano ou encore avec le label Kütu Records, il sait à chaque fois créer la surprise et faire parler de l’Auvergne hors de ses frontières. Il travaille actuellement sur de nombreux beaux projets artistiques, dont un avec La Comédie de Clermont-Ferrand, scène nationale.

Catherine Lopes : Est-ce que vous suivez de près cette campagne présidentielle ?
Alexandre Rochon : De fait, oui.

CL : Comment la trouvez-vous : passionnante, pourrie, imprévisible ? Ou un autre adjectif ?
AR : Je la trouve avant tout inquiétante, parce que très incertaine. Il est très difficile d’imaginer qui sera choisi au 2e tour comme au 1er. Pour moi, il y a des candidats qui sont inquiétants.

CL : Comment vous informez-vous ?
AR : Je lis le journal essentiellement : Le Monde diplomatique, Libération et Le Monde. J’écoute aussi France Culture et France Inter.

CL : Comprenez-vous le désintérêt des Français pour cette campagne ?
AR : Au contraire, elle ne les désintéresse pas. Je crois qu’elle n’a jamais intéressé plus. A cause des affaires, c’est une série à la Dallas. Donc forcément ça intéresse la population, quand on leur sert des costumes offerts puis rendus, quand on leur sert tous les ingrédients pour que ça soit palpitant. Après, n’est-ce pas écoeurant ? Il y a la question du traitement médiatique des affaires, la question de la politique et de ses élus.

CL : Que dire du rôle des médias ?
AR : Le problème n’est pas les médias mais la consommation médiatique. Elle est liée à l’argent, à la multiplication des sources, du nombre de chaînes et à l’information continue. Les médias sont obligés d’abreuver continuellement les consommateurs. Du coup, ce n’est pas de l’info intéressante...

CL : En tant qu’artiste votre regard sur les Français et ceux qui les gouvernent est-il différent ?
AR : En tant qu’artiste, on est pris dans un étau. Il est devenu de plus en plus difficile de s’en sortir, on subit souvent des chantages politiques. Malheureusement, il ne vaut mieux pas trop sortir du rang auquel on vous a confiné. De mon côté, ma musique n’est pas ce qu’on peut appeler “engagée”. Elle porte cependant un regard qui est forcément très engagé, vital.

CL : Vous seriez prêt à vous engager ?
AR : Oui, je m’engage souvent. Dans des luttes poétiques, artistiques, civiques...

CL : Quel est votre bilan du quinquennat Hollande ?
AR : C’est un acte manqué, quelque chose de raté. Il y a de bonnes mesures mais une impossibilité à communiquer avec les gens qui l’ont élu pour un autre projet global.

CL : Votre choix pour le premier tour est-il fait ?
AR : Non, pas encore. Je regrette que de la multiplication des initiatives citoyennes n’a pas découlée une proposition de candidat. Je crois qu’un mouvement commun naît pourtant entre ces initiatives et les candidatures actuelles de la vraie gauche. C’est ici que je place mes espoirs.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat

Cyberbougnat limite la pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee.

Nouveau : Soutenez en un clic via Paypal sans créer de compte :