Cyberbougnat

Grande concertation citoyenne sur les transports et la mobilité dans Clermont-Ferrand et son agglomération

Publié par Bertrand le jeudi 18 février 2016 à 08h59min, mis a jour le jeudi 18 février 2016 à 08h54min - 1669 lectures - 2 partages

Libre comme l’air — La mobilité est une préoccupation quotidienne de tous et un élément structurant de nos villes. Les rencontres citoyennes de la mobilité dans l'agglomération clermontoise sont l'occasion d'imaginer l'avenir dans ce domaine. Profitons-en pour faire entendre nos idées et envies.

La Ville de Clermont-Ferrand et Clermont Communauté ont lancé ce mercredi les rencontres citoyennes de la mobilité, nouveau nom des assises de la mobilité promises pendant la campagne municipale par Olivier Bianchi. Sous le slogan « Libre comme l’Air », ou « Libre comme l’R », cette concertation invite les habitants, acteurs économiques institutionnels et associatifs de Clermont Communauté à s’exprimer sur un enjeu essentiel du quotidien pour nous tous.

Car se déplacer facilement où et quand on le souhaite est un problème fondamental. Ne pas pouvoir se déplacer facilement est un handicap très pénalisant au quotidien. Le transport structure nos vies quotidiennes mais aussi nos villes. La réflexion lancée est donc très importante mais vaste et complexe car les mobilités sont très diverses. On comptabilise chaque jour 1,1 million de déplacements dans l’agglomération clermontoise.

La place de la voiture doit notamment être questionnée. Le nombre de voitures a explosé en quelques décennies. C’est un problème majeur pour beaucoup de communes. Et si une voiture est stationnée 95% du temps, il est souvent bien difficile de s’en passer. Contrairement à d’autres agglomérations la congestion de l’agglomération clermontoise reste limitée mais doit être anticipée avant qu’il ne soit trop tard.

D’autant que les habitants aspirent à la fois à des transports efficaces, rapides et fréquents pour économiser du temps et à une ville favorisant la qualité de vie, les espaces verts et la tranquillité. Il faut donc trouver un équilibre qui ne pénalise pas l’un au détriment de l’autre.

 Imaginer les différentes mobilités

Les questions sont donc multiples. Quelle politique de transport en commun ? Comment garantir l’accès à tous ? Comment concilier tous les modes de déplacement ? Peut-on limiter la place de la voiture tant pour fluidifier la circulation que limiter la pollution ? Quelle place pour le vélo qui ne représente actuellement que 2% des déplacements dans la ville ? Comment garantir et faciliter l’accès aux services publics et grands équipements ? Faut-il faire la deuxième ligne de tramway ? Faut-il imaginer des téléphériques urbains ou des voitures en libre service ?...

Se posent aussi les questions de l’aménagement des entrées de ville, des parkings relais, de la multiplication des lignes de bus entre grandes villes, du stationnement. On attendra à ce sujet des élus une position sur le fameux quart d’heure de stationnement gratuit qui avait été au coeur de la campagne des municipales mais qui n’est toujours pas appliqué. Les travaux en amont à cette concertation posent aussi la question de l’avenir des haltes ferroviaires, 11 sur l’agglomération. Comment les utiliser, les réaménager et pourquoi pas les relier avec la création d’une sorte de RER Clermontois. Le train reste en effet souvent le moyen le plus rapide pour entrer dans Clermont (9 minutes pour faire Clermont-Cournon) mais encore faut-il pouvoir le prendre facilement et finir son trajet après.

L’agglomération est aussi confrontée à des problèmes liée à son attractivité et son développement économique comme les liaisons Clermont / Lyon et Intercités vers Paris ou l’aéroport.

Se pose aussi la question de l’impact du numérique sur nos habitudes et sur les besoins de transports. Deux tiers des habitants disposent d’un smartphone mais à l’échelle de l’agglomération aucun service n’en profite pour informer ou faciliter la vie des habitants. A ce sujet, le projet Open Data du SMTC qui a pris du retard semble sur le point d’aboutir prochainement. Le commerce en ligne et le drive redessinent aussi nos habitudes et besoins de transports.

 Au citoyen de se faire entendre

Olivier Bianchi souhaite faire appel aux envies, aux bonnes idées, à la créativité et à l’imagination des habitants pour imaginer les futurs modes de déplacements. A nous citoyens et acteurs de notre ville de prendre en main cette initiative pour essayer d’influencer là où les techniciens ont souvent échoué.

La conférence de presse de lancement avait d’ailleurs lieu à la Gare de Clermont qui en est tout un symbole : elle dispose de plusieurs stations C.Vélo, bientôt d’un grand parking pour plus de 200 vélos, mais aucune piste cyclable ne permet d’accéder à son parvis refait il y a quelques mois. Son accès en voiture est pénible, la zone 30 est dangereuse car peu respectée et les transports en commun pas si pratiques. Et que dire de l’intermodalité avec les lignes de bus avec une gare routière aux Salins. Il faut donc espérer que la concertation débouche sur des aménagements logiques et pratiques pour les usagers.

Cette concertation va durer cinq mois environ avec différents types de rendez-vous : questionnaires, ateliers, débats, réunions... Elle touche tant les habitants des 21 communes de l’agglomération que les associations et entreprises. L’ensemble de la démarche est présentée sur le site de la concertation où vous pouvez aussi contribuer directement via des questionnaires en ligne.

Une restitution des résultats sera organisée en septembre 2016. Sa forme n’est pas encore définie. Mais les orientations émises donneront probablement les pistes pour les années à venir.

 Interview de Cyril Cineux

Quelques questions à l’adjoint aux transports à la Ville et Clermont Communauté sur les enjeux de cette concertation.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics