Cyberbougnat

Le Panoramique des Dômes de plus en plus ridicule

Publié par Bertrand le dimanche 28 octobre 2012 à 23h01min, mis a jour le dimanche 28 octobre 2012 à 23h01min - 7980 lectures

Depuis son ouverture fin mai, le train à crémaillère du puy de Dôme enchaîne les pépins et se forge une image désastreuse qui ne va pas inciter les puydomois à le recommander.

Lors de la journée d’ouverture j’avais été plutôt été séduit par mon essai du Panoramique des Dômes. Le train panoramique nous conduit au sommet du volcan en quelques minutes de manière très agréable en profitant de la vue. C’est peut être pour cela que je n’ai pas relaté ici les nombreuses mésaventures du train à crémaillère du puy de Dôme. Mais il faut se rendre à l’évidence qu’il y a un vrai problème.

On peut évoquer la malchance ou les difficultés de la mise en route mais tout de même l’accumulation est inquiétante et ne repose pas que sur des aléas climatiques. Les deux derniers incidents en dates feraient même sourire si elles n’étaient pas à la fin d’une trop longue liste.

 Week-end catastrophe

En effet, alors que le Panoramique des Dômes devait rouvrir pour les vacances après 10 jours de maintenance pour finir les travaux et préparer l’hiver il vient de subir deux incidents. Ce samedi le givre sur la catainer, l’alimentation électrique, l’avait empêché de prendre le départ et la réouverture a été repoussée d’une journée. Mauvais signe pour un train qui doit rouler toute l’année, hiver compris. Encore pouvait-on se dire que cela ne se reproduirait pas.

D’ailleurs pour éviter pareille mésaventure ce dimanche, TC Dôme a fait rouler les trains à vide en fin de nuit. Hélas, un de ces train sans passager est sorti des rails vers 9h et s’est partiellement renversé à hauteur du chemin des Muletiers. Selon un communiqué de la direction, « cet incident s’est produit suite à une erreur humaine au niveau de l’aiguillage. Il n’y avait aucun passager à bord. Les dégâts sont uniquement matériels. Toutes les équipes sont à pied d’œuvre pour rouvrir dans les meilleurs délais. »

Le communiqué ajoutait que « la mission confiée à Véolia-Transdev pour la conduite des trains a pour l’heure été suspendue. » Selon la direction, « le conducteur n’aurait pas respecté les procédures et en particulier le feu rouge. »

Le Panoramique des Dômes était donc fermé ce dimanche, et TC Dôme annonce aussi la fermeture ce lundi 29 octobre. Le chemin des Muletiers a lui aussi été fermé par la gendarmerie par sécurité.

 L’incident de trop ?

Mais cet incident est probablement celui de trop. La preuve en est, le président du Conseil général du Puy-de-Dôme, Jean-Yves Gouttebel a diffusé un communiqué demandant des comptes :

« Je constate que depuis le début de la mise en service du Panoramique un certain nombre d’incidents se sont succédés, certains du fait de conditions météorologiques mais d’autres du fait de carences de l’exploitant. Ces dysfonctionnements perturbent la qualité de la prestation proposée au public sur le site du puy de Dôme, même si à aucun moment la sécurité des passagers du train n’a été mise en cause. En tout état de cause, je considère que le service attendu de l’exploitant n’est pas conforme à la mission qui lui a été confiée par le Conseil général. C’est pourquoi je demande qu’un audit soit réalisé sans délai et que soit proposé un nouveau mode de fonctionnement de l’exploitation du train. »

En attendant, l’exploitation du Panoramique des Dômes est donc suspendue. Même si l’aiguillage et la voie n’ont pas souffert d’après TC Dôme, se posent désormais des questions de sécurité et la capacité de l’exploitant à tenir ses engagements.

 Une mauvaise image

Alors qu’il devait être une solution de transport écologique et sûre mais aussi un moyen d’attirer plus de touristes au sommet, le Panoramique des Dômes est en train de se forger une réputation déplorable. Une partie de l’opinion publique était déjà peu favorable au projet du Panoramique, mais comment maintenant va-t-elle recommander à ses amis et sa famille une telle escapade ? Cela n’est pas sans rappeler Vulcania qui traîne encore sa mauvaise image du départ auprès des auvergnats qui ont encore du mal à recommander le lieu.

Et puis se pose bien entendu la question du coût de ces incidents. Avant le lancement, la société Lavalin expliquait que le projet ne pouvait pas être en retard car géré par une entreprise privée qui perd de l’argent si le train ne roule pas. On peut donc être étonné que le train subisse autant de problème et va rapidement se poser la question du coût.

Il faut d’ailleurs espérer que les pertes qui consécutives à des défaillances de l’exploitant ne soient pas comblées par le contribuable puydomois...


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois