Cyberbougnat

Une nouvelle usine innovante pour l’eau potable de Clermont-Ferrand

Publié par Bertrand le vendredi 17 juin 2016 à 12h45min, mis a jour le vendredi 17 juin 2016 à 16h38min - 4717 lectures - 1 partage

Depuis quelques jours, l'eau potable de Clermont-Ferrand est en grande partie traitée par une nouvelle usine assez unique en France. Cette nouvelle usine permet de sécuriser l'approvisionnement de l'agglomération avec une eau de qualité.

Longtemps adjoint à la culture, Olivier Bianchi a gardé le goût des citations dans ses discours. Mardi matin, il citait fort justement le poète et critique anglo-ivoirien Wystan Hugh Auden : « Des milliers de gens ont vécu sans amour, pas un n’a vécu sans eau. » Une réalité humaine que nous aurions tendance à oublier quand l’eau potable coule en ouvrant simplement un robinet dans nos appartements et maisons. L’eau potable est un bien de première nécessité et une condition pour accueillir de nouvelles populations et activités économiques.

On imagine ainsi assez mal l’organisation nécessaire pour fournir chaque année 10 millions de m3 d’eau aux 140.000 habitants de Clermont à travers 500km de conduites et 23.000 branchements. Suivant où il habite, le Clermontois boit de l’eau d’une qualité équivalente, mais d’un approvisionnement différent. Le centre est alimenté par les sources de la Chaîne des Puys et le réservoir de Chamalières, une autre partie par le réservoir de Champradet et une grande partie par l’usine élévatoire de Cournon-d’Auvergne.

 70% de l’eau de Clermont

Construite en 1922 pour les besoins de Michelin, l’usine élévatoire de Cournon alimente maintenant 70% de Clermont-Ferrand, et de Cournon, et bientôt potentiellement dans le futur une grande partie de l’agglomération dans le futur.

Le rôle de l’usine élévatoire est de pomper l’eau dans la nappe alluviale du Val d’Allier, le pompage d’eau brute directement dans l’Allier a été abandonné en 1933, de la traiter au chlore pour ensuite la propulser au réservoir du Puy de Bane sur les hauteurs de Cournon pour que l’eau arrive ensuite chez les habitants par simple gravité. Si vous vous baladez autour de l’Allier, vous ne manquez pas les 71 puits de captage à Cournon, Mezel et Dallet.

JPEG - 419.7 ko
Les "champs" d’eau potable à Cournon. Merci à Korben pour la photo

JPEG - 219.4 ko
Un champs de puits de captage. Merci à Korben pour la photo

JPEG - 735.2 ko
Arrivée de l’eau des puits de captage à l’usine

Le système a fonctionné pendant presque un siècle, mais Serge Godard et les élus ont souhaité sécuriser la production et anticipé l’avenir en lançant en 2013 la construction d’une usine de production d’eau potable combinant ultrafiltration et charbon actif en poudre. Pour faire simple, c’est un peu comme si on avait ajouté un filtre à café très fin à l’usine élévatoire existante qui continue donc de jouer son rôle.

Dans la nouvelle usine, des milliers de membranes permettent de filtrer l’eau pour bloquer des éléments 100.000 fois plus petits que le millimètre. De quoi bloquer bactéries, virus et parasites. Un processus innovant encore unique en France voire à l’internationale.

JPEG - 387.5 ko
La zone d’ultrafiltration

 Trois objectifs principaux

Cette usine est importante sur trois plans :

1 - Prévenir les risques et sécuriser la production : la nappe alluviale de la rivière Allier est soumise à de nombreux aléas comme les pollutions accidentelles et les fortes crues comme en 2003. L’eau avait alors été impropre à la consommation pendant une semaine. L’ultrafiltration permet de fournir une eau de qualité quoiqu’il arrive. Elle permet aussi de pallier les problèmes et baisses de débit sur les sources... ou les grosses soifs des clermontois l’été.

2 - Améliorer la qualité de l’eau : les nouvelles installations vont permettre la reminéralisation de l’eau et la rendre ainsi moins agressive pour les canalisations, notamment celles en plomb. De quoi prolonger la durabilité des canalisations. Elle supprime aussi le fer et le manganèse qui pouvaient amener un goût métallique et des eaux rouges ou noires en cas d’incident ou de réparation du réseau.

3 - Garantir la santé publique : si la nappe alluviale filtre naturellement l’eau, l’ultrafiltration élimine en plus si nécessaire les traces d’arsenic, les bactéries, virus, les hydrocarbures ainsi que des micropolluants comme les résidus de molécules médicamenteuses. L’usine anticipe en ce sens les évolutions des normes sanitaires françaises et européennes dans le domaine.

 Le cycle de traitement de l’eau en images

Voici les images du fonctionnement du traitement de l’eau par la nouvelle usine.

 Capable d’alimenter les 19 communes de l’agglomération

Mise en service en test début janvier 2016, l’usine distribue ses premiers m3 depuis le 30 mai après l’accord de l’Agence régionale de Santé. Cette usine capable de traiter 700 litres d’eau par seconde, 50.000 m3 par jour, peut étancher la soif des clermontois mais aussi des 19 autres communes de l’agglomération.

Construite par la Ville de Clermont, pour un coût de 18,34 millions d’euros dont 2,21 millions d’euros financé par l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, elle sera transférée au 1er janvier prochain dans la communauté urbaine Clermont Auvergne Métropole dont l’eau est une compétence.

Pourra alors s’enclencher un grand processus d’harmonisation de la gestion de l’eau. Je le regrettais dans mon article en 2013, mais l’eau n’était pas une compétence de Clermont Communauté et chaque commune a une gestion différente, certaine en régies municipales d’autres avec de prestataires privés. La mutualisation de l’approvisionnement en eau demande donc un rapprochement des réseaux, mais aussi de gérer les contrats actuels et les équipes. L’harmonisation prendra ainsi 8 à 10 ans.

Sachez tout de même que cette usine fera augmenter le prix de l’eau de quelques centimes. Pour rappel, en 2016 le prix moyen de l’eau à Clermont-Ferrand est de 3,16 € TTC le m3 ou 0,316 centime pour un litre sur la base d’une consommation annuelle de 120 m3/an. Il reste en dessous du prix moyen constaté en France (3,55€/m3 en 2015).

 Visites pour le grand public

Des visites destinées au grand public seront organisées le samedi 25 juin 2016 :

  • Inscription préalable obligatoire à l’adresse mail suivante : visite.eau@ville-clermont-ferrand.fr ou au 06.80.30.38.66 / Présentation de la carte d’identité obligatoire
  • 3 créneaux : 10h30 à 12h00 / 14h à 15h30 / 16h00 à 17h30
  • Présentation en salle (diaporama et film) et circuit de visite
  • Nombre de places limitées (groupes de 20 personnes)

Des visites pour les groupes (scolaires, associations...) seront mises en place à partir de septembre 2016.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois