Cyberbougnat

Municipales 2014 : Le projet et la démarche du socialiste Pascal Guittard pour Clermont-Ferrand

Publié par Bertrand le mercredi 25 septembre 2013 à 21h38min, mis a jour le vendredi 27 septembre 2013 à 09h23min - 3278 lectures

Dernier candidat à avoir annoncé sa candidature à l’investiture du PS, Pascal Guittard a expliqué la position et le programme qu’il présentera aux militants socialistes.

Les primaires internes au Parti Socialiste pour désigner le candidat officiel pour les municipales opposeront 6 candidats. Le déroulement des débats restera interne au PS mais les candidats livrent tout de même le projet et la démarche qu’ils vont soumettre aux militants.

Si Pascal Guittard n’a annoncé sa candidature que la semaine dernière, il assure qu’elle est le résultat d’un réflexion entamée depuis plusieurs mois et qu’il a attendu « le temps politique adéquat. » De plus il indique avoir construit ce programme avec une quarantaine de personnes de tous horizons qui se sont réunies régulièrement depuis plusieurs mois pour réfléchir et faire des propositions.

Mais c’est surtout la présence de Dominique Bonté, la veuve de l’ancien maire de Riom, président du Conseil général puis du Conseil régional, qui fut la plus remarquée. Interrogée sur sa présence, elle a indiqué être venue « soutenir un ami mais aussi un candidat qui apporte un renouveau politique. » Avec Simon Pourret, Pascal Guittard est le deuxième candidat au sein du PS à être issu des cabinets de Pierre-Joël Bonté.

Le renouveau, Pascal Guittard souhaite l’apporter par sa démarche et le « positionnement du citoyen au coeur de la réflexion politique. » Convaincu « que cela fonctionne mieux si on rencontre les habitants », il veut donc associer les citoyens et les faire participer en imaginant de nouveaux outils et une consultation permanente. Son idée est ainsi de déterminer avec les clermontois des critères prioritaires pour les clermontois et sur lesquels ils jugeront l’action de la Mairie avec un programme à 6 ou 10 ans.

L’autre rupture, est la défense du non-cumul absolu des mandats. Lui qui dit «  avoir appris avec Bonté qu’on ne peut pas tout gérer » juge le cumul des mandats « d’un autre temps. » Contrairement à d’autres candidats il ne souhaite ainsi pas devenir président de Clermont communauté, rôle qu’il laissera à un autre conseille communautaire.

Il souhaite aussi que les principes qu’il prône pour Clermont soit aussi appliqués à l’agglomération et à la métropole. Il pense d’ailleurs que le Parti Socialiste devrait « proposer dans chaque commune un programme commun de tous les candidats pour l’agglomération. »

Son programme pour Clermont-Ferrand s’articule lui autour de trois grandes idées :

  • l’emploi comme moteur de l’attractivité avec un pacte de confiance entre les élus et le monde économique et une meilleure valorisation des atouts,
  • Clermont « ville écologique » avec des éco-quartiers et un verdissement de la ville ou le développement d’une ceinture paysanne autour de la ville pour produire local,
  • proximité en repensant le cadre de vie pour redynamiser la vie de quartier mais aussi redynamiser le bien vive intergénérationnel.

Candidat pour la première fois à une élection après avoir longtemps oeuvré dans l’ombre, Pascal Guittard sait aussi qu’être une tête nouvelle « est un vrai plus dans cette période où l’électeur cherche du renouveau. » On saura mi-octobre si ces arguments seront suffisants pour convaincre les militants du PS d’en faire la tête de liste.

Intégralité de son texte de candidature

Propos introductifs

Ma démarche, notre démarche, s’est construite dans le temps sur la base d’une démarche participative visant à donner la parole à des clermontoises et des clermontois de tous les horizons.

Dans les faits, cette démarche a permis l’émergence d’une réflexion qui est le fruit d’un collectif constitué d’ouvriers, de salariés de tous secteurs, de chefs d’entreprises, de professeurs… qui se sont réunis régulièrement.

Nous avons travaillé dans le but de décliner nos valeurs en actions. Il s’agit de proposer aux clermontois une vision nouvelle de la politique publique, de sa conduite dont les citoyens et les habitants seront parties prenantes.

Je veux incarner une ligne politique volontairement différente qui sera guidée et orientée par l’objectif de réussir la mise en œuvre d’une réelle alternative où le citoyen sera placé au centre de la réflexion politique.

Pour faire de Clermont, une ville citoyenne, forte et solidaire, il nous faut, en premier lieu, battre la droite qui, en aucun cas et à aucun moment, ne peut incarner l’avenir de Clermont. Notre ville s’est construite sur des valeurs de gauche et il faut préserver cette richesse.

Ma démarche est fondée sur des propositions concrètes que je soumettrai aux militants socialistes. Et ce sont eux qui rédigeront le programme et désigneront le ou la candidate pour les élections municipales clermontoises de 2014.

Je souhaite que ces idées soient largement partagées par l’ensemble des partis de gauche. Nous devons partir ensemble et unis à cette élection, sur la base d’un projet et un dessein communs. En tout cas, c’est la position que je défends et défendrai tout au long de ce mois de campagne au sein de mon parti.

Mes valeurs

Mon engagement est social et humaniste. Il replace le citoyen au centre de la décision politique. Il s’agit de « refaire société » en intégrant l’ensemble des citoyens dans les différentes politiques mises en œuvre par la nouvelle équipe municipale.
Il faut redonner un sens au mot égalité, un sens qui s’adresse à l’ensemble de nos concitoyens, et non pas uniquement à certains d’entre eux.

Il n’est plus possible d’accepter ce sentiment, diffus et constant, que les inégalités sont trop importantes et ne rien faire. De même, il n’est plus possible d’accepter que certains de nos concitoyens se considèrent et soient considérés comme des « sous citoyens » ; des femmes et des hommes passifs, qu’ils aient le sentiment d’être oubliés de la vie publique, et qu’ils ne soient plus compris. De plus en plus souvent, nous vivons et ressentons cette inégalité dans notre vie quotidienne. C’est pourquoi nous devons tout faire pour que ces sentiments d’injustice et de révolte soient combattus. Il nous faut donc penser de nouvelles formes de l’action municipale autour d’un seul but : l’égalité réelle.

L’élection municipale est une élection de proximité où élus et citoyens doivent échanger et co-construire le quotidien des clermontois. Cette élection doit donc mettre en valeur l’égalité réelle dans tous les sens du terme.

Les considérations sociales et humaines doivent prévaloir sur les logiques administratives et technocratiques. Il faut penser les individus avec leurs particularités, leurs aspirations, leur singularité.

C’est à cette condition seulement que les Clermontoises et les Clermontois seront heureux et participeront pleinement au développement de Clermont pour en faire une ville du vivre ensemble (ex. crèches, logements sociaux).

Je propose pour Clermont une nouvelle ligne politique et une nouvelle façon de faire de la politique.

Mettre les citoyens au cœur de la réflexion et de l’action publique, cela suppose une nouvelle méthode, un nouveau chemin, si souvent promis et si souvent oublié. Il n’y a pas de politique viable sans ce préalable tant attendu. Le temps où le politique décide de tout, croit détenir la vérité, s’affranchit de la démocratie ; ce temps est bel et bien révolu. Au-delà de ma seule candidature, c’est tout une génération qui porte cette aspiration qui devient aujourd’hui, vitale pour la démocratie, vitale pour la société, vitale pour notre ville.

Il ne s’agit pas de faire de la fausse démocratie participative. Nous devons initier un réel changement culturel dans notre façon de penser et de vivre la ville, son urbanisme, son développement. Il faut mettre en place une consultation permanente de la population sur les projets touchant la ville et donner aux citoyens de véritables moyens de s’exprimer. L’Hôtel-Dieu est un projet qui va marquer l’urbanisme de Clermont pour le siècle à venir. C’est aux Clermontois de s’exprimer sur un tel sujet.

En redonnant la parole aux citoyens, c’est une révolution qui s’opèrera en changeant le rapport du politique à la population, mais surtout de la population au politique.

Cette nouvelle méthode, bien évidemment, ne laisse aucune place au cumul des mandats, car elle suppose une totale disponibilité, gage d’un investissement lui-même total au service des Clermontois.

Mes propositions concrètes

Je souhaite incarner une nouvelle ligne politique, guidée non pas par le pouvoir mais par l’envie de réussir.

Quelques exemples que j’aurai l’occasion de développer tout au long de la campagne interne et pour lesquels je lancerai une consultation via les réseaux sociaux.

L’emploi comme moteur de l’attractivité de Clermont-Ferrand
Le bien-être des Clermontois passera par une politique capable de rendre Clermont plus attractive. Il ne s’agit pas de faire de l’attractivité simplement pour augmenter la population, mais de mettre en œuvre une politique visant à implanter des entreprises créatrices d’emplois. Car aujourd’hui, c’est l’emploi qui est au cœur de nos préoccupations.

Il faut donc accroître notre politique en matière de marketing territorial autour des filières d’avenir que sont les usages du numérique, les biotechnologies, la recherche, mais aussi les filières traditionnelles comme l’aéronautique, et s’appuyer sur des entreprises comme Michelin. Cette politique d’attractivité doit également conforter et accroître le pôle de recherche et d’enseignement supérieur de Clermont pour atteindre les 50 000 étudiants. L’Auvergne est la première région de France pour la généralisation du très haut Débit. Nous devons nous servir de ce levier pour que la métropole régionale puisse capter les entreprises qui gravitent autour des TIC.

Créer les conditions économiques de l’emploi passe par l’instauration d’un pacte de confiance avec le monde économique garant de l’engagement des acteurs publics et privés.

C’est parce que nous saurons créer les conditions favorables à la création d’entreprises et que nous saurons les attirer que les clermontois pourront trouver un emploi et que nous serons dans une ville du bien-être. Nos avantages concurrentiels en termes de qualité et de niveau de vie sont considérables par rapport aux grandes métropoles : il nous faut donc mieux les valoriser.

L’économie sociale et solidaire est un secteur clef du développement économique et doit prendre une place primordiale.

Ce travail, nous devons le faire en relation avec les autres collectivités, l’agglomération, le conseil général, le conseil régional par un rapprochement au sein d’une conférence mensuelle des exécutifs…

Clermont-Ferrand : une ville « écologique ».

La ceinture verte autour de Clermont inscrite dans les grands documents de planification depuis près 15 ans doit être valorisée par des activités de maraîchage et de production de l’agriculture paysanne. Ces terres pourraient, par exemple, alimenter les AMAP et un marché sur la place de Jaude le dimanche matin.

Cette vision « écologique » doit également favoriser les éco-quartiers et un verdissement de la ville. Cela se traduira également par le développement des transports doux, l’augmentation des pistes cyclables.

Clermont- Ferrand : la ville de la proximité (Un cadre de vie générateur du bien vivre ensemble)

Nous devons retrouver au quotidien une proximité qui est un des facteurs de réussite du mieux vivre ensemble. Nous devons repenser les politiques de proximité et retrouver la vie de quartier. Chaque quartier devra être réinvesti par des activités économiques, de services que ce soit les plus en difficulté, bien sûr, mais aussi les quartiers de La Pradelle, le marché Saint-Pierre…

La proximité, c’est aussi le bien-être de nos enfants et des parents. Il paraît indispensable d’adapter la politique d’accueil des enfants aux contraintes des parents et de tous les parents, qu’ils soient salariés, chefs d’entreprises ou chômeurs. Ces services publics doivent être accessibles à tous.

Parce que nous sommes dans une société qui segmente les générations, nous avons comme devoir de repenser le bien vivre intergénérationnel. Je souhaite développer des immeubles et des quartiers où chacun pourra vivre ensemble au travers de la solidarité.

Le plan d’accessibilité de la voirie et des espaces publics de la ville de Clermont-Ferrand aux personnes âgées et globalement à l’ensemble des personnes à mobilité réduite doit être accéléré.

L’ensemble des bibliothèques et médiathèques de Clermont-Ferrand est fermé le dimanche : afin d’offrir un réel accès à la culture aux citoyens clermontois et créer du lien social, je propose d’ouvrir les bibliothèques et médiathèques le dimanche.

Conclusion

Construire cette ville idéale, construire le Clermont-Ferrand de demain est un projet à 10 ans aussi bien pour Clermont que pour son agglomération. Ma passion pour cette ville motive et nourrit mon ambition. C’est avec les clermontoises et les clermontois que nous devons atteindre, dans 10 ans, l’objectif d’une ville qui se classe dans les premières au niveau national pour sa qualité de vie… cela touche aussi bien l’emploi, le logement, l’éducation, la culture, la sécurité, plus globalement le bien être…

C’est aujourd’hui sur ces critères d’évaluation que nous devrons être jugés dans 6 ans. C’est mon engagement.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois