Cyberbougnat

Municipales 2014 à Clermont-Ferrand : l’investiture officielle à l’UMP est loin d’être réglée

Publié par Bertrand le lundi 27 mai 2013 à 10h32min, mis a jour le lundi 1er juillet 2013 à 07h20min - 1806 lectures

Bien malin celui qui pourra dire qui de Brenas ou Portejoie sera le candidat de l'UMP pour les municipales 2014 à Clermont-Ferrand. Brenas lance donc une campagne de communication avant une primaire qui ne lui assurera pas l'investiture en cas de victoire.

Jean-Pierre Brenas, actuel chef de l’opposition à la Mairie de Clermont-Ferrand, a dévoilé la semaine dernière un tract de « campagne ». Il dévoile ce qui ressemble à un premier programme : moins d’impôts, plus de proximité, plus d’emplois et plus de sécurité.

Sur ce dernier point, le candidat UMP souhaite par exemple faire une expérimentation de vidéo-surveillance pour en juger la pertinence, mieux former et équiper une police municipale renforcée, intervenir sur les ados avant qu’ils ne basculent dans la délinquance. Pour lui, le sujet de la sécurité est « tabou » pour la gauche clermontoise alors que la situation se dégrade. Il ne sera pas le seul candidat à aborder ce sujet compte tenu des événements des deux dernières années.

 Brenas travaille sa notoriété

Ce tract m’a surpris en plusieurs points : le rouge très socialiste et l’absence de logo UMP. Si la couleur n’est qu’un détail, l’absence de logo est moins anecdotique et montre qu’il s’agit là d’un tract de campagne en vue des primaires. Jean-Pierre Brenas ne cherche pas à cacher son appartenance à l’UMP, elle est mentionnée plusieurs fois, mais il s’agit d’une campagne qui ne vient pas à l’appui du parti puisqu’il n’est pas encore investi.

Alors que l’UMP clermontoise n’a pas encore désigné son candidat pour les prochaines élections municipales, les manoeuvres vont bon train. Après avoir tergiversé entre sondage et primaires, c’est cette dernière formule qui a été retenue. Les 600 adhérents locaux de l’UMP auront à choisir le 15 juin prochain entre Jean-Pierre Brenas et Guy Ballet. Gilles-Jean Portejoie n’y participera pas car il n’est pas membre du parti.

Cependant, Jean-Pierre Brenas et ses partisans souhaitaient des primaires ouvertes avec la participation de l’avocat. Mais ce dernier a refusé et évite ainsi une défaite qui lui laisse la porte ouverte pour obtenir tout de même l’investiture.

 Portejoie : ne pas perdre les primaires pour être investi par Hortefeux

L’avocat bénéficie probablement d’une meilleure notoriété globale mais qui ne pèsera probablement pas assez lourd face au travail de terrain fait par Jean-Pierre Brenas depuis plusieurs années. Ce dernier tract est encore une preuve de la détermination du conseiller municipal UMP à améliorer sa notoriété et avancer ses idées. Jean-Pierre Brenas a aussi reçu le soutien d’une partie de l’UDI qui ne présentera pas de candidats. La route semblait tracée.

Mais en ne participant pas aux primaires, et en n’étant donc pas battu, Gilles-Jean Portejoie conserve une vraie chance de devenir le candidat officiel de l’UMP. La commission d’investiture du parti co-présidée par Brice Hortefeux pourrait en effet très bien le désigner sous un prétexte comme l’ouverture ou pourquoi pas un sondage. L’ancien ministre ayant fait venir l’avocat dans le jeu, le risque est grand et on comprend les craintes du camp Brenas.

L’UMP organise donc des primaires qui semblent bien inutiles. Guy Ballet n’a probablement jamais eu réellement l’intention d’être candidat et n’agit que pour le compte de Gilles-Jean Portejoie dont il s’est occupé de la campagne par le passé. Il se disait même qu’il retirerait sa candidature à la tête de liste et donc aux primaires. Mais un tel retrait aurait pu obliger l’UMP à ouvrir les primaires pour les maintenir et donc forcer Gilles-Jean Portejoie à participer.

Le feuilleton de la désignation du candidat officiel de l’UMP est donc loin d’être terminé et préfigure aussi probablement les grandes manoeuvres pour les échéances suivantes. Imposer Portejoie est ainsi une manière pour Brice Hortefeux d’imposer ses règles et montrer qui est le chef à ceux qui se sentent trop gaillards ou ambitieux à son goût. Une manière aussi d’empêcher un autre que lui de prendre trop de place dans le paysage de la droite locale.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois