Cyberbougnat

Michel Fanget règle ses comptes avant le second tour

Publié par Bertrand le mercredi 26 mars 2014 à 10h30min, mis a jour le mercredi 26 mars 2014 à 10h31min - 2085 lectures

Municipales à Clermont-Ferrand — En colère et dégoutés, Michel Fanget et son équipe ont souhaité expliquer leur vision de la non fusion avec la liste de Jean-Pierre Brenas y compris en dévoilant les mails entre les deux listes.

Michel Fanget est un homme déçu par son score mais surtout en colère contre les méthodes employées par l’équipe de Jean-Pierre Brenas pendant cette campagne des élections municipales. Jugeant « important de s’exprimer d’une parole libre », Michel Fanget et son équipe ont donc vidé leur sac.

D’ordinaire plutôt placide et mesuré, Michel Fanget a alors attaqué pour exprimer « toute son exaspération et même sa colère par rapport à ce qui se passe. » Exaspération grandissante avec les messages de la liste Brenas sur les réseaux sociaux lui faisant porter la responsabilité de la non fusion au deuxième tour. Pour Michel Fanget « c’est totalement faux et il faut le dire aux clermontois. »

Dans son point presse, Michel Fanget a donc retracé le déroulement de la campagne et cela avant même le premier tour et les « discussions rompues du fait de l’intransigeance de Jean-Pierre Brenas » quand il était question de ne faire qu’une liste dès le premier tour. Ainsi pour lui « la campagne a démarré avec deux listes qui ne devaient pas partir en concurrence mais en complémentarité » pour une fusion au second tour. Selon son équipe, les colistiers avaient été prévenus dès le départ qu’il y aurait union et qu’il « fallait épargner la liste de Jean-Pierre Brenas. »

De l’autre côté, Jean-Pierre Brenas avait lui clairement une stratégie différente et bien plus offensive qui visait le leadership de la droite. Lui et son équipe n’ont ainsi cessé de marteler « Voter Fanget c’est voter Bianchi » ou ressortir la vidéo de Michel Fanget expliquant son soutien à François Hollande aux présidentielles.

 Chronologie d’une fusion manquée

Malgré les attaques, une autre tentative de fusion s’est toutefois mise en place après le premier tour. Michel Fanget et son équipe ont ce mardi retracé la chronologie des discussions et communiqué les échanges mails entre les deux listes.

Comme il nous l’avait indiqué, Jean-Pierre Brenas a appelé Michel Fanget dimanche soir et les candidats se sont vus lundi à 11h au siège local de l’UMP. La liste de Jean-Pierre Brenas a ensuite fait suivre par mail ses conditions de fusion par mail :
- intégration d’un candidat de la liste de Fanget pour quatre candidats de la liste UMP, soit 11 candidats de la liste Fanget.
- les candidats de la liste « L’Union » exclus ou suspendus par l’UMP ne figurent pas dans la fusion, ce qui excluait ainsi Anne Courtillé,
- en cas de défaite, Jean-Pierre Brenas sera élu président d’un groupe commun UMP/UDI/MODEM tant au conseil municipal qu’au conseil de Clermont Communauté.

Jean-Pierre Brenas attendait une réponse pour 19h, heure à laquelle sa liste devait se réunir. Côté Union, Stanislas Renié a répondu à 17h54 avec une proposition de négociation légèrement différente avec une demande de deux candidats supplémentaires, mais aussi la volonté de conserver des groupes séparés au conseil municipal.

Michel Fanget indique aussi qu’il a bien rencontré Olivier Bianchi, non pas pour discuter d’une alliance mais parce que l’un et l’autre voulaient partager leurs analyses. Une version confirmée par Olivier Bianchi dans son point presse de début d’après-midi.

L’équipe de Jean-Pierre Brenas a de nouveau répondu à 19h13 en restant ferme sur ses conditions. D’après Michel Fanget et son équipe c’est là le dernier contact entre les deux listes ce lundi soir. Ils auraient essayé d’appeler Jean-Pierre Brenas et son équipe pour répondre et boucler la négociation sans arriver à les joindre. C’est finalement par un SMS de Jean-Philippe Valentin, conseiller de Jean-Pierre Brenas, mardi matin à 6h58 que les discussions ont été définitivement interrompues.

Pour Michel Fanget, la raison est un prétexte : « délai trop court sur plan administratif, rien n’est possible. » Très clairement pour lui « la porte a été fermée délibérément. Les propositions ont été faites pour la forme. Alors que les négociations aurait du se passer en deuxième partie de soirée, l’équipe Brenas n’a pas donné de réponse. »

 Contenus des mails

Michel Fanget nous a donné une copie des emails envoyés entre les deux listes.

mails-union-fanget-brenas-comp.pdf by cyberbougnat

 Une défaite voulue

Pour Michel Fanget, ces échanges montrent que la négociation n’était pas voulue et que l’objectif était seulement d’exclure le centre du conseil municipal : « J’ai toujours été mesuré dans mes propos. Je suis en colère contre l’organisation systématique de la destruction par un groupe organisé autour de Jean-Pierre Brenas. Un groupe de fous furieux qui n’a qu’un objectif : détruire. Je veux que les clermontois le sachent. »

Mais Michel Fanget va plus loin et estime que « Jean-Pierre Brenas a été instrumentalisé. Tout a été organisé pour que Clermont ne change pas de main, et lui a été instrumentalisé et s’en rendra compte plus tard. »

Le propos vise Jean-Philippe Valentin, mais aussi Brice Hortefeux qui est pour eux au coeur de cette stratégie. Michel Fanget est d’autant plus amère que Jean-Pierre Brenas et Jean-Philippe Valentin sont rentrés au conseil municipal sur ses listes.

Pour lui c’est clair, Jean-Pierre Brenas et son équipe « n’avaient aucune envie de fusionner car dans leur tête ils avaient déjà organisé la défaite avec l’hégémonie au conseil municipal et Clermont Co. » Reste que comme le rappelle Hervé Prononce, chef de file UDI lui aussi présent, toutes les communes de l’agglomération perdues par la gauche ont filé au centre.

 Consignes de votes floues

Le positionnement pour le second tour est lui cependant assez flou : « nos électeurs sont libres. nous ne sommes pas propriétaire des voix. Ils nous écoutent mais ils ne seront pas enclins à voter Brenas. » Michel Fanget n’appelle pas à voter Bianchi pour autant. Il concède que « cette situation est de nature à démotiver son électorat. »

Face aux interrogations, Hervé Prononce, le maire UDI du Cendre et du groupe d’opposition à Clermont Communauté, s’est lui montré plus clair : « nous appelons les électeurs à faire barrage à la gauche. Nous n’avons jamais voulu d’accord avec Olivier Bianchi. Ce dimanche nous avons battu des listes de gauche. Ce n’est pas la logique de nos alliances de nous allier avec la gauche. »

Dans les faits, il est très difficile de prévoir ce que va faire l’électorat de Michel Fanget mais aussi celui de Frédéric Ranchon du Mouvement 100% Citoyens. Il y a là une frange importante d’électeurs qui ne trouve pas sa place entre les listes restantes. Même s’ils ne peuvent vraiment le dire, certains membres de la liste de Michel Fanget voteront probablement blanc. On verra dimanche ce que feront leurs électeurs.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics