Cyberbougnat

Laurent Wauquiez élu président du Conseil régional Auvergne Rhône-Alpes

Publié par Bertrand le mardi 5 janvier 2016 à 10h01min, mis a jour le mardi 5 janvier 2016 à 10h04min - 1486 lectures - 1 partage

Les élus de la toute nouvelle région Auvergne Rhône-Alpes tenaient leur première assemblée plénière ce lundi 4 janvier 2016. Laurent Wauquiez a été élu président dès le premier tour et a annoncé ses premières mesures.

Il n’y avait pas de suspense dans ce que l’on appelle traditionnellement le troisième tour des élections régionales. Laurent Wauquiez a ainsi été élu ce lundi président du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes avec 113 voix sur les 204 sièges que compte la nouvelle assemblée.

Il a largement devancé le socialiste Jean-François Debat (42 voix). Jean-Jack Queyranne ayant choisi de ne pas présenter, c’est en effet le maire de Bourg-en-Bresse et porte-parole de l’ancien président sortant de la région Rhône-Alpes qui se présentait et devrait logiquement présider le groupe socialiste pour les années qui viennent. L’alliance de gauche du deuxième tour n’a pas été reconduite et ses diverses composantes ont proposé un candidat. Jean-Charles Kohlhaas, du rassemblement EELV et Parti de gauche, a obtenu 8 voix. Cécile Cukierman, candidat du parti communiste, a obtenu 7 voix.

Christophe Boudot, a fait le plein de ses voix (34) et prendra la présidence du groupe Front National.

 15 vice-présidences

L’assemblée a aussi désigné 15 vice-président(e)s et leurs délégations. On notera que Brice Hortefeux s’occupera de l’aménagement du territoire et de la solidarité avec les territoires auvergnats. Une dénomination qui interpelle et ne mets pas l’Auvergne en valeur.

Connu pour ses provocations, le député Les Républicains Philippe Meunier qui voulait armer les parlementaires sera délégué à la sécurité, aux partenariats internationaux, à la chasse et à la pêche.

L’Auvergne reste assez peu représentée, notamment l’Allier qui ne fournit aucun vice-président. Martine GUIBERT, déléguée aux politiques sociales, à la santé et à la famille est élue dans le Cantal. Brice Hortefeux est élu dans le Puy-de-Dôme et Laurent Wauquiez en Haute-Loire.

  1. Etienne BLANC, délégué aux finances, à l’administration générale, aux économies budgétaires et aux politiques transfrontalières
  2. Brice HORTEFEUX, délégué à l’aménagement du territoire et à la solidarité avec les territoires auvergnats
  3. Béatrice BERTHOUX, déléguée aux lycées
  4. Eric FOURNIER, délégué à l’environnement, au développement durable, à l’énergie et aux Parcs naturels régionaux
  5. Juliette JARRY, déléguée à l’économie de proximité, au commerce, à l’artisanat, aux professions libérales et au numérique
  6. Martial SADDIER, délégué aux entreprises, à l’emploi et au développement économique
  7. Patrick MIGNOLA, délégué aux transports
  8. Emilie BONNIVARD, déléguée à l’agriculture, à la forêt, à la ruralité, à la viticulture et aux produits du terroir
  9. Philippe MEUNIER, délégué à la sécurité, aux partenariats internationaux, à la chasse et à la pêche
  10. Martine GUIBERT, déléguée aux politiques sociales, à la santé et à la famille
  11. Yannick NEUDER, délégué à l’enseignement supérieur, à la recherche et à l’innovation
  12. Stéphanie PERNOD-BEAUDON, déléguée à la formation professionnelle et à l’apprentissage
  13. Nicolas DARAGON, délégué au tourisme, à la montagne et au thermalisme
  14. Florence VERNEY-CARRON, déléguée à la culture et au patrimoine
  15. Marie-Camille REY, déléguée à la jeunesse, au sport et à la vie associative

 Une commission permanente réduite

Que ce soit en Auvergne ou en Rhône-Alpes, mais aussi dans beaucoup d’autres régions et collectivités, tous les conseillers régionaux étaient jusqu’à présent membre de la commission permanente. Cette instance assure la permanence entre les sessions plénières et constitue l’organe exécutif du conseil régional en délibérant sur les opérations concrètes et en attribuant les aides de la collectivité aux porteurs de projets. Les sessions plénières sont plutôt consacrées aux débats de politique générale, aux grands débats et au vote du budget.

Laurent Wauquiez a décidé de réduire le nombre d’élus siégeant à la commission permanente. Il estime que l’ancien conseil régional avait décidé « que tous les élus seraient membres de la commission permanente pour augmenter les indemnités. »

Ils ne seront plus que 61, soit selon Laurent Wauquiez « en-deçà même de ce qu’autorise la loi. » La commission permanente se compose donc de 35 élus de la majorité de centre-droit, de 11 socialistes, de 10 conseillers régionaux FN, de 2 de la liste Le Rassemblement, de 2 communistes et de 1 pour le PRG.

 Economies sur le train de vie des élus et de la collectivité

Laurent Wauquiez a annoncé « une économie de 18 millions d’euros sur la durée du mandat par rapport à la dépense additionnée des deux précédentes régions » en réduisant le train de vie des élus. Quelques mesures annoncées :

  • Diminution des indemnités des élus : « D’abord dès la prochaine session je vous demanderai d’accepter de diminuer de 10% le montant de nos indemnités. Qui comprendrait que dans la période actuelle, on augmente les indemnités des élus ? ». Rappelons tout de même que Laurent Wauquiez cumulera la présidence de la Région avec son mandat de député. Il n’est pas le seul dans l’assemblée régionale.
  • Suppression des téléphones portables des élus : « J’ai appris avec surprise qu’il était prévu que chaque élu aurait un téléphone portable avec un abonnement. Je crains d’avoir une mauvaise nouvelle. J’ai demandé à l’administration d’arrêter cela. Cette seule décision permettra de faire 1 M d’euros d’économies sur la durée du mandat. »
  • Chasse aux dépenses excessives : « Nous financerons nos actions par nos économies. Nous ferons la chasse à toutes les dépenses excessives. Cela commencera par le train de vie et le fonctionnement de la région : patrimoine immobilier, parc de voitures, réceptions. Je suis convaincu que comme partout ailleurs on peut améliorer le service rendu sans pour autant augmenter la dépense. »
  • Plan d’économies sur la dépense publique : « On est enfermé depuis trop longtemps dans une spirale infernale consistant à avoir sans cesse plus de dépenses de fonctionnement dans les administrations et à l’arrivée toujours plus d’impôts. Nous devons montrer à l’échelle de notre région que l’on peut changer cette fatalité avec un mode de fonctionnement totalement différent de la région. Nous devons faire émerger l’administration du XXIème siècle il n’est que trop temps. Dans les quatre mois, nous présenterons un plan d’économie dont nous rendrons compte à intervalles réguliers. Le défi est clair Auvergne Rhône-Alpes doit coûter moins cher que Rhône-Alpes et Auvergne séparément. »

 La promesse qu’il est certain de tenir

Comme il l’a dit dans sa campagne, Laurent Wauquiez promet de ne pas augmenter les impôts :

« Je le dis très clairement, il n’y aura, tant que les électeurs nous feront confiance, aucune augmentation d’impôts ou de taxes de la région, aucune quelles que soient les évolutions des dotations d’Etat et quelles que soient les évolutions de la fiscalité locale. »

Une promesse qu’il peut tenir facilement puisque vous ne trouverez aucune trace d’imposition directe de la part d’un Conseil régional sur votre fiche d’impôts locaux. Et pour cause, la région se finance principalement par les dotations et l’emprunt et très peu par l’imposition directe.

Depuis 2011 et la mise en place de la Réforme de la taxe professionnelle, la Région ne vote ainsi plus de taux de fiscalité directe. Le Conseil régional n’a une autonomie fiscale que sur une partie de la taxe sur les cartes grises et la taxe intérieure sur les produits énergétiques (essence, gazole). Difficile donc de baisser des taxes qu’on ne vote pas.

 Son discours d’investiture en intégralité

Discours d&#x27 ;investiture de Laurent Wauquiez au Conseil régional Auvergne Rhône-Alpes


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics