Cyberbougnat

Keynae : bientôt votre sac à main vous parlera

Publié par Bertrand le vendredi 28 février 2014 à 09h53min, mis a jour le vendredi 28 février 2014 à 14h10min - 1773 lectures

Rendre les objets plus intelligents, tel est l'objectif de l'entreprise clermontoise Keynae. Ses technologies peuvent être utilisées pour lutter contre la contrefaçon mais aussi pour améliorer le quotidien des malades.

Les objets connectés sont en plein développement. De plus en plus de produits se mettent à dialoguer avec leur environnement, envoient des informations, mesurent, dialoguent... Dans ce domaine, l’entreprise clermontoise Keynae entend bien se faire une place avec ses technologies.

Dans cet internet des objets, son idée de départ est de permettre d’authentifier les produits pour lutter contre la contrefaçon dont est victime une entreprise sur deux. Ils ont donc imaginé l’intégration de puces NFC contenant l’ADN du produit mais capables aussi de dialoguer avec d’autres appareils, en l’occurrence des téléphones portables équipés de cette technologie.

JPEG - 78.1 ko
Les fondateurs de Keynae

La technologie NFC, dite aussi communication en champ proche (en anglais near field communication), permet l’échange d’informations entre des objets distants de quelques centimètres. Cette technologie a le vent en poupe et se trouve intégrée dans les téléphones portables, les cartes de transports comme celles de T2C et maintenant les cartes bancaires sans contact qui vous permettent de payer en approchant votre carte de la machine.

 Rendre le produit intelligent

Keynae travaille donc avec des entreprises à l’intégration de ces puces dans des objets qui n’ont rien d’électroniques : maroquinerie, vêtements, jeux et jouets, montres mais aussi vins. D’une manière générale des produits qui souffrent d’une forte contrefaçon. La technologie permet de vérifier facilement si le produit est bien un original en posant simplement son téléphone portable Android dessus.

JPEG - 358.6 ko
Le fonctionnement du NFC - Crédit Keynae

Cela permettra au consommateur de vérifier que le produit qu’il souhaite acheter n’est pas une copie, il en est de même pour les distributeurs et importateurs. Mais la technologie intéresse aussi les douanes qui pourront vérifier facilement si les produits sont originaux. Ainsi en posant votre téléphone sur un sac en cuir, ce dernier pourrait vous répondre qu’il est bien fabriqué par une marque de luxe.

La puce ne se contente pas d’intégrer des informations d’identification du produit, son numéro de série, mais pourrait intégrer de nombreuses informations complémentaires : un mode d’emploi, une notice de montage d’un meuble, la notice d’entretient d’une montre, un lien vers un site ou une vidéo, la composition d’un produit ou l’origine d’un vin.

La société communique pour l’instant peu sur sur ses clients. L’horloger cournonnais Tempus Paris va intégrer ces puces pour authentifier ses montres à l’export. Airbus pourrait intégrer des puces dans les pièces de ces avions pour en authentifier l’origine sur le marché de l’occasion. La société utilise d’ailleurs plusieurs types de puces, dont certaines cryptées pour s’adapter à de nombreux besoins.

 Objets connectés dans la santé

Financée par le groupe BioJag de Jacques Gardette, travaille aussi sur la conception de produits dans le domaine de la santé avec d’autres filiales du groupe. Son objectif est désormais de présenter au CES 2015, le salon mondial de l’électronique à Las Vegas en janvier, un produit connecté dans le domaine de la santé.

L’entreprise travaille en effet sur des objets capables d’aider dans leur quotidien les sujets atteints de maladie chronique comme le diabète ou l’hypertension. Elle travaille aussi sur des objets facilitant le maintien à domicile des personnes âgées. Les objets pourrait alors améliorer la vie des malades, personnes âgées, médecins et familles.

En lire plus : Keynae

Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics