Cyberbougnat

Jean-Pierre Brenas attend sereinement l’investiture de l’UMP

Publié par Bertrand le mardi 18 juin 2013 à 22h12min, mis a jour le mardi 18 juin 2013 à 22h16min - 1298 lectures

Municipales 2014 à Clermont-Ferrand — Le candidat pour les municipales a fait le point sur les résultats de la primaire interne de l'UMP qu'il a largement remporté. Il espère maintenant l'investiture officielle par la commission nationale.

Après son « succès qui lui ouvre la voie des municipales » dans la primaire clermontoise interne à l’UMP samedi, Jean-Pierre Brenas attend désormais sereinement l’investiture par la commission nationale du parti. Car comment pourrait-il en être autrement, alors que « les militants l’ont placé en pôle position » ?

Aussi, se montre-t-il confiant, car « porté par les militants qui ont envoyé un message à Paris » avec cette large victoire (97% des suffrages exprimés). Et il ajoute : « Ma force c’est eux. Je vois mal comment une commission parisienne pourrait défaire ce que les militants à Clermont ont fait. »

Pour autant, il n’est pas encore assuré de l’investiture. La commission nationale se prononcera le 15 juillet prochain. Et d’ici là la guerre « interne » entre le clan Brenas et le clan Portejoie risque de se faire plus forte. Petites phrases dans la presse et stickers dans les rues devraient donc se multiplier. D’autant qu’il est assez clair qu’aucun des deux ne laissera la place à l’autre et « qu’il ne peut pas y avoir deux numéros un. »

Et Jean-Pierre Brenas sait que du côté des militants la désignation comme tête de liste du transfuge du PS passerait mal : « le rapprochement entre Gilles-Jean Portejoie et l’UMP ne va pas de soi et s’avère plus compliqué que prévu. » Les jeunes populaires sont eux plus catégoriques et ne se rangeront pas derrière l’ancien premier adjoint socialiste.

Jean-Pierre Brenas attend lui l’investiture de l’UMP pour ensuite faire une « liste d’ouverture pour battre la gauche. » Et il se lance dans une démonstration arithmétique pour prouver que c’est l’UMP qui doit la conduire : « L’UMP peut espérer 35%. Il manque donc 15% et c’est plus logique de s’ouvrir pour aller les chercher que de faire l’inverse. »

Après l’investiture, il se tournera donc vers l’UDI, très présente à Clermont Communauté, mais aussi le Nouveau Centre ou le MoDem. Et si l’ouverture vers Gilles-Jean Portejoie est compliquée, rallier le MoDem de Michel Fanget ne sera pas simple non plus. Jean-Pierre Brenas craint aussi une liste Front National faisant campagne en mettant dans le même sac le PS et UMP. La désignation de Portejoie faciliterait le discours de l’extrême droite.

Reste le cas où Jean-Pierre Brenas n’était pas investi. Après tout, lors des précédentes municipales Brice Hortefeux avait imposé Anne Courtillé malgré le travail de terrain fait par Jean-Pierre Brenas avec son association Clermont avant tout. A l’époque, Jean-Pierre Brenas s’était rangé et a mis trois ans pour reprendre la tête du groupe d’opposition à la mairie.

S’il n’indique pas ce qu’il fera cette fois dans pareille situation et plaide pour une « liste unique à droite » Jean-Pierre Brenas martèle que « pas grand-chose ne peut l’arrêter. »


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois