Cyberbougnat

L’Hôtel-Dieu vendu aux promoteurs privés avec la bénédiction de la Mairie

Publié par Bertrand le jeudi 18 décembre 2014 à 19h11min, mis a jour le vendredi 19 décembre 2014 à 11h38min - 4158 lectures

Clermont-Ferrand — Le CHU va vendre l'Hôtel-Dieu a des promoteurs privés. La Ville achètera elle une partie pour construire la bibliothèque communautaire. Explications et interviews.

La saga de la vente de l’Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand a-t-elle connu son épilogue la semaine dernière avec l’annonce d’un accord tripartite entre le CHU, la Ville et les acquéreurs ? C’est ce que pensaient et espéraient Olivier Bianchi et les directeurs du CHU et de l’Agence Régionale de Santé Auvergne.

 Olivier Bianchi heureux de sortir de ce dossier par le haut

Le maire arrive à éclaircir un dossier merdeux laissé par son prédécesseur et Dominique Adenot qui n’avaient pas souhaité préempter le terrain et qui même ne pensaient pas que quelqu’un d’autre que la Ville pouvait se porter acquéreur. Après avoir proposé 20 millions ils avaient surtout fait voté la modification du Plan d’Occupation des Sols (POS) quand le CHU avait signé un compromis avec les acquéreurs prévis. Une tentative de faire échouer le projet pas vraiment du goût de la cour administrative d’appel de Lyon.

Saisie par le CHU et les investisseurs privés après une décision favorable à la mairie du tribunal administratif de Clermont le 10 janvier 2014, le tribunal lyonnais a annulé la décision du tribunal clermontois et la modification du POS jugeant qu’elle « n’a eu d’autre finalité que de faire échec à la transaction immobilière conclue entre le centre hospitalier universitaire et la SCI Hôtel-Dieu, dont l’obtention d’un permis d’aménager un ensemble immobilier d’une surface de plancher équivalente à 69.000 m2 constituait l’une des conditions suspensives. »

Olivier Bianchi n’avait d’ailleurs pas attendu cette décision pour discuter avec toutes les parties et envisager une solution et déboucher sur ce qu’il a qualifié d’un « moment historique pour sortir de ce dossier par le haut. » Par ce choix il estime avoir « oeuvré pour le bien public et surtout ne « pas avoir dépensé inconsidérément l’argent des clermontois. »

Le conseil municipal de ce vendredi 19 décembre doit maintenant se prononcer sur ce protocole d’accord entre la ville et les acquéreurs. Les élus découvriront alors le plan de masse du projet et auront une idée de ce qui est prévu et des conditions d’achat.

 Le CHU boucle son budget

Le CHU et l’ARS sont eux bien heureux d’avoir trouvé un acheteur. La vente pour 25 millions d’euros net vendeur de l’ensemble du site garantit au CHU le bouclage du financement des travaux de Gabriel Montpied 3 qui constitue notamment le plus gros chantier de désamiantage derrière celui le CHU de Caen.

Le CHU devra cependant encore patienter quelques mois car les trois promoteurs doivent encore redéposer le permis d’aménagement avant de procéder à l’achat effectif au plus tard en fin d’année 2015. Le CHU en terminera ainsi avec le gardiennage du lieu. Une surveillance indispensable après le déménagement mais qui venait ponctionner encore un peu plus son budget de quelques 400.000 euros par an en attendant de sortir de cette impasse liée à la vente. Pour lui « la vente est le meilleur moyen de réduire ces coûts dans le temps. »

 La bibliothèque, des logements et des bureaux

La Ville rachètera ensuite aux promoteurs 9.000 m2, soit la partie historique de l’Hôtel-Dieu du côté de l’entrée du boulevard Léon Malfreyt pour 9 millions d’euros. Olivier Bianchi souhaite y implanter la grande bibliothèque communautaire, et promis désormais elle ne changera plus de place. Il faut en revanche refaire le programme prévu pour un bâtiment neuf et qui devra maintenant se loger dans les 3 ailes historiques de l’ancien hôpital.

Pour le reste de l’aménagement, le dossier est maintenant entre les mains des promoteurs qui ont prévu des logements côté avenue Vercingétorix, des bureaux côté Boulevard Charles de Gaulle, des commerces, une esplanade et un axe entre le Jardin Lecoq et le boulevard Charles De Gaulle avec une esplanade. On sait aussi que l’école des sage-femmes sera réhabilitée ainsi que la maternité qui sera aussi agrandie.

Les acquéreurs ont précisé que des architectes et urbanistes de Lyon, Paris et Saint-Etienne planchent sur le dossier. Ils avouent aussi être satisfaits « d’avoir renoué des relations normales » avec la mairie et estiment « pouvoir renverser des montagnes avec la confiance des élus » sur ce projet de grande envergure.

JPEG - 155.1 ko
Les présidents du CHU et de l’ARS, les promoteurs autour d’Olivier Bianchi

Ils ont surtout promis de ne pas bétonner même si le POS leur permet, annonçant une base de 72.000 m2 bâtis contre 56.000 actuellement. Ils annoncent une densité de 1,5 quand le Carré Jaude 2 en fait 4,5 mais surtout de « réintégrer l’Hôtel-Dieu dans la ville avec plus d’espaces verts qu’il n’y en a aujourd’hui. » Les clermontois sont condamnés à les croire car ils n’auront pas leur mot à dire.

Si un atelier permanent entre la ville et les promoteurs va être mis en place et des expositions organisées, ce sont bien les acquéreurs privés qui ont l’avenir du site entre leurs mains. Pas de concours avec présentation des projets au public ou de co-construction donc. Olivier Bianchi souhaite toutefois un fort engagement architectural :

« Ce sera le 1er quartier urbain de l’ère Bianchi donc pour moi ce sera une vitrine importante. Je veux dessiner là la nouvelle ville de Clermont-Ferrand. Ce que nous allons faire là, ce sont de belles choses. »

Il prend cependant le risque de laisser les clés de son premier projet phare au privé et surtout à d’autres que lui. Si ces derniers auront probablement à coeur de faire de belles choses, ils doivent aussi faire des bénéfices et le POS actuellement en vigueur leur permet de grimper à 100.000 m2 bâtis...


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois