Cyberbougnat

Les deux universités de Clermont-Ferrand annoncent leur fusion pour 2017

Publié par Bertrand le lundi 23 septembre 2013 à 08h08min, mis a jour le vendredi 27 septembre 2013 à 09h23min - 2534 lectures

Adieu Clermont 1 et Clermont 2. En 2017, les deux universités clermontoises ne feront plus qu'une.

Séparées depuis 1976, les deux universités clermontoises ont annoncé leur volonté de fusionner. Ainsi le 1er janvier 2017, Clermont-Ferrand n’aura qu’une seule université, dont le nom reste à définir. Mathias Bernard, Président de l’Université Blaise Pascal, et Philippe Dulbecco, son homologue à l’Université d’Auvergne, ont ainsi confirmé jeudi dernier une fusion souhaitée par beaucoup d’acteurs locaux mais qui a longtemps paru impensable au sein même des universités.

Cette annonce fait suite à un long processus de rapprochement et 18 mois de « travail intensif » qui a permis de tracer le chemin à suivre. Les deux présidents se montrent maintenant « ambitieux et réalistes » et savent aussi que le plus difficile reste à venir.

Car avant de trouver un nom, les deux universités devront régler de multiples problèmes inhérents à la création d’une nouvelle structure qui comptera alors 3.000 salariés et 34.000 étudiants : services en double, alignement des salaires, requalification des personnels, système d’information interne, structuration des disciplines et des offres de formation, statut de la future université, locaux,... sans oublier les réticences internes et le corporatisme.

Plus visible et plus attractive

La nouvelle université devra trouver les moyens pour entretenir et moderniser ses locaux. En choisissant rapidement l’autonomie, l’Université d’Auvergne a assuré la rénovation et le financement de son patrimoine immobilier pour 25 ans. Pour Philippe Dulbecco « les sommes sanctuarisées à l’Université d’Auvergne donnent plus de marges de manoeuvre pour financer et entretenir les autres bâtiments. »

Mais pour les deux présidents, surmonter ces difficultés permettra « de construire un établissement attractif au plan national et international, plus efficace, compréhensible par tous et qui soit un acteur du développement auvergnat. » Ici comme ailleurs il s’agit d’atteindre « la masse critique  » pour « continuer à exister sur la carte de l’enseignement et de la recherche. » La nouvelle loi sur les universités entrée en application en juillet dernier les encourage fortement sur ce chemin en incitant à la création d’établissements plus importants.

La future université proposera alors tout le spectre de formations, des antennes dans toute l’Auvergne et plus de 50 laboratoires de recherche très bien notés. La fusion doit permettre à ces derniers de bénéficier de plus de soutien pour faire mieux. La nouvelle université aura aussi plus de moyens pour aborder la pédagogie numérique, grand enjeu actuel dans le domaine de la formation.

Le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) « Clermont-Université » va lui disparaître après « avoir joué un rôle historique dans la fusion, pour permettre de travailler ensemble. » Dans les faits, son statut a déjà changé puisqu’il est devenu par la loi une CUE (Communauté d’Université et d’Etablissement) ce qui ne change pas son rôle actuel. Peut être laissera-t-il son nom à la future université.

En revanche, Philippe Dulbecco reste très attaché à la fondation de l’Université d’Auvergne et « souhaite qu’elle s’élargisse à la future université. » La nouvelle université sera aussi au coeur d’une association avec les autres écoles qui relèvent du même ministère, et souhaite s’associer de la même manière avec les autres grandes écoles locales mais aussi avec les collectivités et le monde de l’entreprise. Les deux présidents espèrent ainsi que la nouvelle université « contribuera à la dynamique et au développement de l’Auvergne. »


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois