Cyberbougnat

Evolution des impôts et des charges à Clermont-Ferrand de 2000 à 2012

Publié par Bertrand le dimanche 23 mars 2014 à 10h46min, mis a jour le dimanche 23 mars 2014 à 10h45min - 703 lectures

Quelques données financières sur l'évolution de la fiscalité, des investissements et des charges de fonctionnement à Clermont-Ferrand sur 10 ans.

Comme dans beaucoup de communes en France, les impôts et finances locales sont au coeur de la campagnes des municipales à Clermont-Ferrand. C’est d’ailleurs une ligne de fracture importante dans les programmes entre ceux qui proposent un gel et ceux qui veulent garder des marges de manoeuvre.

Voici donc quelques données sur l’évolution des finances locales à Clermont-Ferrand entre 2000 et 2012. Les chiffres sont issus du site Nos finances locales qui a collecté ces données.

 Les impôts locaux à Clermont-Ferrand

Ces courbes représentent les taux de la taxe d’habitation et de la taxe foncière établie chaque année dans chaque commune. Elles ne permettent toutefois pas de savoir ce que paie réellement en moyenne un propriétaire et locataire. En effet, pour obtenir la facture, il faut appliquer à ces taux la valeur locative cadastrale. On ne dispose ainsi pas des sommes moyennes payées par les habitants de chaque commune.

Les courbes nationales sont données à titre indicatif mais ne signifient pas que les clermontois paient beaucoup plus que les autres. Il existe ainsi de fortes disparités suivant les tailles des communes et il faudrait pouvoir comparer avec la strate de communes de tailles identiques.

Sur ce plan, Serge Godard a toujours eu un discours assez clair et qui tranchait avec son prédécesseur. Roquer Quilliot ne voulait pas engager la ville dans trop de dépenses et son objectif était de maintenir une pression fiscale faible. Une gestion prudente qui permit d’avoir une bonne situation financière mais qui s’est aussi traduite par un retard dans la construction de certains équipements.

Dès ses prises de fonction, Serge Godard a fait remonter petit à petit la pression fiscale selon lui « au niveau moyen » des villes françaises afin de financer de grands équipements et la rénovation urbaine. En 1999, il avait justifié ces augmentations autant pour les habitants que pour les entreprises par la volonté de « donner un nouvel élan à Clermont-Ferrand et de renouveler son image. »

Il rappelait aussi il y a quelques jours au Club de la presse « que ces ressources non négligeables ont été bien utiles en temps de crise pour soutenir la commande publique et donc l’emploi car 85% de l’investissement public vient des collectivités. »

 Dette et charges financières

Les charges financières correspondent aux intérêts des emprunts de la commune. L’annuité de la dette est obtenue en sommant les intérêts des emprunts de la commune et le montant du remboursement du capital.

 Charges de fonctionnement et investissement

Le budget d’une commune doit permettre à la fois de payer les investissements (infrastructures, équipements, aménagements urbain, etc) et les charges de fonctionnement. Ces dernières comprennent principalement les charges de personnel, les participations obligatoires notamment au service départemental d’incendie et de secours, les intérêts de la dette et les subventions versées.

Comme on peut le voir sur les courbes, l’augmentation des charges de fonctionnement ne sont pas liées intégralement à celles des charges de personnel. La Ville de Clermont emploie 3500 personnes : environ 2500 « permanents » auxquels il faut ajouter des saisonniers ou des animateurs pour l’école du mercredi.

 Subventions versées par habitant à Clermont-Ferrand (en €)

Les subventions versées chaque année dans la commune sont souvent un point de débat. Certains les jugeant opaques et versées à des fins électoralistes. Mais on constate qu’en 2008 elles n’avaient pas spécialement augmenté. Elles ont augmenté après sans pour autant revenir au niveau de 2000.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois