Cyberbougnat

Revivez le Conseil municipal dédié à l’Hôtel Dieu de Clermont-Ferrand

Publié par Bertrand le samedi 26 janvier 2013 à 02h27min, mis a jour le lundi 14 octobre 2013 à 08h33min - 3784 lectures

Le Mairie de Clermont-Ferrand a réuni ce samedi un conseil municipal exceptionnel dédié à l’avenir de l’Hôtel Dieu. Revivez ce conseil retranscris en live.

Réclamé depuis longtemps par l’opposition, ce conseil municipal exceptionnel semble arriver un peu tard puisque le CHU a signé la promesse de vente de l’Hôtel Dieu->mot324] avec les investisseurs privés il y a quelques jours. Toutefois, la ville a décidé de contre-attaquer en modifiant le Plan d’Occupation des Sols et contraindre un peu plus la construction sur ce terrain.

Ce conseil municipal dont l’ordre du jour est « l’information du Conseil municipal sur le dossier de l’Hôtel Dieu » s’annonce donc animé même si la note de synthèse présentée par Serge Godard ne sera soumise à aucune délibération.

Cet article a été mis à jour au fur et à mesure du déroulement du conseil municipal qui devait débuter à 9h.

 Live

9h00 : Les élus arrivent doucement

JPEG - 520.4 ko

9h11 : Le Conseil municipal débute avec un quart d’heure de retard. Notons l’absence d’Alain Martinet, premier adjoint, « de noces à l’autre bout de la France » selon le Maire. Manquent quelques élus autant du côté de la majorité que de l’opposition. Une vérification surtout formelle car il n’y a pas de vote dans cette séance.

Avec ce conseil municipal exceptionnel et publique le Maire souhaite faire le point sur le dossier « devant les clermontois » et « répondre aux questions des élus ». Serge Godard va débuter par l’historique du dossier alors que Dominique Adenot présentera un powerpoint sur les orientations envisagées pour le lieu. La présentation de Serge Godard correspond à la note publiée il y a quelques jours.

JPEG - 34.8 ko

9h30 : Selon Serge Godard il y a deux manières de modifier le plan d’urbanisme. Réalisation d’une ZAC ou modification du Plan d’Occupation des Sols (POS). Le CHU ayant refusé la ZAC, reste la modification du POS. Le maire rappelle que l’urbanisme est la compétence exclusive de la Mairie.

 L’opposition de droite quitte la salle

9h34 : la parole est donnée à Dominique Adenot mais Jean-Pierre Brenas (UMP) essaie de prendre la parole. Serge Godard refuse, « ça suffit le cirque » mais le leader de l’opposition continue de s’exprimer : « Dominique Adenot est l’objet d’une plainte au pénal pour sa mise en cause d’un acteur du dossier. Il ne peut conduire les débats. Puisque ce débat est partial nous refusons de participer à ce débat. Ce débat est faussé inéquitable, c’est une mascarade de débat. »

Le groupe quitte donc la salle et Jean-Pierre Brenas va s’en explique en dehors de la salle du Conseil.

Pour Les Verts comme pour Olivier Bianchi qui tweete en direct, ce geste « évite de prendre position. ».

Surtout, cette sortie va permettre à tous les élus d’exprimer leur désaccord sur la méthode et systématiquement insister sur le refus de débat de la droite.

 Présentation de Dominique Adenot

9h44 : Dominique Adenot fait lui sa présentation pendant ce temps et montre l’évolution du projet. Dominique parle de learning center, une bibliothèque en fait.

9h50 : Olivier Bianchi continue à tweeter :

9h55 : Le nouveau projet présenté par Dominique Adenot ne comprend quasiment pas de constructions : « quelques logements et les bibliothèques. » Le reste concerne des rénovations. Domnique Adenot garantit que les mètres carrés construits après rénovation seront identiques à ceux actuels mais avec une qualité très différente et plus de jardins.

Dominique Adenot ne veut pas de surdensificaton du lieu. Les nouvelles constructions ne devront pas dépasser 22m de haut, soir la hauteur du pavillon « Rousseau ». Dominique Adenot ne veut pas « priver les clermontois d’une respiration supplémentaire en centre ville » et « ne pas retarder les constructions des bibliothèques ».

JPEG - 30.8 ko
Extrait du powerpoint présenté par Dominique Adenot

Ensuite Dominique Adenot torpille le projet présenté par les investisseurs. Selon Dominique Adenot le projet présenté « montera à 7 étages ». Il indique qu’en 2024, la Ville récupèrera le rectorat à l’issue du bail amphitéothique.

JPEG - 45.2 ko
Extrait du powerpoint présenté par Dominique Adenot

10h02 : Serge Godard : « notre but n’est pas de priver une entreprise du projet. Notre but est de rendre le site aux clermontois et il ne doit pas enrichir des spéculateurs »

Il revient sur l’intervention de Jean-Pierre Brenas : « Le sujet aujourd’hui est le travail sur ce projet et non les turpititudes juridiques. Nous devons travailler sérieusement. »

 Nombreuses interventions

10h05 : début du débat. C’est Alain Laffont qui commence. Il demande au Maire s’il est certain que tout va bien se passer sans entrave juridique. Il demande aussi si finalement la ville ne pouvait pas préempter le terrain : « on ne va pas mégoter à 5 millions près vue la gabégie ailleurs » Il demande aussi si « la Mairie fera vraiment une économie de 5 millions d’euros. » Voilà qui pose de bonnes questions.

Il approuve le projet présenté après la « catrastrophe de Jaude 2 avec le bétonnage. »

10h08 : Jean-Michel Duclos fait part de ses remarques et demande si le lieu ne pourrait pas accueillir des salles pour les associations. Il pose aussi la question de l’intérêt de deux bibliothèques.

10h12 : Alain Dantal intervient et regrette le départ du groupe UMP et que « la politique politicienne l’emporte sur le débat démocratique. Il aurait été bien de voir projet contre projet. »

Pour lui il faut que les grands équipements arrivent dans les plus brefs délais. Il veut aussi le retour des espaces verts et met en avant « l’importance du logement social » et notamment « le logement social jeune qui manque en centre ville. »

10h16 : Bruno Slama souhaite une consultation des citoyens, car « l’Etat n’ira pas à l’encontre de la volonté des clermontois. »

10h20 : Pour Odile Vignal (Europe Ecologie) « Jean-Pierre Brenas s’est disqualifié alors qu’il prétend à la magistrature. Ce n’est pas un bon signe. » Elle critique elle aussi le Carré Jaude 2 et demande « un changement de gouvernance » sur la conduite de ces dossiers.

Elle fait enfin remarquer que le site « est un balcon sur la ville et qu’il faut respecter le sens du terrain. » De plus elle plaide pour donner plus de place aux piétons : « Faire un centre-ville axé sur le piéton serait une vraie révolution à Clermont. » Elle souhaite donc un « schéma des déplacements à pied »

Elle profite de l’occasion pour regretter l’absence de « schéma des trames vertes et bleues » La trame verte et bleue est la mise en réseau de l’ensemble des espaces verts, naturels et ruraux d’un territoire. Cet exercice ambitieux doit intégrer, au sein d’un même projet territorial, les espaces verts urbains, les zones rurales et naturelles, les zones humides et le réseau hydrographique à des fins de constituer une trame verte et bleue. Plus d’explications

10h27 : les élus regrettent en général le non préemptage du lieu. Le MRC soutient ainsi la modification du POS « sans conviction ». Madame Bonnet regrette « qu’il n’y ait pas de chiffrage et demande si le coût ne sera pas plus élevé. »

10h33 Olivier Bianchi prend la parole. Pour lui avec son départ la droite a « fait une faute politique. La droite demande les débats mais refuse le débat dès que les dossiers sont compliqués. Les clermontois se rendront vite compte qu’il n’ont pas de projet pour l’avenir » Il ironise sur la droite qui parle « d’opacité » sur les réseaux sociaux après son départ.

Pour l’adjoint à la culture « Alain Laffont a posé les bonnes questions. Mais il est temps de regarder l’avenir. Nous aurions pu faire d’autres choix et il y a eu des nuances. Il n’est plus temps de ressasser mas il est temps de se poser la question sur l’avenir. L’avenir de l’Hôtel Dieu est l’avenir de la Ville. »

Sur la bibliothèque communautaire : « la bibliothèque est prête. Nous avons adopté en juin une délibération qui permet de lancer le concours dès demain. Seulement nous avions ajouté une phrase disant qu’on le ferait une fois que la ville aurait la maitrise du foncier. Car c’est la ville qui confie les terrains à Clermont Communauté. »

Il justifie l’implantation dans un nouveau bâtiment face au rectorat : « Une bibliothèque ce sont des plateaux et non des couloirs. L’Etat a depuis fait le même choix. Il y a aussi une raison de visibilité et cite la colonne vertébrale culturelle qui part de la Jetée et va jusqu’à l’école d’art. » Il attend donc les les solutions les plus rapides car les clermontois attendent toujours. Je ne désespère pas d’avoir nous aussi à Clermont un tel équipement »

JPEG - 421.4 ko
La politique de la chaise vide de l’UMP

10h40 : La liste d’interventions est longue. Chacun y va de son intervention et Serge Godard s’y perd un peu

Pour M. Bernard, le plus jeune élus du conseil, « l’UMP est partie car n’avait pas de projet autre que celui de la Mairie et ne peut pas défendre la surdensification. »

10h47 : Simon Pourret fait lui aussi une brève intervention. Il stigmatise le « comportement très curieux de l’opposition municipale. » Et d’ajouter « Même s’ils ne sont pas là, je veux leur dire que la démocratie passe par le respect des formes. et je trouve ce comportement très curieux. mais les clermontois auront l’occasion de juger ce comportement. »

Il se prononce ensuite sur le fond : « La ville sait ce qu’elle veut, et ce qu’elle ne veut pas. » Simon Pourret prône « la discussion entre élus et avec les clermontois sans polémique » mais aussi la « négociation avec les autres acteurs »

10h55 : Alain Bardot, adjoint aux finances, indique qu’il n’y a pas eu de préemption car la « Ville n’avait aucune idée du prix d’achat. » Il indique aussi qu’au moment de la réflexion sur la ZAC, le coût d’équilibre était de 18 millions d’euros et que le prix proposé par la Ville pour l’achat était supérieur. Il parle de « tromperie » de la part du CHU.

11h00 : Placé à droite par Alain Bardot, Michel Fanget (MODEM) corrige : « je ne représente pas la droite mais le centre. Je suis très heureux du débat et ne pas y participer est une faute. C’est un peu le dossier du siècle. »

Ensuite Michel Fanget « souscrit au projet » et « souhaite que la ville ne renouvelle pas les erreurs faîtes avec les immeubles Boulevard François Mitterrand. » il y a 40 ans. Il votera la modification du POS en espérant qu’elle permettra de sortir de cette situation. Il demande à être rassuré sur les complications juridiques.

 Dominique Adenot admet des erreurs

11h10 : Dominique Adenot reprend la parole et admet que le projet a complètement échappé aux élus. Il admet avoir commis des erreurs. « L’erreur que nous avons commise est d’avoir pêché par excès de confiance. Cela fait un moment que nous menons des opérations d’urbanisme. Cela s’est toujours fait en confiance. On a pensé que ça allait se passer comme d’habitude mais cela n’a pas été le cas. »

Il ne parle pas de tromperie mais dit plutôt avoir été « abusé ». Il affirme ne « jamais avoir vu de protocole secret en terme d’urbanisme. On ne doit rien cacher. L’opacité a un certain moment s’est installé et c’est là que les choses nous ont échappé. »

Et d’ajouter : « Je ne pense pas qu’une opération aussi importante puisse être menée par la puissance publique seule. Nous avons besoin de promoteurs privés. Le coût de 25 millions d’euros pour acheter ou préempter est une paille par rapport au coût d’aménagement. Nous ne pouvions engager la municipalité dans une telle aventure financière. »

Dominique Adenot reprend ensuite des infos de La Montagne « Il y aurait eu 80 dossiers retirés sur ce site. En short-liste le CHU en aurait retenu 10, puis 2 promoteurs se seraient déclarés près à faire une offre et un seul a fait une offre. N’est-ce pas étrange qu’une sur une telle opération nationale il ne reste qu’une telle offre si différente de ce qui se fait d’habitude. »

Sur la préemption : « il nous apparaissant inconcevable de rentrer dans un débat judiciaire avec le CHU. Et nous avions raison d’avoir des craintes, car dans le protocole secret que nous venons d’obtenir, il est écrit que le CHU nous aurait fait un procès si nous avions préempté en dessous du prix. De plus le juge est souverain. Si on préempte en dessous du prix, c’est le juste qui fixe le prix et cela aurait pu être plus de 25 millions d’euros. Il faut être prudent. Une nouvelle évaluation a été faite par les Domaines. France Domaine a changé sa position. Cette affaire est une longue histoire, nous n’en sommes qu’à la moitié. Nous aurons donc probablement l’occasion d’en reparler.

Dominique Adenot continue « Alain Laffont a posé la bonne question. » Laffont de lui répondre « et je veux la bonne réponse ». Dominique Adenot reprend : « Vous aurez la mienne. Vous pensez bien que nous avons consulté très largement et notamment toute la chaine de décideurs. Après ces consultations dont certaines assez récentes, nous pensons que la modification que nous vous proposons ne sera pas censurée. S’il en avait été autrement nous ne l’aurions pas proposé car la Ville de Clermont ne peut être prise en défaut et doit rester un partenaire de confiance. Il y a très peu de cas où nous avons été attaqué en matière d’urbanisme. »

Dominique Adenot souhaite ensuite terminer sur « l’incident de séance. » « Je peux comprendre que vous nous critiquuez la façon dont nous avons pu gérer ce dossier. Cela ne me pose pas de problème c’est la démocratie. Mais il y a des moments où l’intérêt général doit primer sur les considérations partisanes. Nous devons donc tous nous réunir derrière le cahier des charges que je vous ai présenté pour un projet qui tient au coeur des clermontois. »

11h16 : Serge Godard souhaite conclure mais Laffont redemande la parole avec véhémence. Serge Godard lui demande de « ne pas se comporter comme l’opposition » ce qui fait bondir Alain Laffont qui n’a pas l’intention de se taire. Alain Laffont s’étonne ensuite sur le manque de concertation de la majorité alors que la préemption a fait débat au sein de la majorité mais sans consulter les partenaires. Alain Laffont ironie ensuite sur les 5 millions d’euros de plus à dépenser : « Si Dominique Adenot dit que 25 millions c’est rien » alors « 5 millions c’est moins que rien. » Voilà qui énerve Serge Godard qui lui demande de conclure rapidement.

11h23 : Serge Godard conclut : « nous voulons offrir aux clermontois un centre-ville agréable »

 Conférence de presse de Serge Godard

Le Maire va ensuite donner une rapide conférence de presse pour donner son avis sur ce conseil municipal et le départ de la droite.

En quittant la salle, il donnera son sentiment : « Il va falloir dire la vérité. Nous nous sommes fait tromper. C’est un dialogue de dupes »


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois