Cyberbougnat
Publicité Faire un don en ligne pour l'AFM-Téléthon.

Contre-plongées de l’été : programme du 22 au 25 juillet 2013

Publié par Bertrand le lundi 22 juillet 2013 à 10h52min, mis a jour le lundi 29 juillet 2013 à 06h58min - 1697 lectures

Zoom sur le programme de la semaine des Contre-Plongées de l'été à Clermont-Ferrand avec jeudi un grand spectacle d'arts de la rue Place de Jaude.

Le programme des Contre-Plongées est construit chaque semaine sur le même rythme. Les lundis et mercredis, Côté Cour au Centre Blaise Pascal avec en juillet des textes savoureux à découvrir. Les mardis, Côté Victoire anime la Place de la Victoire avec des jeux, de la musique et du cinéma en plein air sur écran géant. Tous les mercredis, Côté Jardin proposera des lectures dans le jardin du muséum Henri Lecoq. Et deux fois dans l’été, Côté Jaude proposera le jeudi soir de grands spectacles Place de Jaude.

Cette semaine

Lundi - Cour du Centre Blaise Pascal : Shitz - Théâtre - Compagnie Show Devant
Créée en 2007 par Marielle Coubaillon et Jean-Louis Bettarel, la compagnie Show Devant s’est spécialisée dans le théâtre musical. Formée à Clermont-Ferrand pour ses qualités de comédienne, Marielle Coubaillon propose depuis quelque temps des mises en scènes singulières de textes contemporains. Avec son regard incisif sur la monstruosité de l’humanité, elle conduit les comédiens jusqu’aux limites de la sincérité, entre comique et tragique, dans un jeu extrêmement jubilatoire.
En préambule, durant 5 à 10 min., Les Chroniques d’Olivier- Olivier Papot - Athra & Cie
Lundi 22 juillet 2013 > 21 h 15 - Durée : 2 h - Tarif : 5,10 ou 14 €

Mardi - Place de la Victoire : Ciné-concert Simone
Film d’Émile-Bernard Donatien - France - 1926 - Arrangements musicaux et accordéon : Pascal Contet.
Surprenant sa femme dans les bras d’un ami, Nauchard, M. de Sergerac la tue d’un coup de révolver. Quelque temps plus tard, Nauchard s’accuse du meurtre et se suicide. Un mélodrame intimiste de Donatien, cinéaste décorateur des années 20, singulier et éclectique, qui est le premier à utiliser la caméra en dehors des studios. Il propose des cadrages exceptionnels pour l’époque. Il disparaîtra avec l’arrivée du parlant.
Restauré, le film est ressorti en ciné-concert à la Scène nationale de Valence, très impliquée dans la transmission du cinéma. Pour accompagner un ciné-concert, Pascal Contet se livre à un formidable exercice de style. Comme un caméléon, sa musique épouse avec intelligence et sensibilité les images du film sans en dénaturer la force cinématographique et poétique.
Mardi 23 juillet 2013 > 21 h 45 - Durée : 1 h 30 - Accès libre.

La soirée débute avec des jeux en plein air avec la Maison des jeux (19h, durée 2h30, gratuit)

Mercredi - Côté Jardin au Musée Lecoq : Les Labrènes - Lecture de Jean-Marc Bourg - Texte de Tommaso Landolfi
Nouvelle surréaliste, voire absurde, Les Labrènes nous plonge dans un univers proche de La métamorphose de Kafka. Le narrateur assiste à son propre enterrement et, alors que le maçon scelle la pierre tombale, le voilà revenu au grand air pour porter un regard nouveau sur sa famille. Disparaître, c’est aussi faire de la place aux autres, et les revenants ne sont pas toujours accueillis avec bonheur. De quoi développer aisément suspicion et paranoïa. Et lorsque tout va de mal en pis, les labrènes apparaissent…
En préambule, durant 5 à 10 min., Les Chroniques d’Olivier
Mercredi 24 juillet 2013 > 18 h 45 - Durée : 1 h - Accès libre.

Mercredi - Cour du Centre Blaise Pascal : Quand m’embrasseras-tu ? - Théâtre - Compagnie Brozzoni
Claude Brozzoni a choisi Darwich pour donner voix à la parole d’un poète qui a continué, malgré l’horreur et le désespoir qu’il a vécus, de chanter la terre, sa beauté et par-dessus tout d’évoquer l’amour. Parce que la Palestine devient une métaphore de la condition humaine, la voix de Darwich peut être celle de beaucoup de peuples, de cultures, de communautés et d’individus qui se sentent rejetés, exploités, non écoutés, ni pris en compte. Considéré comme l’un des plus grands écrivains de langue arabe contemporaine et longtemps animateur d’une des principales revues littéraires, Al-Karmel, Mahmoud Darwich est l’auteur de dix-sept recueils poétiques et de sept textes de prose. Son œuvre est traduite dans de nombreuses langues.
Mercredi 24 juillet 2013 > 21 h 15 - Durée : 1 h 35 - Tarif : 5,10 ou 14 €

Jeudi - Place de Jaude : Basculoscopia - Arts de la rue
Un vaisseau de métal, assemblé par les hommes et par le temps. Une population de survivants, réfugiés sur cet îlot, dernier bastion d’un semblant de civilisation.
Ils sont les rescapés d’un monde en déliquescence dont l’histoire s’est effacée devant l’importance du moment : survivre, maintenir la machine en marche. Cette machine est exigeante et gourmande, tout comme son maître, le Magister. _ Entretenir, nourrir, obéir, tout est ordonné, tout est nécessaire. Et chacun s’y emploie, plus aliéné que conscient. Chacun se fond avec les rouages, tout obsédé à générer cette précieuse et trop rare énergie. Sauf la dernière arrivée, toute petite graine de doute. Et si on osait prononcer le mot tyrannie. Si on osait défier le vernis de l’habitude.
Ce spectacle est une envolée acrobatique, musicale, et métallique, invitant à plonger dans un monde esthétique et onirique, par la construction massive et grâce au jeu des acrobates et musiciens. Une création originale, autant dans la construction de la machine que dans celle des instruments de musique qui amènent à une bande sonore unique, jouée en live. Le langage corporel développé par les acrobates se met au service d’une narration suggérée. Le corps se fait symbole, se mariant au métal et aux sons dans cet univers où la résistance est une nécessité. La technique est absorbée par le récit, la machine se dévoile au fur et à mesure de l’histoire, de plus en plus mobile, pleine de surprises.
Jeudi 25 Juillet 2013 > 21 h 45 - Durée : 1 h - Accès libre.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois