Cyberbougnat

Contre-plongées de l’été : programme du 15 au 17 juillet 2013

Publié par Bertrand le lundi 15 juillet 2013 à 08h51min, mis a jour le samedi 20 juillet 2013 à 07h07min - 2090 lectures

Clermont-Ferrand — La programmation culturelle estivale de Clermont, vous propose cette semaine quatre grand rendez-vous.

Après une première soirée avec Bernard Pivot la semaine dernière, les Contre-Plongées de Clermont-Ferrand débutent réellement ce lundi 15 juillet avec une programmation complète. Comme les années précédentes, la programmation des Contre-plongées s’étale sur quatre jours.

Les lundis et mercredis, Côté Cour au Centre Blaise Pascal avec en juillet des textes savoureux à découvrir. Les mardis, Côté Victoire anime la Place de la Victoire avec des jeux, de la musique et du cinéma en plein air sur écran géant. Tous les mercredis, Côté Jardin proposera des lectures dans le jardin du muséum Henri Lecoq. Et deux fois dans l’été, Côté Jaude proposera le jeudi soir de grands spectacles Place de Jaude.

Cette semaine

Lundi - Cour du Centre Blaise Pascal : Ni perdue, ni retrouvée, lecture dansée de Sylvie Pabiot / compagnie Wejna.
Avec Ni perdue, ni retrouvée, Sylvie Pabiot poursuit sa recherche d’une expression à la frontière du théâtre et de la danse. Dans ce texte de Daniel Keene, une mère retrouve sa fille de 13 ans après l’avoir placée dans une famille d’accueil durant des années. C’est l’histoire de leur rencontre, où un présent surgi du passé vient réinventer une relation intense et fragile. Elles sont mère et fille, étrangères l’une à l’autre, et apprennent à se reconnaître, à vivre ensemble. Ce texte est mis en scène avec sobriété, par des danseurs qui n’interprètent pas les personnages, mais leur donnent corps, à travers des présences simples et des actions dansées.
Lundi 15 juillet 2013 > 21 h 15 - Durée : 45 min. - Tarif : 5, 10 ou 14 €

Mardi - Place de la Victoire : musique et ciné en plein air
La soirée débute avec des jeux en plein air avec la Maison des jeux (19h, durée 2h30, gratuit).

Les Ktipietok assurent ensuite l’ambiance musicale avec leur Koncert-bal. Fanfare d’une vingtaine de musiciens avec des basses, des trombones, des sax, des clarinettes, des flûtes, un glockenspiel, des percussions, des trompettes, et peut-être davantage, la formation distille généreusement un cocktail de musiques à danser, de la salle de bal musette au dance floor des Balkans. (20h, durée 1h30, gratuit)

Tous au Larzac, film de Christian Rouaud. Marizette, Christiane, Pierre, Léon, José, sont quelques-uns des acteurs, drôles et émouvants, d’une incroyable lutte, celle des paysans du Larzac contre l’État, affrontement du faible contre le fort, unis pour sauver leurs terres. Un combat déterminé et joyeux, mais parfois éprouvant et périlleux. Tout commence en 1971, lorsque le gouvernement déclare que le camp militaire du Larzac doit s’étendre. Ce film est une vraie leçon du cinéma documentaire. Pas de parti pris. Un regard aiguisé sur toutes les forces en jeu, qui mêle la réflexion à l’action. Du grand art ! (21h45, durée 2h, gratuit)

A noter qu’un apéro-rencontre est organisé avant avec le réalisateur à L’Adresse, Place du Mazet, à 18h (gratuit).

Mercredi - Côté Jardin au Musée Lecoq : Féérie générale, Lecture d’Emmanuelle Pireyre
Proposée aux Contre-plongées par Daniel Martin, cette lecture-performance met en espace deux auteurs qui s’imposent avec leurs livres dans les salons littéraires, mais aussi sur les scènes où ils proposent de vivre, en compagnie d’auditeurs-spectateurs, la force, la violence, la surprise, l’étonnement devant les images créées par les mots surgis d’un imaginaire débridé. Par du récit-collage-poésie, l’écriture n’est pas loin du théâtre. Incarnée, elle se veut concert de mots, vibration, rythme, rêve, poésie, collision de clichés, cascade de discours, féerie d’une pagaille organisée. Avec Féerie générale, prix Médicis, Emmanuelle Pireyre poursuit sa réflexion sur l’époque dont elle détourne les clichés. Elle aborde les lieux communs avec une jubilation communicative et propose une radiographie de la conscience européenne en ce début de XXIe siècle pour nous offrir une vision féerique du monde.
Mercredi 17 juillet 2013 > 18 h 45 - Durée : 1 h - Accès libre.

Mercredi - Cour du Centre Blaise Pascal : Le roi nu, théâtre par la compagne Le Souffleur de Verre
Librement inspiré de contes d’Andersen, dont La Princesse au petit pois et Les Habits neufs de l’empereur, Le Roi nu nous raconte les amours contrariées d’Henri, charmant et astucieux porcher, et d’Henriette, jeune princesse. Son père ambitionne pour elle un parti plus conforme à son rang : le roi d’un pays voisin, fantoche, tyrannique coquet et imbu de sa personne. Ce texte d’Evgueni Schwartz censuré par Staline avant sa création, conçu comme un pamphlet contre le totalitarisme, s’adresse autant aux adultes qu’aux enfants. Le Roi nu est une comédie jubilatoire, insolente et drôle, un grand éclat de rire.
Mercredi 17 juillet 2013 > 21 h 15 - Durée : 1 h 40 - Tarif : 5,10 ou 14 €


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois