Cyberbougnat

Pas d’augmentation d’impôts à Clermont-Ferrand en 2014

Publié par Bertrand le dimanche 10 novembre 2013 à 18h38min, mis a jour le dimanche 10 novembre 2013 à 18h37min - 1766 lectures

Conseil municipal — Le gel de l'augmentation des taux d'impôts locaux est l'information principale d'un Conseil municipal qui s'est rapidement transformé en meeting pré-électoral.

Drôle d’ambiance ce vendredi soir à la Mairie de Clermont-Ferrand pour le conseil municipal dont le sujet était le débat d’orientations budgétaires, le dernier de la mandature de Serge Godard et de son équipe actuelle. Et dans cette ambiance pré-électorale, il s’est rapidement transformé en meeting de chaque candidat aux prochaines municipales.

Comme attendu, chacun était venu avec un discours de politique générale et un bout de programme qu’il a lu jusqu’au dernier mot oubliant parfois de parler de Clermont. Le communiste Cyril Cineux a cité Jaurès et réclamé une réforme fiscale mais quasiment jamais prononcé le nom de la ville dans son intervention de 10 minutes.

L’adjoint aux finances, Alain Bardot, avait lui même débuté la présentation de ce débat avec un bilan de la situation économique internationale et nationale avant d’enchaîner sur la situation clermontoise. Il s’est ainsi félicité d’une augmentation limitée des impôts locaux sur les 10 dernières années puis s’est évertué à montrer que Clermont restait dans la moyenne des grandes villes concernant l’endettement. La dette par habitant clermontois s’élève ainsi à 1050 euros, quelques euros de moins que la moyenne des villes comparables (1084 €).

Sévèrement battu lors des primaires du PS (2,73%), Alain Bardot défendait là son bilan de la gestion des finances municipales. Une gestion largement critiquée dans un tract édité par Jean-Pierre Brenas et qui a très clairement irrité l’adjoint aux finances. Sans citer clairement l’auteur, Alain Bardot a régulièrement évoqué le tract du candidat UMP : « pour plagier un mauvais tract qui circule actuellement je vous ferai part des bons chiffres de la gestion de la ville. »

Dominique Adenot a lui aussi été irrité par ce tract, mais l’a lui carrément brandi avec des paroles virulentes : « Notre démocratie est en danger. La caricature sape les fondements de la république. Cela me fait peur et me rappelle les années 30. » Et d’ajouter « Monsieur Brenas, je ne suis pas cotre conseiller politique, mais ce qui me surprend c’est votre déni total de la réalité. On dirait que vous ne vivez pas dans cette ville. »

 Pas d’augmentation du taux d’imposition

Le débat clermonto-clermontois a probablement aussi été limité car Alain Bardot avait une bonne nouvelle concernant le taux d’imposition en annonçant un gel de l’augmentation du taux de la taxe d’habitation et de la taxe foncière. Un 0% jugé électoralement opportuniste par certains mais dont s’est félicité Michel Fanget : « ce 0% fera plaisir à tout le monde et notamment aux citoyens. » Alain Laffont s’en est lui aussi félicité mais a rappelé « que les bases vont augmenter de 1,3 ou 1,5% et donc les impôts dans notre ville continueront d’augmenter ce qui est très dommageable. »

Car si la Ville n’augmente pas son taux d’imposition, les impôts peuvent bien augmenter avec une révision à la hausse des bases de calculs de la taxe d’habitation et de la taxe foncière calculées sur la valeur locative des biens. Mais la décision de l’ampleur de la hausse est là entre les mains du gouvernement.

 Meeting pré-électoral

Mais l’aspect le plus marquant fut bien entendu cet espèce de meeting électoral commun. En une grosse heure, nous avons eu le droit à un aperçu des thématiques qui seront défendues par les futurs candidats, nombreux dans l’hémicycle.

Jean-Pierre Brenas a tapé sur la fiscalité, attaqué sur les friches et la gestion des grands projets, défendu les commerçants et fortement insisté sur l’insécurité. Demandant « qui était l’adjoint à la sécurité » après la démission d’Odile Saugues, il jugait que « Clermont avait perdu sa tranquillité depuis le 1er janvier 2012 » en ciblant particulièrement l’insécurité dans les quartiers nords et Saint-Jacques. Il était aussi venu avec sa solution, toujours la même, la vidéo-surveillance : « la vidéo est un outil moderne, vous avez fait le choix de vous en passer, les clermontois en pâtissent. »

Une intervention qui a eu le don d’énerver Serge Godard qui reprenait le candidat UMP : « Monsieur Brenas vous avez pris un bon quart d’heure pour profiter de votre position d’adjoint pour faire votre campagne électorale. C’est du jamais vu et en plus vous avez annoncé des contre-vérités. Je demande à tous mes collègues de ne pas en faire de même. Et je vous demande, Monsieur Brenas, dans les deux conseils municipaux qu’il nous reste à ne pas revenir pour prendre le conseil municipal comme tribune. »

Il ne fera pas forcément la remarque aux autres, alors que chacun y allait de son bout de programme. Odile Vignal, Europe Ecologie Les Verts, a ménagé la majorité socialiste tout en demandant à aller plus loin « dans les investissements dans les énergies locales et emplois locaux. » Elle a aussi demandé « à remettre le citoyen au coeur de l’engagement public » en utilisant les forces vives locales et les citoyens prêts à participer. La candidate écologiste a aussi demandé plus d’efficacité et de débat au sein de la majorité : « quand je vois en page 5 que les ajustements sont faits entre le maire et quelques adjoints ce n’est pas les conditions d’un débat politique de fond préalable aux choix budgétaires. »

Une critique reprise par Alain Laffont qui s’est étonné « d’apprendre qu’il y avait eu un débat sur la préemption de l’Hôtel Dieu dans certaines commissions » en regrettant que les « simples conseillers » n’aient pas été conviés. Il a aussi regretté de ne pas avoir reçu de documents sur les plans pluri-annuels d’investissements : « cette obscurité est totalement dommageable. Car nous, conseillers municipaux, avons nous aussi des idées, et nous donner des documents pour les affiner serait bon pour l’entente et la démocratie dans cette ville. »

Cyril Cineux, Parti Communiste, et Marie Savre, Lutte Ouvrière, ont tous les deux demandé un changement de politique nationale et critiqué la gestion de François Hollande. Pour Cyril Cineux, « les collectivités deviennent les otages des politiques d’austérité » et Marie Savre a jugé le changement de discours de la majorité socialiste de la Ville : « quand il y a eu des baisses de dotations par Sarkozy vous vous plaigniez à juste titre. Maintenant que le PS est au pouvoir vous les acceptez en argumentant que c’est un effort nécessaire pendant la crise. » Et d’ajouter un claquant « vous étiez contre la TVA sociale de Sarkozy, nous avons maintenant la TVA socialiste. »

Tous, de la droite à l’extrême gauche se sont cependant entendu sur les difficultés de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires qui sera très clairement mise sur la table pendant la campagne.

Et puis certains ont montré un peu de recul. Michel Fanget ne s’est ainsi pas longtemps attardé dans ce débat d’orientation budgétaire jugeant que « le débat de politique général n’était pas l’objet » de la soirée. Il a en revanche souligné « la nécessité de changer de méthode gestion budgétaire » et demandé à « remettre en cause le concept intangible d’augmentation de la pression fiscale. » Quant à Olivier Bianchi, désigné tête de liste PS pour les prochaines municipales, il a bien pris le soin de ne pas se mêler à ce débat qui n’en était pas un.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics