Cyberbougnat

Clermont-Ferrand n’est pas une ville « intelligente »

Publié par Bertrand le jeudi 15 mai 2014 à 15h50min, mis a jour le vendredi 16 mai 2014 à 14h13min - 2160 lectures

Un rapport européen a étudié comment les villes adoptaient une approche intelligente des défis actuels et futurs. Notre ville ne figure pas dans ces « smart cities » mais ce pourrait être un bel objectif que d’y arriver.

Une étude publiée par la Commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie du Parlement européen dresse une liste des 240 « smart cities » en Europe, dont 18 en France.

L’étude a compilé les données de 468 villes de plus de 100.000 habitants pour mesurer comment les villes géraient prospérité économique, bien être social et gestion durable dans un contexte de croissance des villes et agglomérations.

Clermont-Ferrand n’y figure pas mais y figurer pourrait être un bel objectif de la nouvelle municipalité si on considère les critère pris en compte. Jugez plutôt :

  1. Administration intelligente = une gouvernance transparente qui associe les citoyens à la prise de décision et assure un certain nombre de services publics et sociaux.
  2. Economie intelligente = un marché du travail flexible, où l’esprit innovateur et la capacité à transformer sont rois.
  3. Mobilité intelligente = disponibilité d’infrastructures technologiques et l’accessibilité à des modes de transport sûrs et écologiques.
  4. Environnement intelligent = notamment la gestion durable des ressources et la protection environnementale.
  5. Habitants "intelligents" = ils sont considérés comme tels quand ils se montrent flexibles, créatifs, favorables à un apprentissage tout au long de la vie, cosmopolites, ouverts d’esprit et parties prenantes de la vie publique.

Enfin, selon l’étude, l’intelligence d’un mode de vie dépend aussi de la qualité des conditions sanitaires et du logement, de l’existence d’installations culturelles et d’établissements d’enseignement et de celle d’une cohésion sociale.

Selon le rapport, ces objectifs peuvent être « atteint par la mobilisation de toutes les ressources d’une ville et la coordination de ses acteurs en utilisant les nouvelles technologies et des politiques prospectives décloisonnées. » Pour l’auteur, les villes intelligentes sont « une stratégie clé pour lutter contre la pauvreté et l’inégalité, chômage et de la gestion de l’énergie. » Les critères sont aussi ceux à quoi aspirent de nombreux citoyens.

En France, une ville cumule tous ces critères : Montpellier. Lyon, Marseille, Nice, Grenoble, Nantes, Bordeaux, Brest, Nantes, Lille, Reims, mais aussi Dijon, Besançon et Montreuil sont distinguées dans cette étude.

L’Angleterre figure en tête avec 18 villes. Mais en proportion l’Italie, l’Autriche, le Danemark, la Norvège, la Suède, l’Estonie et la Slovénie ont plus de villes « intelligentes ».

Et si finalement un critère de réussite d’Olivier Bianchi comme maire pouvait être l’entrée dans cette liste des Smart cities européennes ?


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois