Cyberbougnat

Clermont-Ferrand : nouvel épisode de pollution aux particules en suspension ce lundi 16 décembre 2013

Publié par Bertrand le lundi 16 décembre 2013 à 14h59min, mis a jour le lundi 16 décembre 2013 à 14h56min - 2202 lectures

Sommaire de l'article

Après un week-end d'alcamie, le niveau de particule et de dioxyde d'azote ont repassé les seuils d'information dans l'agglomération de Clermont et du Puy-en-Velay.

Alors qu’Atmo Auvergne avait levé ce week-end la procédure d’information de la population concernant la qualité de l’air, elle l’a redéclenché ce lundi. En effet, la stabilité atmosphérique de la nuit et l’activité de la matinée du 16 décembre ont contribué à une nouvelle élévation des niveaux de poussières atmosphériques.

Le niveau de pollution atmosphérique par les particules en suspension a dépassé le seuil d’information de la population fixé à 50 μg/m3 en moyenne sur 24 h pour la zone de Clermont-Ferrand, Riom et Issoire. Le niveau d’information à la population pour le dioxyde d’azote a de nouveau été dépassé à 9h dans l’agglomération clermontoise et il en est de même pour les particules depuis 10h. Dans l’agglomération du Puy c’est depuis la soirée du 15 décembre pour ces mêmes particules que le niveau d’information à la population est dépassé.

Une situation qu’avait prévu ATMO avec la reprise des activités et les conditions météo anticyloniques. La stabilité atmosphérique annoncée devrait faire perdurer cette pollution jusqu’à mercredi 18 au soir.

 Recommandations

ATMO rappelle que les particules constituent des polluants relativement complexes, compte tenu de ce que leurs effets sur la santé dépendent d’une part de leur granulométrie puisqu’elles pénètrent d’autant plus profondément dans l’appareil respiratoire que leur diamètre est faible et d’autre part de leur composition chimique car elles peuvent contenir des produits toxiques, tels que les métaux ou des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) dont certains sont considérés comme cancérigènes.

Des études de l’Organisation Mondiale de la Santé ont mis en évidence que des effets significatifs sur la santé humaine sont constatés même à de très faibles doses, et principalement pour des expositions à long terme, sachant que les particules issues de la combustion sont identifiées comme étant particulièrement dangereuses et que les composés comme le nitrate d’ammonium présentent une moindre toxicité.

Il est recommandé aux populations sensibles, notamment les enfants, les personnes âgées, les insuffisants respiratoires chroniques, les insuffisants cardiaques, les allergiques ou asthmatiques : d’éviter toutes les activités physiques et sportives intenses augmentant de façon importante le volume d’air et de polluants inhalés ; de veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par d’autres facteurs irritants, tels l’usage de solvants sans protection appropriée et surtout par la fumée de tabac qui joue un rôle majeur dans la survenue, notamment de l’expression clinique, de l’allergie respiratoire et de l’asthme ; de respecter scrupuleusement leur traitement médical en cours à visée respiratoire ou de l’adapter sur avis du médecin.

 Appel au civisme

Les autorités rappellent quelques consignes :

  • Éviter d’utiliser son véhicule personnel, utiliser en priorité les transports en commun, différer les déplacements qui ne présentent pas un caractère de nécessité, faire les déplacements courts à pied ou à bicyclette, pratiquer le covoiturage en se regroupant à plusieurs dans un véhicule (famille, voisins, collègues de travail...).
  • Si le déplacement en véhicule personnel est indispensable : utiliser de préférence un véhicule peu polluant et s’assurer que le moteur est bien réglé, sinon le faire vérifier par son garagiste ; réduire la vitesse de circulation et adopter une conduite souple (sans à-coup, ni accélération brutale), éviter les heures de pointes.
  • Eviter d’allumer des feux d’agrément, notamment au bois, reporter les activités d’écobuage. Il est rappelé que le brûlage à l’air libre de déchets ménagers et de jardin de quelque nature qu’ils soient est interdit par le règlement sanitaire départemental.
  • Pour les émetteurs industriels, s’assurer du bon fonctionnement des dispositifs de dépoussiérage.

Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois