Cyberbougnat

François Michelin est mort

Publié par Bertrand le mercredi 29 avril 2015 à 15h16min, mis a jour le vendredi 1er mai 2015 à 18h26min - 2945 lectures - 16 partages

Michelin et Clermont-Ferrand sont en deuil ce mercredi 29 avril 2015 après l'annonce de la mort de François Michelin qui a incarné l’entreprise pendant un demi-siècle.

Né le 15 juin 1926 à Clermont-Ferrand, François Michelin est mort ce mercredi à l’âge de 89 ans après une vie dédiée à l’entreprise. Après une licence de mathématiques, il était entré dans en 1951 dans l’entréprise créé par son grand-père et son grand-oncle sous une fausse identité pour un parcours initiatique de quatre ans pendant lesquels il travailla notamment comme ouvrier en horaires 3x8 dans les usines des Carmes et Cataroux. Il travailla aussi dans les services du commerce et de la recherche.

Il fut ensuite nommé cogérant des Établissements Michelin le 28 mai 1955. A l’âge de 73 ans il avait confié les rênes de l’entreprise en 1999 à son fils Edouard Michelin, décédé accidentellement en 2006. Il se retire finalement en 2002 après 47 années de gérance. Lors de sa dernière assemblée générale avant son départ, son fils Edouard lui avait rendu hommage :

« Il y a des hommes qui marquent leur temps. C’est émouvant à dire pour un fils, monsieur François Michelin, mon père, est de ceux-là. »

Dans le communiqué Michelin rappelle que « sous sa direction, Michelin a connu un développement sans précédent, porté par sa passion pour l’innovation autant que par son exigence de rigueur au service de la qualité. Il a transformé le Groupe en lui donnant sa dimension internationale. »

Il avait effectivement soutenu une forte politique d’innovation et ouvert le Centre de technologie de Ladoux en 1965. Il avait aussi impulsé le développement du pneu Radial., Si le brevet fut déposé en 1946, l’entreprise ne le commercialisait qu’au compte goutte car sa durabilité bien plus longue inquiétait pour l’avenir des ventes. Dépassant cette rationalité à court terme, François Michelin permis de au manufacturier clermontois de prendre une avance décisive au groupe clermontois en misant sur cette technologie. Le succès du pneu X entraîna un développement soutenu avec la création de 30 nouvelles usines en Europe entre 1960 et 1980.

En s’appuyant sur le leadership technologique du pneu Radial, il donna aussi une dimension internationale à l’entreprise. Après la construction des usines Michelin aux Etats-Unis dans les années 1970, il prend le risque de racheter en 1990 BF Goodrich, un des géants américains. Le pari est réussi car il fait alors de Michelin le n°1 mondial du pneumatique.

Dans son communiqué, Michelin a aussi salué les qualités de « visionnaire et humaniste de François Michelin qui « a inlassablement incarné les valeurs de respect qui fondent l’identité de notre Groupe. » Dans un entretien dans Paris Match il y a deux ans, il avait donné sa vision d’un grand patron :

« Ce qui compte, c’est le sentiment d’une œuvre, et donc d’une appartenance. Faire quelque chose qui a un sens. C’est une dimension qui ­permet au patron de réaliser l’unité de la maison. Pourquoi ? Parce que chacun a envie d’être reconnu. Rien ne se fait sans les hommes. L’inventeur du pneu radial m’a dit un jour : “Si vous n’aimez pas le pneumatique, foutez le camp. J’ai besoin d’un patron qui aime ce que je fais.” Ce qui est vrai, c’est qu’il y a des financiers qui n’ont plus le sens des hommes. »

Jean-Dominique SENARD, Président du groupe Michelin, lui a rendu hommage :

« Je tiens, au nom des employés du Groupe, à rendre un hommage particulier à cet homme d’exception unanimement respecté pour ses valeurs, ses convictions et sa vision. »

Les salariés de Michelin ont observé une minute de silence ce jeudi en fin de matinée, au siège du groupe à Clermont-Ferrand. Les obsèques de François Michelin seront célébrées le mardi 5 mai à la cathédrale de Clermont-Ferrand.

Cyberbougnat adresse à sa famille, au Groupe Michelin et ses salariés, ses plus sincères condoléances.

Réactions et hommages

Olivier Bianchi (Maire de Clermont)

« C’est avec beaucoup d’émotions et de tristesse que je viens d’apprendre le décès de François Michelin, à l’âge de 88 ans et qui a dirigé l’entreprise éponyme pendant 47 ans.

C’est un homme emblématique dans l’histoire de notre ville. Grand patron d’industrie visionnaire, il a consacré toute son existence au service de cette entreprise clermontoise, au développement économique et au rayonnement international de notre territoire.

Je me rappellerai d’un homme de foi, d’un homme engagé et d’une grande humilité.

Je pense à sa famille, à ses proches mais également à tous les agents de la manufacture, et à l’ensemble des clermontois. La Famille Michelin est une institution pour notre ville et en tant que Maire, je suis extrêmement peiné par cette perte. »

Jean-Jack Queyranne (Président du Conseil régional Rhône-Alpes)

« Alors que j’apprends la mort de François MICHELIN, je veux saluer la mémoire de ce grand capitaine d’industrie.

A la tête de Michelin pendant 47 ans, il aura élevé son groupe au tout premier rang mondial et fait de Michelin une « success story » française et emblématique de la Région Auvergne.

Je pense aujourd’hui à sa famille et à ses proches, mais aussi aux milliers de salariés qui forment à eux tous, l’identité de la marque Michelin à travers le monde. François MICHELIN, homme secret, a su concilier toute sa vie, valeurs et progrès, et c’est la clef des grandes réussites industrielles françaises, telle est ma conviction. »

Manuel Valls

« François Michelin a porté haut les valeurs de l’industrie française dans le monde : l’innovation, la vision, l’exigence et la passion. »

François Hollande

« François Michelin a dirigé l’entreprise familiale pendant quarante-sept ans : il fut l’un des plus grands industriels français de l’après-guerre.

Il avait compris l’importance de l’innovation et du développement industriel à long terme. En développant le pneu radial, il fit d’une entreprise familiale régionale l’un des plus grands groupes français et l’une des sociétés les mieux connues des Français.

Sous sa direction, Michelin a implanté des usines sur tous les continents et est devenue le premier fabricant mondial de pneumatiques. Pourtant, François Michelin n’oublia jamais le territoire d’où il était issu : il fut aussi l’homme d’une ville, Clermont-Ferrand, et d’une région, l’Auvergne.

François Michelin croyait dans l’industrie et dans les atouts de son pays. Il était aussi profondément humain et animé par une foi ardente. Le président de la République adresse à sa famille, à ses proches et à tous les salariés de Michelin, ses sincères condoléances. »

René Souchon

 « C’est avec une grande tristesse que j’ai appris ce jour le décès de Monsieur François MICHELIN. Devenu gérant du groupe MICHELIN en 1955, ce grand industriel a su marquer de son empreinte cette entreprise régionale aujourd’hui multinationale.

La « manufacture » est en effet devenue grâce au travail des femmes et des hommes qui l’animent, grâce à des choix stratégiques pertinents, l’un des leaders mondiaux de l’industrie automobile.

Audacieux, visionnaire, passionné, François MICHELIN n’a eu de cesse d’innover et d’inventer, de se projeter dans l’avenir. Tout en demeurant un homme humble et discret, il a été l’un des artisans du génie industriel français et fait rayonner notre industrie par-delà les frontières.

François MICHELIN a également promu l’Auvergne en apportant la preuve tout au long de sa vie de son attachement profond à notre région et aux Auvergnats qui lui accordent un très profond respect.

Il a su par ailleurs transmettre ce lien viscéral au territoire ainsi qu’un certain nombre de valeurs fortes. Cela se traduit encore aujourd’hui par les choix stratégiques de l’entreprise au sein de notre région.

À sa famille et à ses proches, ainsi qu’à tous les personnels de MICHELIN, j’adresse, au nom de l’ensemble de l’assemblée régionale, mes plus sincères condoléances. »

ASM Clermont Auvergne

« C’est avec une profonde émotion que l’ASM Clermont Auvergne a appris le décés de Monsieur François Michelin.

Monsieur François Michelin a toujours montré son intérêt pour le développement du sport et du rugby en Auvergne. Nous avons eu le plaisir de l’accueilir régulièrement dans les travées de la tribune Edouard qu’il avait courageusement inauguré avec sa belle fille Cécile en 2007.

Nous pensons avec beaucoup d’émotion et de sympathie à toute sa famille et ses petits-enfants qu’il aimait tendrement, petits-enfants grands supporters de l’ASM. »


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois


Web Statistics