Cyberbougnat

Burger King à Aubière : bientôt la fin du feuilleton ?

Publié par Catherine Lopes le lundi 18 septembre 2017 à 16h49min, mis a jour le lundi 18 septembre 2017 à 16h49min - 7920 lectures - 3 partages

Déguster un Whopper dans un Burger King à Aubière sera peut-être bientôt possible. Après de nombreux rebondissements, l’enseigne de fast-food devrait prochainement ouvrir. A moins d’un nouvel événement inattendu…

C’est un feuilleton qui dure depuis plusieurs années. Tout commence en 2012. Le permis de construire est déposé cette année-là pour un bâtiment de bureaux et de restauration. Et depuis, Christian Sinsard, le maire d’Aubière, a pris plusieurs fois des arrêtés pour interrompre les travaux. Vous pouvez consulter sur le site de la mairie d’Aubière l’historique des positions du Maire et des courriers, y compris des études d’impact. On constatera que la position de l’élu n’a jamais varié.

Dernier arrêté en date, en 2016, pour stopper le chantier, estimant "qu’il est en infraction avec le code de l’urbanisme et ne respecte pas le permis de construire". Sur le permis de construire du futur fast-food, il n’est pas fait mention d’un drive.

Mars 2016 : les travaux ont longtemps été arrêtés

Au printemps 2016, une réunion de conciliation est même organisée en Préfecture avec le maire d’Aubière et le promoteur Quantum development pour sortir de l’impasse. Le maire d’Aubière persiste et signe. Il est contre la construction d’un drive en l’état. Christian Sinsard craint pour la sécurité et la tranquillité des riverains. D’autant que les chiffres de fréquentation du futur fast-food "ne sont pas fiables" selon lui. Il attend de Quantum Development des données plus précises. Une nouvelle réunion est alors programmée.

 La rue Malmouche rebaptisée rue de la Malbouffe

Pendant ce temps-là les travaux continuent et les riverains s’en mêlent.
En février 2017, ils organisent une manifestation et rebaptisent la rue Malmouche, où doit s’implanter Burger King, rue de la Malbouffe.

Le 31 août dernier, le maire d’Aubière ne donne pas son feu vert après le passage de la commission de sécurité. Christian Sinsard s’exprime dans une communiqué et s’appuie sur une "difficulté majeure" : les flux de circulation sont trop importants dans cette zone commerciale de la couronne clermontoise.

Les véhicules de secours, notamment les pompiers, ne pourraient donc pas, selon l’étude de la municipalité, accéder au bâtiment de jour comme de nuit.

 Le maire d’Aubière accusé de manoeuvres dilatoires

Dernier épisode en date, par une ordonnance du 9 septembre, le juge des référés du Tribunal administratif de Clermont "enjoint" la commune d’Aubière "d’instruire sans délai la demande d’ouverture" d’un Burger King.

Saisi par les sociétés Quartus Montage d’Opérations et Athik Aubière, le Tribunal administratif de Clermont-Ferrand tape sur les doigts de la commune d’Aubière, qui refuse de délivrer l’autorisation d’ouverture du restaurant rapide, prêt à ouvrir depuis plusieurs semaines.

Le Tribunal demande donc au maire d’instruire sans délai l’autorisation d’ouverture : c’est à dire refuser ou accepter l’ouverture de ce Burger King.
Le juge des référés constate "le comportement dilatoire du maire de la commune d’Aubière", c’est-à-dire qu’il accuse Christian Sinsard de manoeuvrer pour repousser l’ouverture du fast-food.

La balle est désormais dans son camp. Pour le moment, le maire d’Aubière ne s’est pas encore exprimé ; ce ne saurait tarder.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat

Cyberbougnat limite la pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee.

Nouveau : Soutenez en un clic via Paypal sans créer de compte :

Auteurs
Catherine Lopes

Journaliste multimedia, portauvergnate heureuse, bloggueuse curieuse de tout.


Lire aussi