Cyberbougnat

Les clermontois ont un avis mitigé sur le stationnement gratuit au mois d’août à Clermont-Ferrand

Publié par Bertrand le lundi 1er septembre 2014 à 15h28min, mis a jour le dimanche 5 juillet 2015 à 18h42min - 4715 lectures

Le stationnement gratuit au mois d'août a été apprécié par beaucoup de clermontois même si certains ont constaté quelques désagréments.

Promesse de campagne municipale, le stationnement gratuit a été mis en oeuvre par Olivier Bianchi pour la première fois ce mois d’août. Le Maire avait indiqué au mois de juillet que la mesure sera analysée par une groupe de travail sur les transports, la circulation et le stationnement présidé par Cyril Cineux.

En attendant une analyse globale de l’impact, sur le stationnement, mais aussi sur la fréquentation commerciale et touristique, les clermontois se sont fait leur avis en l’expérimentant au quotidien. Beaucoup de ceux croisés au mois d’août ont apprécié cette mesure qui leur a fait économiser quelques euros, mais permettait aussi de se garer plus près du lieu où ils allaient sans le soucis de la pièce à mettre dans l’horodateur.

Comme l’a résumé Sandra, « C’est très bien pour le tourisme et pour les clermontois belle initiative et les autres devraient prendre exemple ! » Virginie a apprécié d’avoir fait quelques économies : « Étant résidente il est clair que cela nous a évité à mon compagnon et moi de payer notre stationnement bien que nous ayons une carte résident. » Et il n’y a pas que pour le shopping ou le tourisme que le stationnement gratuit fut pratique comme l’explique Annie : « je me suis garée sans payer pour aller a la fac dentaire dans une petite rue. Très bien. »

D’un autre côté, si les résidents sont souvent contents d’avoir pu faire des économies, ils ont aussi eu plus de mal à trouver des places. Ainsi Christophe a « trouvé beaucoup moins de place pour se garer en sortant du boulot. » Virginie confirme : « concernant le manque de place, en effet c’était gratuit et de ce fait moins de place... »

Mais la situation ne fut inégale sur la durée tout le mois. Si pendant les premières semaines il était assez simple de trouver de la place, le retour de vacances des clermontois ont ensuite compliqué les choses après le 15 août et surtout la dernière semaine du mois. So Flo, résidente à Clermont, l’a bien constaté : « j’ai trouvé de la place pendant 3 semaines à proximité de chez moi, j’ai apprécié de ne pas être obligée de payer une place ou le parking souterrain. Mais cette dernière semaine, pas de place, cela prouve que les clermontois sont rentrés... donc me voilà repartie à pied... »

Les difficultés éprouvées par les résidents sont peut-être la conséquence des voitures ventouses, celles restant stationnées pendant plusieurs jours sur une même place. Un risque souligné par Jean-Pierre Brenas et Olivier Bianchi avant la mise en place de la mesure. Ce dernier avait d’ailleurs envisagé « que le stationnement gratuit prouverait le véritable rôle du stationnement payant qui est d’obliger les gens à bouger leur véhicule. »

À moins que ces difficultés ne soient finalement dues à de nouveaux comportements et l’abandon par certains des transports en commun. Des lecteurs se sont d’ailleurs étonnés de la mesure telle qu’elle avait été prise et se sont interrogés sur sa pertinence. Pour Julien un « tramway gratuit aurait été plus judicieux et moins polluant. » Céline aussi s’interroge : « on a fait de l’éducation aux transports en commun ou au covoiturage en mettant cette mesure en place ? Pourquoi n’a-t-on pas fait la T2C gratuite ? »

La fourrière découvre de nouvelles zones ?

Enfin cette mesure a même réussi à mettre en colère certains clermontois qui en ont payé les impacts. C’est le cas de Clémence qui est particulièrement remontée : « Boulevard Lafayette zone rouge, les flics font du fric à coups d’enlèvements fourrière. Merci Clermont-Ferrand et la gratuité du stationnement en centre-ville... Pendant tout le mois d’août, on ne peut plus se garer en bas de chez soi. »

J’ai ainsi demandé à Clémence de nous en dire plus sur les raisons de sa colère : « On se gare toute l’année en bas de chez nous sur des trottoirs qui sont larges comme des avenues et où on laisse bien sûr plein de place aux piétons pour passer même avec un tank en guise de poussette et là, comme par hasard au mois d’août, quand partout ailleurs les policiers sont au chômage pour cause de gratuité forcée, les camions fourrière font des raids et nettoient le boulevard en 2 heures de temps. 91,47 euros par voiture, de quoi renflouer les caisses vite fait ! C’est au moins le 3e raid... Je crois que je vais sortir le pinceau pour faire des lignes blanches et matérialiser les places ! »

Effectivement pendant l’été, les policiers qui n’avaient plus les tickets de stationnement à surveiller ne sont pas restés inactifs. Certains ont été réaffectés aux parcs et jardins tandis que les autres avaient aussi pour mission de surveiller les stationnements dangereux ou gênants. Apparemment, ils ont profité de l’été pour trouver de nouveaux terrains.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois