Cyberbougnat

Quel avenir pour le vélodrome du Stade Marcombes ?

Publié par Bertrand le dimanche 23 juin 2013 à 21h29min, mis a jour le vendredi 28 juin 2013 à 11h21min - 3201 lectures

Le vélodrome du Stade Marcombes est voué à la destruction. Faut-il le conserver comme monument historique ?

Que va devenir le Stade Marcombes et son vélodrome ? Laissé à l’abandon depuis des années par la Ville de Clermont-Ferrand le stade tombe en ruine. La piste cycliste est dans un état qui la rend inutilisable et même interdite depuis maintenant deux ans.

Triste fin pour le seul vélodrome de la ville qui a connu de grandes heures et de nombreuses courses locales. Le Stade Marcombes a été construit en 1922 et la piste en 1925. Un monument historique qui a accueilli par le passé de nombreux événements et a vu rouler Fausto Copi ou Jacques Anquetil.

Le Stade Marcombes a aussi accueilli d’autres événements comme le 12 janvier 1964, une rencontre de Coupe de France ente Thiers et l’AS Monaco alors championne de France. Une rencontre jouée devant 15.000 spectateurs. Difficile à imaginer maintenant quand on regarde l’état du stade.

Par le passé certains ont rêvé que la piste cycliste soit en partie couverte mais elle a finalement été laissée à l’abandon. Le revêtement est désormais grignoté par les mousses et part en grandes plaques. La prochaine étape de ce délabrement globale est donc la destruction. D’ailleurs, la petite tribune blanche en pierre avec les vestiaires a déjà été détruite il y a quelques jours. Le vélodrome est promis au même destin sous peu.

JPEG - 369.4 ko
Le peloton passe devant l’ancienne tribune détruite

Samedi matin, Jean-Pierre Brenas avait donc convié anciennes gloire du cyclisme et jeunes talents locaux à venir faire un dernier tour de piste. Si pour les plus anciens, le stade vélodrome fait partie de l’histoire, les clubs et les plus jeunes regrettent de n’avoir une piste d’entraînement sur l’agglomération. Les jeunes champions du club de Cournon doivent ainsi aller s’entraîner dans l’Allier. Les clubs ont aussi besoin d’une piste fermée pour permettre aux gamins de s’entraîner en toute sécurité.

JPEG - 461.8 ko

Mais ce ne sera pas probablement au Stade Marcombes qu’ils pourront réaliser un tel rêve. Détruire la piste coûtera 4 millions d’euros, en reconstruire une nouvelle entre 20 et 30 millions d’euros. Remettre celle là en état ? Pas facile car elle n’est plus au norme du cyclisme actuel. Longue de 500m et large de 7m, cette piste de béton est difficile, rugueuse, les virages très raides et glissants. Surtout, les pistes sont désormais moitié moins longue. Il faudrait donc tout refaire, impensable.

Patrimoine clermontois

Reste donc le côté patrimonial, ce que met en avant Jean-Pierre Brenas. Pour lui, « on se plaint que Clermont présente un urbanisme banal, on regrette la démolition par le passé de la maison de Blaise Pascal ou du château de l’Oradou, les belles constructions signées de grands architectes sont régulièrement rasées et des autorisations de construction d’immeubles imposants sont délivrées à proximité de sites classés. »

JPEG - 401.5 ko
Tribune signée Eiffel

Garder le vélodrome serait donc un symbole, un témoin de l’histoire et de l’identité clermontoise d’autant que la tribune a été réalisée par Eiffel. Quant à l’avenir global du site, on sait seulement qu’un plan pluri-annuel avait été prévu par la Ville pour ce lieu apprécié de nombreux clermontois. Ainsi le stade accueille 100.000 sportifs chaque année.


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois