Cyberbougnat

Ce que prévoit l’accord entre Olivier Bianchi et Alain Laffont

Publié par Bertrand le mercredi 26 mars 2014 à 12h35min, mis a jour le mercredi 26 mars 2014 à 12h38min - 1671 lectures

Municipales à Clermont-Ferrand — Les scores du premier tour ont contraint Olivier Bianchi a faire une place à Alain Laffont sur sa liste. Mais ce dernier conserve son indépendance qui lui est si chère.

L’ambiance était électrique ce mardi en début d’après-midi au siège de campagne d’Olivier Bianchi. A quelques heures de la clôture des dépôt des candidatures, les équipes cherchaient deux ou trois colistiers dont la signature manquait sur les documents alors que d’autres grognaient un peu d’avoir du faire de la place.

Il faut dire qu’après la fusion avec la liste d’Alain Laffont, la liste d’Olivier Bianchi comporte maintenant pas moins de 8 logos de partis. Olivier Bianchi a défendu cette alliance par « le devoir de rassembler l’ensemble des famille de la gauche ». Il avoue avoir été « groggy par le résultat dimanche soir » et n’a « pas souhaité prendre le risque que la droite passe. »

Olivier Bianchi n’en a tout de même pas perdu son goût de la petite phrase au moment d’expliquer pourquoi « il y avait urgence à resserrer les liens avec : « le contexte n’est au fond pas si différent de 1995, certes je ne suis pas Roger Quilliot, certes Jean-Pierre Brenas est très loin d’être Valéry Giscard d’Estaing mais la configuration globale l’exigeait »

Alain Laffont s’est lui dit « ému. » Après les années Godard qui ne l’aimait pas vraiment et avait préféré donné des places dans les commissions à Michel Fanget qui avait pourtant fait un moins bon score, après l’accord refusé au second tour en 2008 par Serge Godard et Olivier Bianchi, Alain Laffont se trouve aujourd’hui numéro 3 sur la liste. Et tout ça en gardant sa liberté, sans changer une ligne de programme ni même s’engager à voter le budget.

Certes en ce jour de mariage, Alain Laffont a tempéré sur cette question délicate : « nous avons toujours expliqué qu’à partir du moment où nous serions d’accord avec une grosse partie du budget nous le voterions. Nous ne sommes pas des anti-budgets. Si une mesure emblématique est présente dans le budget nous le voterions même si nous sommes en désaccord sur d’autres points. Nous sommes pour le progrès mais nous avons toujours dit que nous ne pouvions pas voter un budget que nous n’avions pas entre les mains. »

Alain Laffont vise avec cette dernière phrase la gouvernance opaque de Serge Godard et qu’Olivier Bianchi s’est engagé a modifier profondément tant à la mairie qu’à Clermont Communauté.

Six places pour la liste Laffont

Mais les deux l’admettent, ils se confronteront encore très souvent. Olivier Bianchi reste par exemple fidèle au projet de grand stade Montpied que rejette totalement Alain Laffont. Il faudra sûrement un bel habillage pour le faire passer, Olivier Bianchi a rappelé le besoin d’investissements dans ce quartier et cité Chambéry qui avait mis une bibliothèque dans le stade. En revanche, le candidat socialiste trouve intéressante l’idée portée par Alain Laffont de remettre des concierges dans les immeubles.

Mais Olivier Bianchi l’assure, les « divergences qu’il a avec Alain Laffont sont infiniment inférieures aux différences avec la droite et l’extrême droite. » Aussi lui a-t-il offert 6 places éligibles au conseil municipal dont 3 au conseil communautaire en cas de victoire. Alain Laffont a aussi précisé que ses colisitiers « siègeront contrairement au passé dans certains organismes et commissions importantes pour la vie publique et pourront faire nos propositions. » Ce sera notamment le cas au SMTC et cela promet de belles empoignades.

En revanche Olivier Bianchi n’a pas trouvé d’accord avec Mireille Lacombe. Selon lui « elle demandait trop de sièges » au point qu’il « se demande si elle souhaitait vraiment un accord. »

Ils quittent la liste BianchiIls entrent dans la liste
Philippe Gorce (7e - MRC) Alain Laffont (3e)
Marie-Laure Busselot (18e - EELV) Patricia Guilhot (6e)
Patricia Aucouturier (40e - PC) Florent Naranjo (13e)
Catherine Rousset (48e - PC Alparslan Coskun (33e)
Carole Courtial (54e - PS Marianne Maximi (36e)
Pierre Sabatier (55e - PS) Laurence Schlienger (38e)

- Bulletin de vote de la liste (PDF) avec la liste complète et les candidats à Clermont Communauté


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat
Cyberbougnat n'affiche pas de pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois