Cyberbougnat

La deuche fête ses 60 ans

Publié par Bertrand le mardi 15 avril 2008 à 18h06min, mis a jour le mardi 15 avril 2008 à 18h05min - 1886 lectures

Si une 2CV vous accueille à l'entrée de Lempdes quand vous arrivez de Clermont-Ferrand par l'autoroute ce n'est pas une simple décoration mais le rappel que la célèbre "deuche" est née ici en Auvergne. Pour les 60 ans de sa commercialisation, elle s'installe à partir d'aujourd'hui à la Cité des Sciences et de l'Industrie de la Vilette à Paris. Petit retour sur les origines auvergnates de la célèbre 2CV.

"Faites étudier par vos services une voiture pouvant transporter deux cultivateurs en sabots, cinquante kilos de pommes de terre ou un tonnelet, à une vitesse de 63km/heure pour une consommation de 3 litres aux cent kilomètres et capable de transporter une douzaine d’oeufs sans les casser au travers d’un champs labouré."

Selon la légende, cette demande détaillant tout à la fois les caractéristiques techniques, d’habitabilité et de confort selon des critères très campagnards est tout simplement le cahier des charges de la future 2CV. Un cahier des charges qui serait inspiré d’un marché de Lempdes, commune dans laquelle réside son "papa", Pierre-Jules Boulanger entré chez Michelin en 1919, appelé à la gérance des établissements Michelin avant de devinir PDG de Citroën.

 Michelin veut une TPV

Le manufacturier clermontois milite en fait depuis le début des années 20 pour une voiture populaire à bas prix et produite en grande série. Une démarche logique pour Bib qui espère de cette manière vendre plus de pneumatiques. En 1922, Michelin avait ainsi lancé l’Enquête nationale de l’automobile populaire sous la forme de cinq questions précises sur le prix, le nombre de places, ce que doit pouvoir transporter et la vitesse en terrain plat d’une petite voiture économique. En 1935, Michelin rachète Citroën, jeune constructeur automobile plébiscité pour le confort et la tenue de route de sa "Traction avant" et demande à Pierre-Jules Boulanger de réaliser une étude sur une Toute Petite Voiture (TPV).

Tenant compte des informations collectées en 1922 et de ce cahier des charges "rural", ses équipes proposent en 1939 un premier véhicule, cyclope en tête ondulée à un seul phare. Cette type A aurait du être commercialisée mais la guerre stoppa tout. Les voitures furent démontées sauf trois qui furent cachées dont une l’aurait été dans le chai de la propriété de la maison de Pierre Boulanger. Les nazis qui construisaient leur voiture du peuple demandèrent bien à Pierre Boulanger les plans de cette TPV mais le patron de Citroën ne les divulga pas. Le projet repart toutefois en cachette pendant l’occupation et la première 2CV est finalement présentée au salon de Paris en 1948.

 Le succès malgré les moqueries

Pierre-Jules Boulanger décida volontairement de lui donner un physique ingrat pour qu’elle ne concurrence pas les modèles plus huppés de la marque. Moquée et surnommée "le petit vilain canard" par la presse, disponible seulement en gris et dotée d’un équipement minimaliste, la 2CV va pourtant devenir un véritable objet de convoitise dès sa commercialisation en 1949. Les concessions Citroën sont prises d’assaut, les délais d’attente pour un véhicule neuf sont de 3 à 5 ans si bien qu’à cette époque les 2CV d’occasion sont plus chers que les neuves. Malheureusement, Pierre-Jules Boulanger n’aura pas le temps d’assister au succès de son véhicule puisqu’il se tue sur la route entre Paris et Clermont-Ferrand au volant d’un prototype Citroën.

Même s’il faut attendre 10 ans pour qu’elle soit proposée dans une autre couleur que le gris, la 2cv va petit à petit évoluer. Sa ligne sera retouchée, le confort amélioré et le moteur va prendre en puissance au point qu’un modèle aura même une puissance fiscale de 3 CV ! Défiant les classes sociales et traversant les modes et les époques, la deuche résistera longtemps et sera construire jusqu’en 1990 au Portugal.

 L’esprit ressuscité

Soixante ans et 5 millions de modèles vendus plus tard, Michelin n’a plus d’actions chez Citroën, les Citroën ne roulent plus forcément en Michelin, la maison de Pierre-Jules Boulanger est devenue la mairie de Lempdes et le Conseil Municipal se déroule désormais là où aurait été caché la première version. Mais la 2cv reste une voiture très appréciée et collectionnée considérée comme un véritable art de vivre. Le nombre de clubs de collectionneurs l’atteste.

L’exposition de la Cité des Sciences en partenariat avec Citroën permet justement de redécouvrir cette aventure et va même permettre aux plus jeunes d’écouter son moteur et tester le rebond caractéristique de ses sièges. L’exposition présente ainsi la deuche dans tous ses états. Des modèles emblématiques comme le premier modèle de 1939, des miniatures, des films d’époques ou des spots publicitaires. L’exposition souhaite aussi montrer l’ingéniosité déployée pour concevoir ce véhicule.

Citroën profite aussi de cet anniversaire pour présenter son concept car C-Cactus. Sous des dehors très différents, ce concept car reprend certaines idées de la 2CV : moins de pièces, moins de poids, consommation réduite, coffre modulable et généreux... Une même culture de l’essentiel qui montre que chez Citroën, l’esprit de la 2CV n’a pas été oublié.

2CV Expo Show

Du 15 avril au 30 novembre 2008
Cité des Sciences et de l’industrie - Parc de la Vilette - Paris
www.cite-sciences.fr


Vous avez aimé cet article ?

Recevez les articles par e-mail :

Les dernières actus tous les matins dans votre boite e-mail

Partagez
Partagez-le avec vos amis pour le faire voyager et le faire connaître au plus grand nombre
Soutenez Cyberbougnat

Cyberbougnat limite la pub et ne touche pas de subvention. Mais il faut tout de même un peu d'argent pour vivre. Alors soutenez la vie du site avec un coup de main ponctuel ou régulier. Les entreprises et collectivités peuvent aussi opter pour le sponsoring. Vous pouvez aussi aider Cyberbougnat via Tipeee.

Nouveau : Soutenez en un clic via Paypal sans créer de compte :

Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois

Mots clés
Auvergne - Exposition - Lempdes - Michelin