Résumé et photos du meeting de Nicolas Sarkozy à Clermont-Ferrand

Publié le samedi 28 avril 2012 à 22h58min, mis a jour le samedi 28 avril 2012 à 22h53min - 2233 lectures
Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois

Mots clés
1 - Brice Hortefeux - Clermont-Ferrand - Cournon d’Auvergne - Daniel Dugléry - Grande Halle d’Auvergne - Louis Giscard d’Estaing - Parti UMP - Politique - Présidentielles 2012 - Puy-de-Dôme

Comme il y a 5 ans quasiment jour pour jour, Nicolas Sarkozy était ce samedi à la Grande Halle pour un meeting d’entre deux-tours où il a beaucoup parlé immigration. Résumé et photos...

A 8 jours du second tour, le rendez-vous était important pour Nicolas Sarkozy et l’UMP alors que les sondages donne le candidat sortant largement battu. D’ailleurs plusieurs ministres ou anciens ministres avaient fait le déplacement à la Grande Halle d’Auvergne dont Jean-Pierre Raffarin. Les ténors locaux ont eux chauffé la salle.

Pourtant conseiller régional de l’Allier, Daniel Dugléry a confondu Conseil général et Conseil régional, Louis Giscard d’Estaing s’est félicité du score dans sa ville de Chamalières (38%) où la sécurité règne grâce à la vidéo-surveillance, Alain Marleix s’est montré confiant car l’Auvergne donner à Sarkozy les voix qu’il lui manque pour gagner au second tour. Optimiste car l’Auvergne a placé François Hollande en tête y compris dans le Cantal et en Haute-Loire. Laurent Wauquiez a osé l’humour avec « un flanby ça ne rentre pas dans un bulletin de vote. »

Au passage le Maire du Puy-en-Velay annonce 12.000 personnes présentes soit tout de même moins qu’il y a 5 ans où l’UMP avait annoncé jusqu’à 16.000 personnes. Les 6.000 chaises sont prises mais le fond de salle est vide et les côtés dégarnis. On semble surtout loin de l’enthousiasme de la précédente campagne.

Après un dernier discours d’Hortefeux rassurant l’assemblée sur la combativité de son ami, la musique retentit pour signer l’entrée du Président de la République qui serre quelques mains sur le passage jusqu’au podium.

 Beaucoup d’immigration, pas d’économie

Pendant plus d’une heure il va balayer l’ensemble de ses thématiques, sa vision de la France et de son adversaire, assurer qu’il n’a pas modifié son programme pour plaire aux électeurs du FN et qu’en « 35 ans de carrière politique il n’a jamais transigé sur ce point ».

Tout ne fait pas mouche, son refus de légiférer sur l’euthanasie étant bien moins populaire que son refus de vote pour les étrangers et les sujets de sécurité et d’immigration dans leur ensemble. Les gens applaudissent son idée de créer une carte vitale biométrique dès la fin de l’année pour lutter contre la fraude. Il souhaite fermer unilatéralement les frontières si le traité de Schengen n’est pas révisé mais son explication sur le sujet et la comparaison avec une maison sans propriétaire n’est pas très claire.

Il parle rapidement de patrimoine, de la difficulté de la vie, de l’importance du travail mais n’annonce aucun programme économique. Nicolas Sarkozy n’annonce en effet rien concernant le de pouvoir d’achat, le travail, la formation, la niveau de vie des français. Tout juste souhaite-t-il imposer la préférence nationale dans les appels d’offre et réserver une part aux petites entreprises pour les protéger face aux grosses sociétés qui tuent l’esprit d’entreprise.

Pour faire plaisir probablement, il exagère, un peu, quand il se dit « content d’être à Clermont où il venu si souvent. » ou beaucoup quand il annonce qu’il « regardera le match de l’ASM demain chez lui. » Voilà qui semble difficile car si l’ASM joue à 16h, Nicolas Sarkozy sera en réunion publique à Toulouse à partir de 15h.

Il n’oublie pas de remercier Valéry Giscard d’Estaing pour son soutien à travers son fils, « cher Louis ». Il insiste sur les racines chrétiennes de la France et sur l’importance de la culture. D’ailleurs à ce sujet il se félicite de la TVA réduite dans le domaine alors qu’il vient de faire passer avec son gouvernement celle sur le livre de 5,5% à 7% !

 « Je crois quand même que c’est cuit... »

Après une marseillaise chantée à l’unisson par la salle, un militant dépose une écharpe de l’ASM Clermont Auvergne autour du cou de Nicolas Sarkozy. Il l’enlèvera rapidement une fois descendu de la scène.

Qu’importe, pour l’UMP le meeting est une réussite. Les militants et supporters déjà acquis à sa cause repartent sous le charme et beaucoup louent son « incroyable énergie. » Toutefois mon voisin avec un drapeau bleu-blanc-rouge ajoute « je crois quand même que c’est cuit... »

1 - Attente devant la Grande Halle

2 - Détecteurs de métaux - Il fallait montrer patte blanche à l'entrée

3 - Fond de salle vide - A quelques minutes du début du meeting le fond de salle est vide

4 - 40.

5 - 50.

6 - 60.

7 - 70.

8 - 80.

9 - 90.

10 - 100.

11 - 110.

12 - 120.

13 - 130.

14 - 140.

15 - 150.

16 - 160.

17 - Le fond de salle est resté vide

18 - 180.

19 - TV - Les caméras étaient reléguées sur un côté de la salle d'où certaines faisaient leur direct pendant le meeting

20 - 200.

21 - Nicolas Sarkozy avec l'écharpe de l'ASM

Cette info vous rend...

Partagez

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en utilisant ces boutons ci-dessous :