Hôtel Dieu : La genèse de l’imbroglio

Publié par Bertrand le jeudi 16 août 2012 à 10h28min, mis a jour le jeudi 16 août 2012 à 10h16min - 14567 lectures - 1 partage

Clermont-Ferrand — Si la vente des terrains de l'Hôtel-Dieu s'est accéléré depuis quelques jours, l'avenir de ce lieu se joue depuis près de 40 ans.

Les questionnements autour de l’Hôtel-Dieu ne sont pas récents et datent même des années 1970. A l’époque le Centre Hospitalier Universitaire de Clermont-Ferrand réfléchit à son développement et envisage plusieurs hypothèses : tout regrouper sur un site unique, construire un nouvel hôpital, rénover et installer d’autres activités à l’Hôtel Dieu où l’hôpital public est installé depuis plus de 230 ans.

L’option de garder l’Hôtel-Dieu a longtemps eu la faveur et comme l’expliquait Dominique Adenot en juin, le plan d’occupation des sols avait été modifié afin de permettre au CHU de mener à bien un tel projet qui avait l’avantage de garder un hôpital en centre-ville.

 Le choix d’Estaing

Finalement, le Conseil d’administration du CHU profite de la libération par Michelin de terrains importants pour construire un établissement neuf, le NHE. Le site choisi a l’avantage de faire la jonction entre Clermont et Montferrand, d’être vaste et bien desservi par les transports. Le choix du site a été fait en décembre 2002 par le Conseil d’administration présidé par Serge Godard.

La stratégie d’un CHU est en effet piloté par un Conseil de surveillance (CS), qui, comme l’était le Conseil d’administration (CA) avant la loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires, est composé d’élus représentant les collectivités territoriales d’implantation de l’établissement, des personnels médicaux et non médicaux, des personnalités qualifiées. Ainsi il y a toujours eu soit le maire soit un adjoint du maire de Clermont-Ferrand dans les instances dirigeantes du CHU.

Les terrains sont achetés en 2003. Depuis cette date donc, le Maire sait que le terrain de l’Hôtel-Dieu sera libéré et à vendre.

 Un budget à boucler

C’est une vente importante pour le CHU qui compte sur 30 millions d’euros pour boucler son plan de financement de l’Hôpital d’Estaing qui coûte 245 millions d’euros au total. Cette somme bouge d’ailleurs assez peu dans le temps, puisque les Domaines ont évalué les terrains à 30 millions d’euros en 2008 et 29,7 millions d’euros en janvier dernier. L’évaluation est désormais refaite chaque année.

C’est aussi un enjeu très important pour notre ville, car le CHU représente une enclave de 5 hectares en plein centre. Une occasion unique de repenser le centre et de construire un projet emblématique qui profite au dynamisme et à l’image de la ville. Un enjeu qui demande du temps et dont on estime la réalisation à 20 ans. On parle d’y faire la bibliothèque, la Comédie de Clermont, des lieux culturels, des logements, des commerces... Le concours EuroPAN fait plancher de jeunes architectes dessus.

 Une vente qui ne se fait pas

Toutefois la vente du terrain n’avance pas. Persuadés que le CHU ne peut trouver acheteur d’un tel lot en une seule fois, Serge Godard et Dominique Adenot ont l’intention d’acheter par tranche au fur et à mesure que les équipements se font et ne vont donc pas se presser d’acheter. Il faut dire que les contraintes patrimoniales sont importantes, que les fouilles archéologiques préventives le seront tout autant et que le terrain peut révéler des surprises.

Mais le CHU a des impératifs financiers. En 2010, l’Hôtel-Dieu se vide et le CHU qui n’a toujours pas d’acheteur doit sécuriser les lieux. Cela lui coûterai environ 400.000 euros par an, qui s’ajoutent à l’emprunt de 30 millions d’euros et les intérêts qui vont avec pour combler le budget. On comprend alors l’envie du CHU de vendre au plus vite.

 Un acheteur mystère

Le CHU lance de son côté une consultation et annonce en juin dernier avoir trouvé un acheteur pour son terrain de 5 hectares. On ne connait ni son nom, ce qui est le droit de l’acheteur, ni ses intentions précises. On sait seulement qu’il s’est engagé à permettre à la Ville d’acquérir les parcelles nécessaires à la construction des bibliothèques universitaire et intercommunautaire.

L’acheteur a fait une offre de 25 millions d’euros. Le CHU prend lui à sa charge de son côté le coût des fouilles archéologiques importantes et estimées à 5 millions d’euros.

L’annonce a bien secoué les choses et certains ont parlé de coup de bluff ou de mauvais coup politique. Pour la Mairie, cette histoire est du ressort du Ministère de la Santé et Serge Godard demande l’arbitrage de Marisol Touraine comme il l’avait indiqué en Conseil municipal fin juin. On attend toujours la réponse. Le dossier est aussi bien entendu dans les mains du Préfet.

Le CHU a lui déposé le 14 juin en mairie de Clermont-Ferrand une intention d’aliéner ce terrain. Il s’agit là d’une formalité imposée à tout propriétaire qui souhaite vendre un bien immobilier dans les périmètres où existe un droit de préemption. La Mairie disposait alors d’un délai de deux mois pour notifier sa volonté de préemption ou non. Par communiqué Serge Godard a annoncé y renoncer.

- Compte rendu d’un conseil de la vie locale sur l’hôpital d’Estaing : il reprend les dates importantes de ce projet.

Partagez

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en utilisant ces boutons ci-dessous :

Cette info vous rend...


Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois