Un téléfilm sur Pierre Mendès-France bientôt tourné à Clermont-Ferrand

Télévision - histoire

Bruno Solo incarnera prochainement l’homme politique socialiste Pierre Mendès France dans le téléfilm intitulé Le pire des crimes. Le tournage débutera à Clermont-Ferrand en mars et permet de se rappeler d’un fait de l’histoire de notre ville.

Publié le mercredi 13 janvier 2010 à 18h30min,
mis a jour le mercredi 13 janvier 2010 à 17h31min
1837 lectures
Auteurs
Bertrand

Clermontois et fier de l’être, j’ai conçu Cyberbougnat comme le webmag d’un clermontois pour les clermontois

Mots clés
1 - Clermont-Ferrand - Médias - Puy-de-Dôme - Télévision

Le choix de Clermont-Ferrand pour débuter le tournage n’est en effet pas anecdotique car l’histoire se concentre sur un fait historique qui s’est déroulé dans notre ville. Pierre Mendès-France a en effet été jugé par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand pour désertion.

Député à la déclaration de la seconde guerre mondiale, Pierre Mendès-France avait été mobilisé comme officier au Moyen-Orient. Au moment de la déroute qui a obligé le gouvernement à se réfugier à Bordeaux, il est de ceux qui veulent poursuivre la guerre à partir de l’Afrique du Nord. Il embarque ainsi à bord du Massilia avec un certain nombre de députés et d’hommes politiques. Le Massilia appareille le 21 juin 1940, soit quatre jours après la formation du Gouvernement Pétain. Mais à leur arrivée, les passagers sont consignés dans un grand hôtel de Casablanca par le Résident général Noguès.

Certains officiers, dont Pierre Mendès-France et Jean Zay, ont alors été arrêtés puis rapatriés en métropole et traduits devant le Tribunal militaire de Clermont-Ferrand pour « désertion devant l’ennemi ». D’autres ont été accusés d’être responsables de la défaite et jugés au cours du Procès de Riom.

Pierre Mendès-France a ainsi été jugé le 9 mai 1941 et condamné à six ans de prison, perte de son grade et à la privation des droits civils, civiques et familiaux pour dix ans. Un procès dans lequel il est condamné d’avance et n’est pas en meure de se défendre.

Incarcéré par le régime de Vichy il ne songe plus qu’à s’évader après le rejet de son pourvoi en cassation. Transféré depuis le 13 mai pour insuffisance hépatique, à La Providence, annexe de l’hôpital militaire de Clermont-Ferrand transformée en hôpital-prison, il s’échappe le 21 juin 1941 par la fenêtre, dont il a scié les barreaux, donnant sur l’avenue Albert et Elisabeth. Il prend le train et parviendra après plusieurs mois de traque à travers la France, à rejoindre le général de Gaulle à Londres, en février 1942.

C’est Le Parisien qui a révélé ce matin le choix de Bruno Solo pour incarner l’ancien président du Conseil (en poste de juin 1954 à février 1955). Cette fiction réalisée par Laurent Heynemann à qui l’on doit notamment Un homme d’honneur sur le destin de Pierre Bérégovoy, reviendra sur le parcours de cette figure de la gauche française dans les années 40. Elle sera diffusée sur France 2.

Cette info vous rend...

Cyberbougnat sur les réseaux

Pour suivre l'actualité clermontoise au quotidien, suivez Cyberbougnat sur Facebook et Twitter

Partagez